Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Algérie profonde Jeudi, 28 Février 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Profanation du Monument aux Morts à Constantine

Irréparable !

Par : Driss B.

La perte de la plaque en bronze ne suffit apparemment pas à alerter les autorités locales, car hormis la plainte déposée par l’APC il y a quelques jours, aucun élu ni aucun responsable n’a daigné se déplacer sur les lieux pour constater les dégâts.

Le monument aux morts, un patrimoine historique de la ville de Constantine, a été profané le 23 janvier dernier, lorsque des individus ont arraché une grande partie de la plaque commémorative portant les noms de soldats morts lors de la Première Guerre mondiale – des musulmans, des juifs et des chrétiens originaires de la ville. Encore une fois, les Constantinois constatent avec amertume le désastre causé par cette énième dégradation du site.
Ce monument en forme d'arc de triomphe dominant les gorges du Rhummel fut inauguré en 1934 et est l’œuvre des architectes français Roguet et Dumoulin. Sur place, nous constatons que ce site historique offre aujourd’hui une image d'abandon, d’insécurité, de saleté et de dégradation avancée : les murs souillés de tags, mauvaises odeurs, saleté et coins transformés en urinoirs. La table d'orientation réalisée en 1936 par  le Touring Club de France et qui renseigne sur les directions à prendre pour les villes environnantes, est elle aussi sérieusement endommagée.
Des visiteurs rencontrés venus de l’ouest du pays sont sous le choc et ne comprennent pas comment un site d’une telle beauté est totalement à l’abandon. Le pire est que la perte irréparable de la plaque en bronze ne suffit apparemment pas à alerter les autorités locales, car hormis la plainte déposée par l’APC il y a quelques jours, aucun élu ni aucun responsable n’a daigné se déplacer sur les lieux pour constater les dégâts. D’ailleurs, les délinquants rôdent toujours autour du site. Le P/APC, Seifeddine Rihani, que nous avons contacté, nous a révélé qu’en plus de la plainte, la commune – propriétaire du monument – envisage de reconstituer la plaque : “Nous sommes en train de voir avec la commission du patrimoine de la commune en vue de faire appel à des experts et à des historiens pour qu’ils nous fournissent les noms exacts de tous les soldats qui figuraient sur la plaque manquante. C’est un travail difficile, mais nous allons le faire tout de même.” Le nouveau maire nous a également assuré que l’APC réfléchit sérieusement à réaménager tout le site. 
Le dossier sera examiné par l’assemblée, nous a-t-il précisé. Cette attaque, en tout cas, aurait pu être évitée, si les autorités locales avaient fait leur travail. On se souvient qu’en 2010, l’ancien maire Abdelhamid Chibane avait déclaré à la presse qu’il promettait de “sauver le monument d'une mort devenue presque certaine”. Il avait même annoncé qu’une enveloppe financière de 50 millions de dinars serait allouée pour financer la réhabilitation du site. Cette proposition de Chibane sera relayée quelques semaines plus tard par la déclaration de l’ancien wali Abdelmalek Boudiaf qui, en mars 2010, proposa d’installer un poste de police pour garantir la sécurité des familles et des visiteurs. Un projet resté en suspens depuis. Quelques mois plus tard, l’actuel wali Noureddine Bedoui, ayant constaté le délabrement des lieux lors d’une visite d’inspection, annonça qu’une réhabilitation touchera l’ensemble du site, aussi bien le monument que ses abords, avec la création de restaurants et de cafétérias, ainsi que des aires de jeux et d’un parking. C’était en 2011.
Ce qui est rassurant, c’est que cette profanation du monument a tout de même provoqué l’indignation des Constantinois. Un groupe de citoyens a d’ailleurs lancé la pétition “Halte au viol de la mémoire de Constantine” sur Facebook, sur la page “Constantine-Riposte”.
Parmi les signataires figurent l’écrivain Rachid Boudjedra, l’historien Gilbert Meynier ou encore le cinéaste Mohamed Hazourli, sans oublier des artistes et des journalistes. L’adresse électronique de la pétition est la suivante : constantineriposte@gmail.com.


D B

 

Commentaires 

 
#4 Leray 24-07-2014 00:10
Il suffit de taper monument aux morts de Constantine sur GOOGLE...Vous trouverez un site de Claude Soulier qui a repertorié tous les noms...Mais de cela,le gouvernement Français s'en moque...
J'ai un aieul marqué sur ce monument....
 
 
#3 Echotier 01-03-2013 19:02
J'ai été élève du lycée Redha Hou hou, de l'autre côté du pont. Notre professeur d'éducation physique nous conduisait jusqu'au monument aux morts et là, nous faisions des exercices. Dans le plus grand respect des lieux, de l'édifice et de la nature qui l'entoure. Je parle d'une époque où le respect avait un sens, où l'éducation reçue était de nature à faire de nous des hommes, des citoyens responsables. Aujourd'hui, l'école et la société produisent des incultes, des sauvages, des prédateurs dès le jeune âge. Nous nous préparons des lendemains qui vont déchanter. le danger pour notre société est là, pas au sud.
 
 
#2 ari 28-02-2013 12:47
je ne suis pas constantinois, mais algérien tout court et tout ce qui touche à notre patrimoine commun me concerne. j'ai eu le plaisir en juillet passé de visiter Constantine et par curiosité ce monument haut en hauteur et en histoire qui donne à cette ville, un je ne sais quoi de plus et de beau, malheureusement comme l'a si bien dit ce journaliste, on se demande que font les autorités sur place pour la préservation de ses sites dédiés à l'histoire de la ville, c'est vrai que c'est un site abandonné comme d'ailleurs de nombreux sites ou il ne fait pas bon y mettre les pieds tant l'endroit est repoussant et insécurisé. Et on nous parle de tourisme international, déjà que nous ca nous rebute, que penser de la réaction d'un touriste étranger. quand allons nous prendre conscience que ces monuments font partie de notre mémoire collective et que c'est cela que recherche le touriste étranger, il ne viendra pas voir nos maisons hideuses ainsi que nos quartiers délabrés. Arrêtons le massacre.
 
 
#1 Loukan 28-02-2013 10:17
Bien entendu c'est toujours "après la bataille" que les responsables se prononcent.
Cela aurait été plus facile de prendre des photos (ou des films) de la cosntruction et des plaques qui y étaient.Quant à la table d'orientation pourquoi ne pas en avoir fait une copie ... ? Au leiu de cal, l'originale a subit les outrages du temps et des hordes de gamins et d'adultes en mal d'affirmation de soi.
Qui plus est, le monument a été laissé à l'abandon, comme tant d'autres à Constantine (Soumaa du Khroub ou Souika ....qui est en voie de tomber en ruines). Les morts, même tombés pour la France dans le contexte de la 1ère guerre mondiale, méritent le respect et la considération. Cet endroit a été mon terrain de jeu avec mes copains, fin des années 50 et 60. Nous l'avons laissé tel quel. Il est vrai que nous habitions pas loin de l'autre coté du pont, c'était donc "notre" bien donc à conserver.
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos