Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

Auto-News

Conduire et se conduire autrement…

La tuerie continue sur nos routes, le silence aussi. Où sont les politiques ? Occupés à préparer leur avenir, avec les élections législatives. Oui, mais leur responsabilité est de prendre en charge les usagers de la route, eux-mêmes et leur progéniture en font partie.
Ça devrait être inscrit dans les programmes politiques, et l’engagement de chaque candidat et parti politique. Même qu’un ministère de la Route ou au moins un secrétariat d’état devrait être créé pour prendre en charge les problèmes du citoyen et la route. Réaliser des autoroutes, c’est bien. Mais réaliser en même temps les routes secondaires, des trottoirs, en respectant les droits des piétons, en tenant compte de chaque catégorie de citoyens, remettre à jour la signalisation sur nos routes, contrôler sérieusement les produits utilisés sur nos routes et autoroutes et superviser la réalisation technique des travaux.
La formation, la sensibilisation devraient être faites partout et dans chaque commune, et non pas qu’à Alger et aux enfants. Et l’on s’attend que ce soit aux enfants d’éduquer leurs parents ! C’est le monde à l’envers. Nous devons attendre 20 ans, au moins, pour vérifier si cette méthode est bonne, si elle aura porté ses fruits ! Certains ne seront peut-être pas de ce monde pour rendre des comptes à la société. C’est très simpliste de faire des prévisions à long terme. C’est aujourd’hui que nous voulons réduire le nombre de morts et de blessés sur nos routes. Nous voulons devenir derniers au monde en termes d’accidents. Il faut des solutions tout de suite, elles existent, si on veut réellement réduire le nombre d’accidents mortels. Mais est-ce qu’on arrivera un jour à faire respecter la loi ? Ce n’est pas en important un système qui a montré ses limites à l’étranger que l’on va nous faire croire que le permis à points va réduire le nombre d’accidents. Faux ! Il va en augmenter. L’équation est simple. J’ai plus de temps dans mes mains, j’ai 21 points. Je peux me permettre quelques excès, perdre 4 ou 5 points qu’est-ce que c’est, rien d’alarmant ! Ça donne le temps aux chauffards conducteurs de faire plus de morts sur nos routes. Et même les bons conducteurs seront tentés. Ce n’est pas une question de points. Le permis est un diplôme pour une bonne conduite et non un permis de tuer.


Y. B. M.