Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Draâ El-Mizan Tizi Ouzou

Les maraîchers proches du barrage de Aïn Zaouïa exaspérés

Le système d’irrigation du barrage étant vétuste, les agriculteurs de la région sont cruellement pénalisés. © D. R.

La localité de Aïn Zaouïa, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou, est à vocation essentiellement agricole.

Malheureusement, le barrage d'eau, réalisé au début des années 80, n'est pas opérationnel comme il se doit. Si selon les agriculteurs de la région, cet ouvrage d'une capacité de 1 400 000 m3 irriguait jadis jusqu'à 117 hectares, pour un total de 7 419 mètres linéaires,  ce n'est plus le cas aujourd'hui.  Avec le temps, son système d'irrigation est devenu vétuste. La tuyauterie  en amiante est rouillée et défectueuse.
À cause de nombreuses fuites, l'eau n'arrive plus aux 80 bornes conçues pour l'irrigation. Actuellement, les maraîchers recourent au pompage avec leurs propres moyens. Si certains d'entre eux bénéficient encore des services du système d’irrigation, d'autres recourent à des moto-pompes. À leur grande déception, l'Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT) vient d'afficher une note leur interdisant le pompage d'eau du barrage. “Ils ont attendu que certains d'entre nous aient investi des centaines de millions pour planter de la pastèque, de la courgette et autres légumes verts pour nous faire tomber sur la tête cette décision comme un couperet”, regrette un  maraîcher du hameau  Si Lounis. Ces agriculteurs interpellent aussi bien les responsables locaux que ceux de la wilaya pour remédier à ce cas qui vient de ruiner certains d'entre eux. “Nous lançons un appel au wali parce qu'il est le seul à pouvoir régler ce problème. Nous sommes de petits agriculteurs qui ne vivons que de cette activité. Si on est privé de cette eau, nous irons alors mendier. Au lieu de réfléchir au moyen de rentabiliser cet atout, ils prennent des décisions impopulaires”, estime un autre intervenant.  En effet, ce groupe de fellahs que nous avons rencontrés se prépare à lancer des réclamations à tous les niveaux pour que ce problème soit réglé.  Cette décision, apprend-t-on, est justifiée par le fait que l'utilisation illégale de ces motos-pompes polluait l'eau du barrage. Contacté à ce sujet, le maire nous répond qu'il avait transmis un courrier à la direction de l'ANBT où il a exposé les problèmes du barrage, notamment le manque d'eau pour l’irrigation.


O. Ghilès

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER