Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

conduire et se conduire autrement

Radar tolérance zéro

Le 13 septembre à l’entrée d’Alger, de Ghardaïa après avoir peiné pour doubler un long convoi exceptionnel  composé de plusieurs camions de type porte-chars, vous êtes soulagés d’avoir fini de vous être débarrassé sans encombre de ce long et périlleux exercice. Arrivé au 4e rond-point de la RN 1, se trouve une autre désagréable surprise.
Le fameux radar de la police de Ghardaïa, caché dans les petits arbustes, naturellement personne n’aurait soupçonné sa présence, car depuis plus de 4 ans que je passe, je ne l’ai jamais vu dans cet endroit. D’accord, c’est un “13”, mais pas un vendredi. On dit que le chiffre porte-bonheur pour certains, mais, malheur pour d’autres. On ne fait pas attention aux plaques de signalisation, de 60 km/h, qui se trouvent juste devant les dos d’âne. D’ailleurs, pourquoi nous laisser cette plaque-là, puisque nous ne pouvons passer sur ce dos d’âne à cette vitesse-là ? Bref, à notre grande surprise, l’agent nous a demandé de serrer à droite. Ce que nous avons fait, en pensant que c’était pour un contrôle de routine.
Eh bien non, nous venons d’être flashés pour excès de vitesse, rien que ça ! Nous étions trois véhicules l’un derrière l’autre. Naturellement, nous avons demandé à quelle vitesse avions-nous été flashés, rien d’extraordinaire, à 61 km/h. Quelle précision, ce radar ! Le kilomètre/heure qui va vous coûter 2000 DA et un retrait de permis de 6 mois. Il n’y pas de plaque de signalisation avant le barrage, et, en plus, comment lire le km/h sur le cadran du compteur, puisque dans aucune voiture en circulation, il n’y a la graduation de 1 km ? Cela va de 5 km, puis 10 km, pas moins. Il devrait y avoir une tolérance de plus de 10 km, pour ne pas léser les bons conducteurs et ne pas en faire un chauffard.
Car si l’amende est la même entre 1 km de plus ou 100 km, autant en faire plus. Ce qui est marrant dans cette affaire, c’est que les 3 véhicules qui se suivaient étaient à 61 km/h, une prouesse, une synchronisation parfaite. Et si l’on synchronisait aussi les radars à travers le territoire national ? On devrait, d’une part, instaurer la loi des paliers pour les petites vitesses, à savoir de 10 à 20 km/h, 1000 DA ; de 20 à 30 km/h à 2000 DA, etc. Plus la vitesse est élevée, plus on paie. Et on devrait le faire sur place, sans retrait de permis.
Comme en Afrique du Sud et dans les pays avancés, la police et gendarmerie sont équipés d’un terminal afin d’encaisser sur place les contraventions. Au lieu de faire vivre des moments pénibles pour si peu de choses, pour juste 1 km/h de plus. Ce sera plus juste et moins dégradant.
Au fait, pourquoi les camions qui transportent deux à trois fois leurs charges passent-ils le plus normalement du monde ! Auraient-ils un permis ou un laissez-passer spécial et nous ne le savons pas ? Le but est de réduire le nombre d’accidents mortels, et c’est les grandes vitesses qui les causent. Donc, unissons-nous tous afin que l’on atteigne ce but.


Y. B. M.