Air Algérie: incident sans gravité entre deux avions à l'aéroport d'AlgerVols de câbles téléphoniques à Relizane : plus de 7 millions de DA de pertesLa Palestine dénonce la décision d'Israël de s'approprier 400 hectares de terres en CisjordanieHausse de 18% du chiffre d'affaires des entreprises publiques industrielles en 2013Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 13 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’ambassadeur américain tué dans l’attaque du consulat US à Benghazi

Washington face au syndrome du 11 Septembre

Par : Merzak Tigrine

La célébration de l’anniversaire des attentats du 11 Septembre 2001 contre le World Trade Center de New-York, que les États-Unis voulaient sobre, a été en fin de compte marquée par la mort de l’ambassadeur US et de trois autres fonctionnaires dans l’attaque aux roquettes contre le consulat américain à Benghazi.

Des hommes armés, protestant contre un film jugé insultant pour l'islam, “ont tiré en l’air avant de pénétrer dans le consulat américain de Benghazi après avoir bloqué les routes menant au bâtiment”. Quelques instants plus tard, un porte-parole du ministère libyen de l’Intérieur a révélé à l’agence AFP que des manifestants armés ont tiré au lance-roquettes sur le consulat américain de Benghazi.
Le porte-parole de la haute commission de sécurité du ministère de l’Intérieur libyen, Abdelmonoem al-Horr, a indiqué que les forces de sécurité ainsi que du ministère de la Défense ont tenté de contenir la situation, alors que des roquettes RPG ont été tirées sur le consulat depuis une ferme toute proche. Dans un premier temps, il a été annoncé que l’attaque avait fait un mort parmi le personnel de la représentation diplomatique US. Mais, hier, c’est un haut responsable libyen qui annonce que l’ambassadeur des États-Unis en Libye, J. Christopher Stevens, et trois fonctionnaires américains ont été tués mardi soir dans l’attaque du consulat à Benghazi. “L’ambassadeur a été tué ainsi que trois autres fonctionnaires”, a déclaré le vice-ministre de l’Intérieur Wanis al-Charef.
La mort de M. Stevens a été également confirmée par un tweet du vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abou Chagour. Des témoins ont indiqué à l’AFP que des manifestants ont arraché le drapeau américain et ont mis le feu au consulat, ajoutant que des affrontements ont eu lieu entre des forces de sécurité et des hommes armés. L’un d’eux a affirmé que des salafistes se trouvaient parmi les assaillants, faisant état d’actes de pillage et de vandalisme. Considérée comme fief des islamistes radicaux, Benghazi, deuxième ville du pays et bastion de la révolution, a connu une vague de violences ces derniers mois, avec des attaques contre des Occidentaux et des assassinats d’officiers de l’armée ou de la sécurité. La mort de l’ambassadeur des États-Unis et de trois fonctionnaires du consulat de ce pays à Benghazi à la suite d’une attaque au lance-roquettes contre l’édifice diplomatique US confirme que les nouvelles autorités de Tripoli ne contrôlent plus la sécurité en Libye. En effet, des milices armées font la loi, près d'un an après la chute du régime du colonel Mouammar Kadhafi. Les autorités libyennes, déjà dépassées par la recrudescence des violences et la prolifération d'armes depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre dernier, se sont trouvées depuis quelques semaines face à une montée en puissance de la mouvance salafiste qui a notamment détruit des mausolées musulmans.
Le président américain Barack Obama a fermement condamné hier l’attaque contre le consulat des États-Unis à Benghazi en déclarant : “Je condamne fermement cette attaque scandaleuse contre notre mission diplomatique à Benghazi qui a coûté la vie à quatre Américains, dont l’ambassadeur Chris Stevens.” Il a rendu hommage, dans un communiqué de la Maison-Blanche, à l’ambassadeur et ses collègues, en offrant les prières et pensées du peuple américain aux familles des disparus. Barack Obama a souligné que cet événement renforce encore davantage “l’engagement des États-Unis pour la liberté, la justice et le partenariat avec les pays et populations à travers le globe”, avant d’ajouter : “J’ai demandé à mon Administration de fournir toutes les ressources nécessaires pour promouvoir la sécurité de notre personnel en Libye et renforcer la sécurité dans toutes nos représentations diplomatiques à travers le monde.” Le patron de la Maison-Blanche a souligné que “les États-Unis rejettent les efforts visant à dénigrer les croyances religieuses des autres, et nous devons tous, de façon non équivoque, nous opposer à ce genre de violence insensée qui coûte la vie à des fonctionnaires”.
La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a également rendu hommage dans un communiqué aux Américains tués dans l’attaque, et identifié une deuxième victime comme étant Sean Smith, un responsable local de la communication du département d’État.
Les noms des deux autres fonctionnaires étaient tenus secrets en attendant que leurs familles soient mises au courant. “Nous condamnons cette attaque violente et brutale qui leur a coûté la vie, qu’ils avaient dédiée à aider le peuple libyen pour qu'il dispose d'un avenir  meilleur”, a ajouté Mme Clinton. Les causes exactes de la mort de Chris Stevens n’étaient pas connues hier et Mme Clinton a simplement indiqué que “l’ambassadeur Stevens est mort la nuit dernière de ses blessures survenues dans l'attaque contre notre mission à Benghazi”.


M T

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 01 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos