Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Algérie profonde Mardi, 26 Mars 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Journée mondiale de l’arbre

La foresterie pour le développement du massif de Collo

Par : Kezzar Mourad

Depuis 2005, et avec l’amélioration de la situation sécuritaire, les infractions relatives au pillage de la forêt sont en nette diminution alors que le phénomène avait atteint des pics alarmants entre 2001 et 2004. Par contre, les cas de défrichement et de terrassements illicites sont en hausse depuis 2005. Cela peut être expliqué par le retour des ruraux qui ont quitté leurs douars et mechtas dans les années 1990 et qui essaient d’élargir leurs espaces de vie au détriment de la forêt. Ces données nous ont été confirmées, jeudi dernier, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’arbre.
En effet, à cette occasion, le centre culturel de la ville a abrité une exposition organisée par les services des forêts. Ce fut une occasion pour revisiter le passé de cette région qui procurait, jusqu'aux années 1970, les trois-quarts de la production nationale en liège et qui était, à hauteur de 90%, destinée à l’exportation. Le concours de la crise qui a commencé à secouer la filière liège dans le monde à partir de la fin des années 1980 et de la situation sécuritaire qui a prévalu en Algérie dans les années 1990, a mis à genoux toute une économie rurale basée autour du bois et du liège.
Aujourd’hui, les pouvoirs publics essaient de dépasser cette situation de crise à travers les différents programmes de développement agricole et de renouveau de la foresterie. Depuis 2003, le monde rural, en plus des programmes de développement agricole pilotés par le secteur de l’agriculture, bénéficie de programmes menés par les services des forêts. Il s’agit de programmes qui visent à retenir les populations des montagnes en leur offrant les moyens de développer des activités économiques rentables avec, comme source, le bois et ses dérivés.
L’idée de cette foresterie est aussi de pousser ces populations rurales, acteurs économiques, à préserver la forêt du moment qu’elles arriveront à sentir qu’elle est la source de leur revenus, voire de leur émancipation sociale.
C’est dans ce sens que s’inscrivent les actions d’aide à l’arboriculture avec comme appoint le développement des oliveraies, de l’apiculture et de l’élevage ovin et bovin.


M K

 
DIlem
DILEM DU 30 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Voir toute La rubrique

Dernières infos