Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Malgré une rentrée annuelle de plus de 400 milliards dans les caisses de la commune

Blida : les habitants de Guerouaou dans la précarité

La rareté de l’eau potable dans les robinets des foyers de la commune de Guerouaou a provoqué la colère de la population qui a organisé un sit-in devant le siège de l’APC pour exprimer son désarroi. La pénurie dans cette bourgade, située à 10 km au nord du chef-lieu de wilaya, date depuis des années, sans que les responsables locaux arrivent à le résoudre, même partiellement. Pourtant, la Guerouaou est l’une des communes les plus riches dans la wilaya de Blida. Avec une rentrée annuelle de plus de 400 milliards provenant de la fiscalité des entreprises basées dans la zone industrielle, la localité demeure le parent pauvre de la wilaya de Blida. Cette bourgade à vocation agricole, dont plus de 60% du foncier est du ressort du privé, accuse un énorme retard en matière de développement. Devant la forte demande, les propriétaires terriens abandonnent l’agriculture pour les vendre. Ces dernières années, le béton a gangréné la commune et la construction des habitations sans le respect des règles d’urbanisme a provoqué une anarchie indescriptible. Presque toutes les rues exiguës de la ville mènent à des impasses. L’absence de contrôle des services concernés a fait de cette ville un labyrinthe, où il est très difficile d’entrer et d’en sortir. Le manque d’eau potable n’est pas le seul problème des habitants de la commune de Guerouaou, qui s’alimentent grâce aux camions-citernes. L’absence de l’éclairage public, le manque de gaz de ville, du réseau d’assainissement des eaux usées, des trottoirs, le commerce informel et surtout l’effacement des élus font souffrir énormément les habitants, qui vivent le calvaire au quotidien.


K. FAWZI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER