Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

2 décès dénombrés depuis janvier à Ghardaïa

1 970 victimes de piqûres de scorpion recensés

© D.R

Pas moins de 1 974 personnes ont été victimes de piqûres de scorpion, dont deux décès (nourrissons), de janvier à fin septembre 2019 dans la wilaya de Ghardaïa, selon la direction locale de la santé et de la population (DSP). Les deux cas de décès ont été recensés dans la commune de Ghardaïa.
La commune de Guerrara détient le record des piqûres de scorpion avec 598 cas, suivie des communes de Ghardaïa (525) et Métlili (477), révèlent les statistiques de la DSP. Le nombre de piqûres de scorpion et l'inoculation accidentelle de leur venin augmente en période estivale, a souligné le DSP, Ameur Benaïssa, attribuant cette situation au climat aride et à l'insalubrité publique et la dégradation de l'environnement.

Malgré la large densité de la couverture sanitaire de proximité répondant aux exigences de cas d'envenimation avec la disponibilité d'antidote (sérum) dans les différentes localités de la wilaya, les piqûres de scorpion continuent d'être un véritable problème de santé publique dans la wilaya de Ghardaïa, a fait savoir le DSP.

Pour de nombreux praticiens de la wilaya, l'insalubrité publique, l'insuffisance de l'éclairage public et le manque d'éducation sanitaire, sont les principaux facteurs favorisant la prolifération de ces insectes venimeux dans les zones urbanisées et d'habitation. De leur côté, des responsables des bureaux d'hygiène des collectivités locales suggèrent la mobilisation de fonds pour le ramassage et la collecte de scorpions durant la période de vacances, en associant les jeunes afin de réduire la population de cet insecte dangereux et permettre à l'Institut Pasteur Algérie de fabriquer le sérum anti-scorpion. Seul l'hygiène du milieu environnemental et les actions d'éducation et de prévention, pour lutter contre ce fléau qui requiert une collaboration multisectorielle, peuvent réduire sensiblement le fléau, a précisé le DSP.


BOUHAMAM AREZKI



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER