Scroll To Top
FLASH
  • Raffinerie pétrolière d'Alger: le chef du projet relevé de ses fonctions (APS)
  • Accidents de la route : 48 morts et 2.047 blessés en une semaine

L’Algérie profonde / Centre

Tayebet (Touggourt)

Les habitants réclament une station d’épuration des eaux d’assainissement

Les eaux usées à ciel ouvert ©D. R.

Cette eau laissée à l’air libre représente un danger permanent pour la nappe phréatique et risque de contaminer beaucoup d’espèces animalières qui l’utilisent pour leur abreuvement, notamment les chameaux.

Le problème d’évacuation des eaux d’assainissement de la daïra de Tayebet, située à 40 km à l’est de Touggourt, a été tant soulevé par les habitants qui étaient contraints depuis longtemps d’avoir recours aux fosses septiques. Comme solution temporaire, les services de la wilaya ont procédé en 2015 au lancement d’une station de rejet fixe à Bir Lassel (Tayebet) d’une capacité de 150l/s. Elle est raccordée à trois pompes en permanence pour rejeter, ensuite, ces eaux vers l’erg de Mayet El-Kebch où trois bassins de décantation ont été réalisés. Cependant, cette eau laissée à l’air libre représente un danger permanent pour la nappe phréatique et risque de contaminer beaucoup d’espèces animalières qui l’utilisent pour leur abreuvement, notamment les chameaux. Ensuite, ces trois bassins occupant un grand espace influeront au futur sur les palmeraies et exploitations agricoles environnantes. Outre, les odeurs nauséabondes qu’elle dégage, cette eau non traitée pourrait être à l’origine de la prolifération de moustiques et du rétrécissement de l’espace de distraction et de loisir pour les familles de la région. Selon Mohamed Tayeb Noui, membre de l’APW de Ouargla, “cette eau laissée à l’air libre est un danger pour la nappe phréatique et influera négativement sur la faune et la flore. Donc, il est urgent de réaliser une station d’épuration.” Et d’ajouter : “Et ce n’est pas fini. Pour mettre un terme à ce problème, une fois que ces eaux sont traitées, il faut les déverser dans le canal de oued Righ.” À rappeler que ce projet a été, dernièrement, à l’ordre de la visite effectuée par les deux walis de Ouargla et de Touggourt, qui étaient conscients de l’urgence de la prise en charge de ce problème à l’avenir.

Ammar Dafeur


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER