Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Déficit du livre scolaire à Blida

Les parents d’élèves désemparés

©D. R.

Le livre scolaire dans la wilaya de Blida connaît une défaillance en matière de disponibilité. À quelques jours de la rentrée, des écoliers trouvent des problèmes à suivre les cours. Certains parents ont préféré acheter des livres anciens utilisés toujours par le système pédagogique pour épargner à leurs enfants des problèmes avec leurs enseignants et leur permettre de suivre les cours de manière régulière. Le Salon du livre scolaire organisé à la maison de jeunes Bouaâmama-Djilali à Blida ne répondait pas à la demande des parents d’élèves qui s’agglutinent pour acheter les livres scolaires, et où, dans la majorité des cas, manquaient un ou deux livres à la liste, comme celui de l’histoire géographie de la 3e année moyenne. “Nous n’avons jamais vécu une telle situation. Le livre scolaire manquait dans certaines écoles, CEM et lycées. Si le ministère de l’Éducation a engagé des réformes scolaires depuis l’année dernière, il devait être à la hauteur et mettre à la disposition des élèves les 30 nouveaux manuels scolaires”, a indiqué un parent d’élève, qui reste toujours à la recherche des livres scolaires pour son fils qui est en 2e année moyenne. Sachant qu’il y a une défaillance dans la distribution des livres scolaires, certains enseignants accusent les directeurs des établissements d’avoir mal géré la situation en demandant un quota inférieur au nombre d’élèves dans l’établissement scolaire. “Nous fermons les yeux pour les élèves qui n’ont pas encore trouvé des livres. Nous sommes obligés de partager le livre avec d’autres élèves pour qu’ils puissent suivre ensemble la leçon”, explique un enseignant du primaire d’une école à Blida. Dans la même localité, on apprend aussi que la plupart des écoles ont vendu les livres aux nouveaux élèves de la première année primaire au prix de 780 DA, et suite à une circulaire parvenue du ministère de l’Éducation, les responsables des écoles ont été contraints de rembourser les élèves.

K. FAWZI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER