Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

elle est destinée aux porteurs de projet

Session de formation au suivi de l’élevage bovin


Pas moins de 25 jeunes porteurs de projets éligibles au financement par l’Angem (Agence nationale de gestion du microcrédit) ont suivi durant 3 jours une formation consacrée au suivi d’un élevage bovin. Abritée par le CFVA (Centre de formation et de vulgarisation agricole), la session a porté sur les conditions essentielles à mettre en place pour la réussite d’un élevage bovin et les erreurs à éviter dans le choix des races bovines. En effet, les conditions à remplir en matière de suivi d’un élevage bovin sont basées sur un certain nombre de facteurs, notamment les facteurs climatiques qui sont déterminants pour le choix et l’adaptation de la race à sélectionner, et les facteurs liés à la nature des bâtiments d’élevage, expliquera Mme Cherif Sanaa, zootechnicienne et enseignante au CFVA de Médéa : “Le problème relatif à l’élevage bovin concerne principalement les races bovines pleines importées. Quant au choix de leur alimentation, il devient un élément limitant du projet, dans le cas où l’équilibre de la ration ne serait pas bien respecté.” En outre, l’autre facteur aussi important dans tout projet d’élevage est celui relatif à la reproduction, qui doit désormais passer du taureau à l’insémination artificielle, comme cela se pratique un peu partout dans le monde ainsi que dans notre pays. Car la pratique de l’insémination artificielle permet de diffuser la semence des meilleurs reproducteurs, dira Mme Cherif. Concernant la mission de reproduction en Algérie, elle relève des prérogatives du Cniag (Centre national d’insémination et d’amélioration génétique) de Baba Ali, seul habilité à mener les opérations de sélection des races et la constitution de la banque de sperme, produit utilisé par les seuls inséminateurs agréés, notamment les vétérinaires et les zootechniciens.

Aussi, les jeunes porteurs de projet ont été introduits à l’apprentissage des techniques relatives à la compréhension du comportement de la vache, aux conditions d’hygiène et de prophylaxie à garantir afin de pouvoir saisir les maladies pouvant affecter leur cheptel ainsi que les mesures de prévention contre les zoonoses (brucellose, tuberculose…) : “Il a été fait comprendre que l’élevage à partir de races importées est différent de l’élevage de la race bovine locale qui est rustique, appelée ‘Brune de l’Atlas’, étant une race plus adaptée aux conditions naturelles locales et plus résistante au climat et aux maladies typiques à la région.”
 

M. E. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER