L’Algérie profonde / Centre

Pour protester contre le retard de paiements accumulé par l’OPGI

Un collectif d’entrepreneurs interpelle le wali de Tizi Ouzou

©D. R.

Des chefs  d’entreprises  chargées de réaliser de nombreux programmes de logements qu’ils ont contractés avec l’Office  de promotion de gestion immobilière (OPGI)  dans la wilaya de Tizi Ouzou sont en colère et organisent un sit-in permanent devant la direction de l’OPGI située au centre-ville de Tizi Ouzou à compter de mardi, 3 octobre. Dans un courrier adressé au wali de Tizi Ouzou, le collectif des entrepreneurs-gérants de ces entreprises affirment qu’ils sont “en rupture de confiance totale avec l’OPGI car 80% des appels d’offres sont infructueux puisque les entreprises refusent de soumissionner”. Pis encore, ces entrepreneurs accusent même l’OPGI  “d’envoyer à la CNL des avenants comportant des erreurs préméditées afin de retarder le paiement des situations” auquel s’ajoute le “non-paiement des ODS de travaux supplémentaires et le refus du DG de répondre aux invitations des entreprises pour des visites de chantiers afin de régler les problèmes sur site”. Les entrepreneurs protestataires estiment qu’“il s’agit de dérobade afin de repousser les échéances. Le marasme ne fait que grandir au sein de la corporation des entrepreneurs”, clament-ils.  Il est à rappeler que ces entreprises avaient  déjà lancé, l’année dernière, un mouvement de protestation contre l’OPGI et dénoncé, entre autres, “la résiliation des contrats d’une quinzaine d’entreprises par l’OPGI, le retard dans les paiements des travaux, l’absence de dialogue avec cet organisme et des pénalités de retard non justifiées”.  Pour rappel, le  directeur de l’OPGI,  Boutrid Toufik, avait qualifié ces entreprises de “défaillantes  et  nous ne pouvons pas accepter cela. Nous avons juste appliqué les procédures légales. Ces entreprises veulent appliquer la loi à leur guise et nous disons non ! Il est anormal, à titre d’exemple, qu’une entreprise n’arrive toujours pas à livrer un projet de 21 logements, que des malheureux citoyens attendent depuis 7 ans”, a-t-il dit.  

K.Tighilt