Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Cité des 100-logements de M’Sila

Des locaux commerciaux laissés à l’abandon

Au lieu d’exaucer le vœu des jeunes, à savoir leur procurer un emploi afin d’absorber ne serait-ce qu’une petite proportion de chômage, en exploitant les locaux commerciaux de la cité 100-Logements à M’sila qui se heurte à la politique de l’attente et profite en attendant aux délinquants qui squattent les lieux.
Les habitants de cette cité dénoncent cet état de fait, qui dure depuis plusieurs années de leur réalisation, ils sont là, bâtis et édifiés, à attendre les légitimes acquéreurs.
Ils ne génèrent aucune activité. Des milliards de centimes ont été déboursés dans la réalisation de ces biens, qui, finalement, sont à l’abandon. Les quelques jeunes qui ont tenté de les exploiter, les ont rapidement délaissés.
Ceux-ci, qui sont devenus une source à problèmes, inquièent au plus haut les habitants. “Ils sont occupés à longueur de la journée par des délinquants”, dira M. Boussak Azzedine, président du comité du quartier. “En plus de la dégradation des conduites des eaux usées et d’autres installations communes, la vente et la consommation de drogue et de boissons alcoolisées se font au vu et au vu de tout le monde sans que quelqu’un ose mettre le holà. Il ne reste que des trous béants à la place des ouvertures. Personne ne s’est jamais soucié de protéger ce bien public réalisé à coup de centaines de millions déboursés par l’État pour réduire le chômage endémique qui frappe de plein fouet la région”, ajoute-t-il. “Si les locaux commerciaux avaient été attribués au moment opportun, une centaine de chômeurs y seraient en ce moment en train de vaquer à des activités commerciales ou artisanales. Certains auraient même créé des emplois”, commente un autre habitant.
Faut-il maintenant laisser ce qui reste de ces locaux à la merci des intempéries et des délinquants ? Les habitants espèrent que les autorités concernées bougent et trouvent une solution au problème.


Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER