Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Chronique ramadhanesque

24 Ramadhan : 29 juin 2016

La religion, c’est le bon comportement

Les prescriptions religieuses ont pour but de transformer le comportement et la moralité de l'individu. La prière nous permet d’être avec Dieu dans le silence cinq fois par jour, loin de ce monde dans lequel on se perd dans le doute, on s’enrobe d’oublie et on s’enivre de divertissements et d'hyper activité. C’est aussi le cas du jeûne, de la zakat et du pèlerinage dont le but ultime est la réalisation spirituelle. La stricte observance des cinq piliers de l’islam est une obligation. Mais ce respect impératif doit conduire le musulman à reformer son caractère et son comportement pour accéder à la noblesse spirituelle car le prophète (PSL) dit : “La religion, c’est le bon comportement” (voir le livre Ihyâ' 'ulûm ad-dîn, la revivification des sciences de la religion). La pratique d’un acte d’adoration quel qu’il soit, si elle ne conduit pas à la transformation de soi et du comportement, ne sera d’une grande utilité ni dans la vie d’ici ni dans l’au-delà. Le Jeûne par exemple ne consiste pas seulement à se priver de manger et de boire comme le dit le prophète (PSL) : “Certains ne gagneront de leur jeûne que le fait d'avoir eu faim ou soif” (Ibn Hibbân).
Il s’agit de réconcilier le droit et l’éthique, la norme et la vertu et accomplir les actes d’adoration en respectant leurs finalités car “le croyant atteint certes par la perfection de son comportement le degré de celui qui passe sa journée à jeûner et la nuit à prier” (Tabarânî).
Les pratiques religieuses sont censées apprendre au musulman à maîtriser sa langue, contrôler ses pulsions et combattre ses démons intérieurs. Être musulman, c’est aussi éviter de blesser les gens, les culpabiliser ou les juger, refuser d'engager d’éternelles polémiques superficielles et stériles au risque de faire fuir les gens : “Celui qui parmi les hommes occupera la plus mauvaise place auprès de Dieu le jour du jugement dernier sera celui que les hommes auront délaissé par crainte de sa méchanceté” (Bukhâri).

A. G.
Universitaire et recteur de la mosquée de Villeurbanne (France).


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER