Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Algérie profonde Jeudi, 20 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Après la fermeture de la décharge publique

Azazga s’adjuge le label d’une grande ville poubelle

Par : RABAH KARECHE

Le comité de village est en passe de préparer un dossier bien ficelé sur le désastre écologique que subit la région, destiné aux plus hautes autorités du pays.

Depuis la fermeture de la décharge publique de la commune d’Azazga par le comité du village de Tadart, le 6 septembre, la ville est devenue un véritable centre d’enfouissement.
Mais ce qui cause plus de désagréments aux habitants, ce sont les puanteurs émanant des fumées se dégageant des incinérations anarchiques, d’où le risque d’avoir des conséquences fâcheuses sur la santé publique. Les membres du comité de Tadart, qui se sont réunis lundi soir, sont plus que jamais déterminés à maintenir la fermeture de ce site “qui ne répond aucunement aux normes requises”. Selon un membre dudit comité, qui a requis l’anonymat, “cette plaie environnementale est à l’origine de plusieurs désagréments que nous avons vainement signalés aux autorités compétentes. La décharge est implantée à 200 m à vol d’oiseau de l’hôpital d’Azazga. C’est dire que la première bouffée d’oxygène, inhalée par les nouveaux-nés ayant vu le monde dans cet établissement hospitalier, est très viciée. Nous avons eu recours à cette fermeture parce que nos enfants tombent tout le temps malades à cause de la pollution. Certaines familles défavorisées trouvent du mal à soigner leur progéniture, vu l’importance des frais générés par les visites médicales et l’achat des médicaments.
Le malheur est qu’une semaine après leur rétablissement, ils rechutent. Le pire est que les responsables de l’APC se targuent d’avoir déboursé 18 milliards de DA pour l’aménagement d’une décharge qui n’est même pas gardée et qui ne dispose pas d’un mur de clôture. Alors, nul besoin de vous parler des conditions dans lesquelles elle est gérée.” Dans une lettre adressée au wali de Tizi Ouzou, le comité a, après avoir consulté un expert en la matière, remis en cause le choix du site de l’actuelle décharge, préalablement destiné pour accueillir un centre d’enfouissement technique (CET) prévu d’être conçu suivant les normes internationales. C'est-à-dire qu’il sera doté d’un grand bassin de décantation en aval, particulièrement pour réduire la pollution des cours d’eau.
Cependant, malgré la dépense astronomique rognée sur l’argent du contribuable, rien de cela n’a été concrétisé. “Reste à savoir maintenant quels sont les critères scientifiques ou techniques ayant motivé le choix de ce site, sachant qu’il se situe à proximité d’un site historique (grottes paléolithiques) ? A-t-on pensé aux conséquences que pourrait avoir cette décharge sur la biodiversité ?” s’interrogent les rédacteurs de la correspondance, signalant que le comité est en passe de préparer un dossier bien ficelé sur le désastre écologique que subit la région, destiné aux plus hautes autorités du pays. Joint par téléphone, le premier vice-président de l’APC, Mohand Arhab, a souligné : “Nous sommes disposés à ramasser toutes les ordures ménagères si l’État intervient pour rouvrir le site fermé par un groupe de personnes de Tadart, qui veulent favoriser leur candidature aux prochaines municipales en inscrivant ce problème à l’ordre du jour de leur programme de campagne électorale.
On a saisi le wali par le biais du chef de daïra afin de prendre les mesures nécessaires et trouver une solution urgente à cet épineux problème. Cependant rien n’est fait pour le moment.” Et d’ajouter : “Je tiens à signaler que ce sont des indélicats de Tadart qui sont à l’origine de ce problème, puisqu’ils provoquent volontairement les incérations d’un côté et lancent un appel de détresse de l’autre.” Le représentant de l’APC a rappelé que le choix du site a été fait en concertation avec la coordination des comités de village relevant de la commune de Azazga, y compris le comité de Tadart qui s’était opposé quant au site dit Tikantart Tavarkant.


R  K

 

Commentaires 

 
#10 Be responsible 21-09-2012 20:06
The big problems in our country is not where the rubbish should be!!
But where should we throw our rubbish starting from home??
If only the Apc provides plastic bags to each house holder and teach them
About recycling .then when everything is organised in different bags starting from home
So find the place to throw them away and burn what is need without any pollution and no harm .but is always but!!!
Education first !!!!!
 
 
#9 fou fou 21-09-2012 18:36
la solution serait un terrain éloignier de la ville et faire construire une usine de traitement des déchet et reçyclage des ordures en tout genre pour les réutiliser dans les diférente industrie bouteille en plastique - carton-sac plastique
 
 
#8 ykourn11 21-09-2012 08:26
c'est dommage une décharge au beau milieu d'une forêt c'est inimaginable ou sont les services de l'environnement a par embaucher de belle secrétaires malheur a vous bande de vautour remarque vous avez trouver votre environnement l'algerie est une grande décharge a ciel ouver dommage
 
 
#7 Khoroto 21-09-2012 02:45
Ya Hesra, Algérie mon beau pays, Azazga c'est mon village...
J'ai envie de pleurer par nostalgie au bon vieux temps où les gens et la vie étaient simples.
 
 
#6 tafna 20-09-2012 22:06
et tous les gens qui habitent Benisaf et qui connaissent les villes du maghreb disent : la ville de Beni saf est la plus sale ville au maghreb, plus de 50 décharges sauvages au niveau des cites et meme au centre ville elles sont perceptibles des eaux internationales ,A coté, la ville de témouchent est propre,
 
 
#5 BLED TBEL OUL BENDIR 20-09-2012 21:08
REPONSE A DIPITI DIPITI/ Hacha li Allah si notre pays applique les préceptes de l'Islam,du christianisme ,du judaisme ou du bouddhisme .Nous vivons dans Un pays sans foi ni loi.Un enfer spécial conçu spécialement pour nous est en fabrique dans l'au-delà
 
 
#4 farid ouvessaa 20-09-2012 19:28
si une honte de faire d'un site pareil une decharge ,quelle betise,d'amaturisme et pourtant la commune est tres riche mais gerer par des incompetant des nuls,qui pense q'a se remplire les poches,un incenerateur si deficile bizare,mais de poluer les sols est eaux si facile
 
 
#3 artiste 20-09-2012 17:22
je suis d azazga et je confirme les dire de monsieur arhab c est gents la cherche a trouvé une petite brèche pour prépare leur compagne c est indigne de la part de ces citoyens qui ne sont pas reconnaissant c est la première équipe d élu qui as honorer ces engagement avec la populations allez y voir ce que cette apc a réaliser pendant son mandat ingrats que nous sommes les algériens pour une fois on es satisfait si j ai a choisir je vais choisir encore cette équipe et c est l avis de la majorité des citoyens de cette localité .
 
 
#2 M&M 20-09-2012 16:54
Poubelle est le nom du préfet qui a inventé ce conteneur à déchets. Il eu le mérite d'inventer ce moyen qui porte son nom aujourd'hui et qui participe à la préservation de l'hygiène dans l'espace publique.
Ce que nous voyons dans les coins et recoins dans nos villes est tout simplement répugnant, sale, dégoutant. Le plus dramatique est que chacun se complait et se satisfait de cette situation tant qu'elle ne touche pas son "jardin". Au delà c'est RES DERECLITAE.
 
 
#1 Dipiti dipiti 20-09-2012 10:33
Mais c'est toute l'Algérie, maheureusement !!!!!, qui est une immense poubelle et même un dépotoir au sens propre comme au sens figuré. Tous les commentaires géographiquemen t ponctuels sont inutiles;ce qui s'applique à un point du pays s'applique aux quatre points cardinaux. Cherchons notre Hercule national pour nettoyer les écuries d'Augias même si je doute qu'on soit près de le trouver. Et dire que nous sommes dans un pays d'Islam où la propreté (encore au sens propre comme au figuré) devrait faire partie intégrante de la foi !!!
 
DIlem
DILEM DU 30 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Voir toute La rubrique

Dernières infos