Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Lotissement Maroko à Tizi Gheniff (Tizi Ouzou)

Absence d’aménagement urbain

© D. R.

Plusieurs années après avoir reçu les promesses des autorités, les résidents du lotissement social dit Maroko, à quatre kilomètres à la sortie de la ville de Tizi Gheniff, sont toujours dans l’attente de l’aménagement de leur lotissement et, par conséquent, la fin du calvaire qu’ils vivent au quotidien. Dans leurs différentes requêtes adressées aux autorités, les habitants de ce lotissement ont soulevé, entre autres, l’inexistence d’éclairage public, de réseaux d’évacuation des eaux pluviales et d’assainissement, d’une aire de jeux, de placettes publiques.

“Des commissions ont été dépêchées par les autorités sur place pour recenser les insuffisances, mais nous attendons toujours la concrétisation de leurs promesses”, nous dira un habitant. “Nous souhaitons seulement que ce ne sont pas de fausses promesses”, estime le même interlocuteur.  Selon des responsables locaux, l’aménagement de ce lotissement n’est pas une simple affaire. 

“Une équipe de topographes de l’agence foncière de Boghni est à pied d’œuvre pour établir, avant tout, un état des lieux afin de procéder à la mise à jour du permis de lotir pour qu’il soit en respect avec les règles d’urbanisme”, nous dira une source à l’APC soulignant que ce lotissement est en proie à une grande anarchie. 

Selon nos sources, certains acquéreurs de lots de terrain n’ont pas respecté les clauses du permis de lotir en plus de l’empiétement sur les terres agricoles adjacentes au lotissement, certaines voies d’accès aménagées ne figurent pas sur le plan du lotissement alors que des lots ont été attribués sur des voies existantes d’autres se trouvent sous des lignes électriques.

“Ce qui n’est pas pour faciliter la tâche”, prévient nos interlocuteurs expliquant que ce n’est qu’une fois l’ordre remis dans ce lotissement que la seconde phase sera entamée. Les services techniques, disent-ils, devront recenser les insuffisances en matière aménagements tels que les trottoirs, l’évacuation des eaux pluviales et l’éclairage public en vue d’établir des fiches techniques y afférentes et les soumettre ensuite aux directions concernées. 
 

O. Ghilès



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER