Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Que vaut le pilote de "The Orville": "Star Trek" version "Seth MacFarlane" ?

©D.R.

Après nous avoir fait rire avec les séries animées American Dad! et Les Griffin  (Family Guy) ou au cinéma avec TedSeth MacFarlane récidive avec la dramédie de science-fiction "The Orville" et rend ainsi hommage à Star Trek. Mais il y a peu de chances pour que cette série, fasse de l’ombre à son modèle.

Le pitch : En 2419, la Terre fait partie de l’Union Planétaire : une civilisation étendue, avancée et surtout pacifique, possédant une flotte de 3000 navires. Parmi eux, l’U.S.S Orville, un vaisseau spatial plus de toute fraîcheur, dirigé par l’officier Ed Mercer (Seth MacFarlane himself), Avec son équipage excentrique complété par l’arrivée surprise de son ex-femme au post de seconde, il va explorer la galaxie et réaliser des missions parfois périlleuses.   Un an avant d’avoir le commandement de son vaisseau, notre capitaine a surpris sa femme Kelly Grayson (Adrianne Palicki), au lit avec un autre, ce qui a débouché sur un divorce. Forcément, l’ambiance sur le pont suite à cette réunion est… tendue. 

Recherche un sens de l’humour désespérément  

La série est présentée par la FOX comme étant une comédie, et MacFarlane parait chercher à ne pas faire mentir son employeur. Le souci, c'est que les blagues tombent violemment à plat et ne font visiblement rire que l'acteur/scénariste/créateur. Le show est réduit à des échanges de vannes embarrassantes, à de l’humour sage et peu convaincant.          

On remarque également que, The Orville semble tomber dans l’excès d’hommage à la franchise de Gene Roddenberry  (des uniformes à la conception du vaisseau en passant par les personnages, tout ou presque rappelait la série mythique…) ce qui dilue l’impact comique.

Où sont passés le goût de l’absurde, et le ton grotesque de l’outrancier Seth MacFarlane ?

Crash intersidéral

The Orville n’est pas un hommage décalé ni une parodie de Star Trek ; ce n’est pas non plus un space opera traditionnel. Un peu comédie de bureau, un peu série d’aventures…

Et c’est là, le problème : dans le pilote, on oscille entre plusieurs registres. MacFarlane a créé un show un peu désordonné, sans orientation claire.

Pourtant Sur le papier, The Orville avait de quoi séduire ; Seth MacFarlane au casting et à la création, Jon Favreau (Iron Man 1 et 2) à la réalisation, mais, force est de constater que cette entreprise comico-spatiale ne décolle pas vraiment.

Passée la surprise quant au ton aseptisé, on reste un peu perplexe devant ce pilote. Les effets spéciaux sont plutôt pauvres, les intrigues ne sont pas inédites ; la relation Ed/Kelly  a été vue mille fois. Et l’interprétation de certains acteurs laisse par moments dubitatif.                                                                   Signalons, au passage, la présence d’acteurs  bien connus des fans de séries : outre Adrianne Palicki (Friday night lights), on retrouve Victor Gaber (Alias, DC’s Legends of Tomorrow) et Penny Johnson-Gerald (24, Castle)

The Orville ressemble à un caprice, et même si Seth MacFarlane semble s'être bien amusé en jouant le Capitaine Kirk, le plaisir n'est pas partagé.

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER