Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Chronique ramadhanesque

“Le petit livre des grandes phrases” de Gilles Guilleron

“Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent”, Caligula (12-41)

La famille des Julio-Claudiens formait une dynastie qui régna pendant pratiquement un siècle dans une climat de complots, de violences et d’assassinats sur l’Empire romain (27 av. j.-c. à 68 apr. J.-C.). L’arrivée au pouvoir de Caligula après les vingt-tois années de règne de Tibère fut plutôt bien accueillie, mais rapidement le nouvel empereur révéla une inconstance et une folie meurtrière qui décimèrent son entourage. Dans La Vie des douze Césars, l’écrivain latin Suétone (I-IIe siècle apr. J.-C.) énumère toutes les “cruautés” de Caligula et rapporte son habitude de citer cette formule tirée d’une tragédie de Lucius Accius : “Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent.” Le règne de cet emprereur fou dura quatre années avant qu’il ne meurt à l’âge de 29 ans, assassiné par les soldats de sa garde.

Une famille terrible, sa sœur Agippine empoisonna son mari, l’empereur Claude, pour favoriser l’accession de son fils Néron, ce dernier, à son tour, fit tuer sa mère avant de se suicider !


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER