Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Algérie profonde Mercredi, 11 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Collecte des ordures ménagères à BÉjaÏa

Beaucoup d'interrogations suite à un jugement “infructueux”

Par : OUYOUGOUTE M.

Alors que les problèmes de collecte des déchets ménagers s’intensifient en début de période estivale, au vu des quantités rejetées, la commission de jugement des offres de la commune de Béjaïa vient de dresser un procès-verbal prononçant l’infructuosité du programme de sous-traitance du ramassage des ordures.

Le commun des Béjaouis ne peut s’empêcher de regretter que Béjaïa, l’une des villes les plus anciennes de la Méditerranée, soit aussi sale. Le constat est fait aussi par les nombreux estivants qui choisissent la destination Béjaïa pour leurs vacances d’été. Il était opportun donc de s’intéresser à certains aspects de la gestion de la municipalité, en particulier aux programmes liés à la collecte des déchets dont l’inexécution a des impacts directs sur cet état de fait.
Alors que les problèmes de collecte des déchets ménagers s’intensifient en début de période estivale, la commission de jugement des offres de la commune de Béjaïa vient de dresser un procès-verbal prononçant l’infructuosité du programme de sous-traitance du ramassage des ordures dans quatre secteurs suburbains de la ville, a regretté un membre de cette assemblée. Prétexte invoqué : la préqualification d’une seule entreprise sur les quatre ayant soumissionné. Le programme, doté d’une enveloppe budgétaire initiale de 43 millions de dinars, était destiné à améliorer les prestations de collecte dans les quartiers périphériques de la ville à forte densité, comme Tizi, Ighil Ouchalal, Laazib Oumamar, Takliat, Ihaddadène Ouadda et Oufella, Dar Jbel et Boukhiama, dont les habitants expriment quotidiennement leur insatisfaction, et par-là même réduire la pression sur les moyens humains et matériels de la commune, dont les 13 camions à benne tasseuse opérationnels sont insuffisants en période normale pour l’intervention dans les 18 secteurs de collecte de jour et de nuit, nonobstant les secteurs propres à la saison estivale, a expliqué notre interlocuteur. Il a fallu, a-t-il affirmé, plus de 12 jours à la commission pour établir un procès-verbal d’évaluation, “censé être dressé séance tenante, après moult tergiversations pour des desseins très éloignés des intérêts de la commune, prononçant l’infructuosité sous prétexte d’une seule entreprise préqualifiée, ce qui ne manque pas de soulever des interrogations”.
Sinon comment expliquer, a poursuivi notre interlocuteur, la disqualification de soumissionnaires par la commission d’évaluation, sous le motif d’absence de pièces administratives (PV de contrôle technique), alors que la réglementation des marchés publics stipule que seules les offres déclarées conformes et complètes seront admises à l’évaluation, et que les soumissionnaires dont les offres techniques sont incomplètes sont censés avoir été invités à compléter leurs offres techniques dans un délai maximum de 10 jours.
Plus encore, l’interprétation très restrictive de l’évaluation du matériel, sans tenir compte des dispositions du cahier des charges qui précisent clairement les justificatifs requis pour l’attribution des points, sauf à croire que le seul objectif est de déclarer l’appel d’offres infructueux en ne faisant préqualifier qu’une seule entreprise après l’élimination forcée de tous les autres prétendants.
Pour finir, le vice-président chargé de l’hygiène et de la sécurité n’a pas manqué de répliquer au wali de Béjaïa, qui ne cesse de déplorer à raison l’état de saleté de la ville, de se pencher sur cette situation et ce type de procédure, qui n’est qu’un exemple parmi tant d’autres programmes mis en jachère, à l’instar de celui relatif à l’acquisition de caissons métalliques, et de s’abstenir de formuler “des supputations inutiles sur les prochaines élections locales dont les résultats dépendent de la seule volonté des citoyens”.


M. O

 

Commentaires 

 
#2 nasri azedine 11-07-2012 16:43
Avec le débarquement sans limite des ruraux béjaia est devenue la ville la plus sale du pays pour avoir vécu 8 années avec eux.Sur les murs de la maison de la culture c'est un urinoir, derriere c'est carrément les w.c.Je plains les vie












lles familles bougieotes qui se débattent durement devant ce phénoméne d'individus ni foi ni loi.
 
 
#1 AKSEL 11-07-2012 16:28
MOUHOUBI a refusé d'attribuer le marché de la collecte à un grand opérateur deTizi " MANSOURI Ex joueur de l'EN des année 80"qui possède plusieurs camions sous prétexte de le donner aux jeunes de l'ANSEJ qui ont investi dans ce sens.
Je suis d'accord de donner quelques secteurs de la ville aux jeunes , mais le principal de la ville doit être donné aux vrais professionnels. la finalité nous avons une ville très sale et des jeunes au chômage. Bravo ALLAOUA
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos