Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Médéa

L’incivisme à l’origine des nuisances dans les quartiers de la ville

© D.R.

Nombreuses sont les nuisances causées par le voisinage dans les quartiers et les rues de la ville de Médéa. Ceux-là mêmes sont pour la plupart à l’origine de conflits regrettables, mais il existe aussi un autre genre de troubles qui nuit directement à la tranquillité des habitants des cités, voire même à ceux des quartiers résidentiels, il s’agit des nuisances sonores et olfactives.
En effet, ces nuisances sont nombreuses et revêtent plusieurs formes, à l’image des surélévations de constructions de manière anarchique par certains riverains, qui privent ainsi les voisins directs de visibilité et qui ne peuvent pas en même temps recevoir chez eux les rayons du soleil.
Mais il y a pire, lorsque des gens sans conscience utilisent et abusent chez eux de travaux à la perceuse, provoquant dans tout l’immeuble des nuisances sonores carrément insupportables, sans se soucier du bien-être des autres et poussant l’outrecuidance à prolonger les travaux jusqu’aux premières heures de la soirée. Certains se permettent même d’utiliser l’espace public en squattant le trottoir pour les besoins de leur chantier, au vu et au su de tous, sans qu’aucune autorité n’intervienne pour y mettre un terme.
Plus grave sont les troubles créés par les nuisances sonores distillées par les salles des fêtes installées dans les quartiers populaires, qui ne respectent nullement les règles régissant l’activité d’exploitation des salles des fêtes, de spectacles et de loisirs, notamment l’isolation sonore et l’aménagement d’aires de stationnement pour les cortèges nuptiaux. Au chef-lieu de wilaya, où est implantée la quasi-totalité des salles des fêtes, les cortèges nuptiaux sont souvent synonymes d’enfer pour les riverains, du fait des nuisances qu’ils causent par l’utilisation inconsidérée des klaxons, les explosions de pétards et des feux de Bengale auxquels s’ajoutent les décibels de musique fusant pendant de longues heures de certaines salles des fêtes non équipées de moyens d’isolation sonore.
Par ailleurs, les nuisances olfactives sont aussi nombreuses, du fait des odeurs nauséabondes qui se dégageant des caniveaux mais également les émanations de fumier qui sont émises par les étables et les poulaillers installés à proximité, voire même à l’intérieur de certains quartiers.
Au nombre des nuisances sonores, il faut aussi ajouter les nuisances causées par les bruits des véhicules lourds, dont les conducteurs ne s’empêchent pas de laisser ronfler les moteurs à fond et à des heures indues, perturbant ainsi le sommeil et le repos des malades, des enfants et des personnes âgées.
Le phénomène de prolifération de motocyclettes est lui aussi source de nuisances en milieu urbain, d’autant que certains jeunes motocyclistes ne se gênent pas pour modifier leurs machines et pétaradent le long des artères à toute allure.
Nous croyons savoir que la réglementation relative à l’exploitation des salles de spectacles et de loisirs limite leur activité nocturne à une certaine heure, faute de quoi il y a des sanctions pour tapage nocturne.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER