Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

conduire et se conduire autrement

Sabot ou sabotage !?

Lundi passé, j’ai stationné mon véhicule, vers 7h30 du matin, dans la rue Rabah-Noël, à Meissonnier (Alger-centre). Il y avait des véhicules stationnés des deux côtés de la rue. Elle est à sens unique, cela ne devait pas poser de problème aux autres usagers. Je me suis, donc, dirigé à la conférence de presse qui se tenait au centre Omar-Racim, qui avait pour objet : la préservation du patrimoine. À mon retour, je me suis aperçu qu’il ne restait que quelques véhicules qui étaient «sabotés» et le mien en faisait partie ! On vous laisse une invitation à vous au bureau de poste le plus proche pour vous acquitter d’une redevance de
2 000 DA. Mais il fallait attendre ce fameux véhicule libérateur ! Combien pensez-vous devoir attendre : 1h, 2 ou 3h ? Eh bien non ! ce sera 5h40mn. C'est-à-dire de 9h à 14h 40mn. J’ai voulu faire bouger les choses en appelant les services concernés. J’ai vu quatre personnes les unes après les autres qui m’ont toutes affirmé que le véhicule en question allait venir incessamment. Ce n’est qu’à 14h40mn que j’ai pu être délivré de ce piège métallique, appelé communément : sabot ! La raison : commerçants et voisins s’étaient plaints à M. le maire de cet arrondissement pour placer des plaques d’interdiction de stationnement par alternance. De bon matin, il faudrait que vous connaissiez la date pour décider de quel côté vous mettre, puisque les deux côtés étaient occupés. Et de préférence, venez après 9h, car ceux qui viennent après peuvent stationner sans être inquiétés. Un citoyen m’avait même dit au téléphone : “Vous êtes un citoyen comme tout le monde, attendez votre tour”. Oui, j’espère bien que je suis un citoyen comme les autres, et non pas un ? de citoyen. La solution est simple, appliquer la loi et libérer les véhicules «sabotés». Je pense que tout le monde trouverait son bonheur si on venait à nous débarrasser de ces bouts de ferraille qui immobilisent nos véhicules, comme l’ont fait ceux d’outre-mer qui l’avaient adopté avant nous, puis s’en sont définitivement débarrassés. Car le but recherché est bien de ne pas obstruer la circulation. Mais, si on immobilise un ou plusieurs véhicules avec des sabots, on le fait et c’est pour une longue durée ; le résultat est inverse. Si c’était pour sauver des vies, oui ! J’en demanderais quatre pour mon véhicule ! Amis automobilistes, soyez cool. Respectez le code et,  par la même occasion, l’usager qui a bien des soucis sur nos routes !


Y. B. M.