Scroll To Top

chronique / ACTUALITÉS

Au pays d’Inch’Allah

Amine Zaoui

Inchallah est une expression arabe composée de trois mots, qui signifie en français :  “Si Dieu le veut”. Inchallah est l’expression la plus utilisée dans le discours de cette nouvelle génération algérienne égyptianisée ou saoudianisée. Elle est utilisée à tort et à travers. Une locution importée d’Orient islamique. Dans le nouveau discours algérien, qu’importe le discours politique, social, scientifique ou culturel, après chaque phrase on entend sonner : “Inchallah” !
Nous sommes arrivés à un stade où tout le monde parle religieux. Toute la société est devenue fékiq, imam ou mufti. Tout est religionalisé ! Le mathématicien, à l’école, au lycée et même à l’université, parle comme quelqu’un qui puise ses équations mathématiques de la sourate el Fatiha. Il entame ses recherches pour résoudre un exercice mathématique toujours par “Inchallah” ! La dame de la météo voilée ou naturel, qu’importe, lit les informations données par le centre de recherche météo logiquement, et à la fin de chaque information elle n’oublie jamais de placer la fameuse expression “Inchallah” !  Le monsieur de la poésie classique ou moderne, qu’importe, prend le micro pour déclamer un poème, et avant de le faire il commence avec “Bismi Allah ar-Rahman ar-Rahim” comme se prêter à lire sourate Al-Koursi, ou encore “J’espère que vous allez aimer ma lecture, ‘inchallah’ !”  Le monsieur de la médecine moderne ou celui de roquia islamique, peu importe, dans leur discours ils sont jumeaux, identiques !
Ils nous parlent de leur science usant d’un discours de sorcière ; au début, au milieu et à la fin : inchallah !  Le monsieur de l’agriculture, le faux paysan ou le petit fellah, qu’importe, regarde le ciel et attend de la pluie, et dit dans une fainéantise absolue, les mains croisées, cigarette au bec ou une prise tabac chique chema sous la lèvre : “Que l’année soit bonne et balance Inchallah” !!
Monsieur le docteur spécialiste de la fécondité ou de la stérilité examinent la femme en lui disant “Vous aurez… Inchallah” !! L’artiste chanteur, avant de monter sur scène, ou dans un studio, avant de commencer son entretien ou son concert, il nous fait tout un discours entrecoupé par “Inch’Allah” ! La sage-femme ou la gynécologue de la maternité, entre les mains les résultats d’échographie de sa patiente notifiant un bébé fille, ose dire à la maman : “Un garçon inchallah” !
Tayyabat el-hammam, si quelques unes y sont encore dans beyt skoune du hammam du quartier, frotte le dos de sa cliente en disant : “Toute la saleté sera dégagée inchallah” ! Le taxieur dont le véhicule Symbol made in Algéria ou made in França est en panne, dit au passager : “Nous arrivons à l’heure” tout en balançant : “Inchallah” !
Le monsieur de l’autoroute, le  monsieur du café du coin, serveur ou consommateur, la  femme qui attend son fils ou son petit-fils devant la porte d’école, la femme qui prépare des m’sammanes, la femme de la classe qui ne ressemble en rien à une maîtresse d’école, la femme qui parle à la voisine à la station du bus, la femme qui fait la chaîne pour encaisser la retraite de son époux… tout ce monde ne bouge qu’avec Inchallah à la bouche ! Inchallah est aussi un service matrimonial, et voici Inchallah qui marie les célibats et les vieilles filles !
Inchallah est aussi une agence de voyage et une “Agence immobilière” !!!
Dieu n’est pas fellah, Il n’est pas médecin non plus, Allah n’est pas architecte, Il n’est pas commerçant non plus, Allah n’est pas un mécanicien de véhicule, Il n’est pas boulanger ou pharmacien non plus… Nous sommes au pays d’Inchallah (Si Dieu le veut) mais Allah ne répondra jamais aux appels des fainéants et aux hypocrites recroquevillés dans un discours religieux de paresse !
Dieu écoute ceux qui excellent dans la science, dans le travail, dans la création. Son cadeau pour  l’être humain c’est cette intelligence qu’il faut bien exploiter.  Inchallah d’aujourd’hui n’est plus Inch’Allah de mon grand-père !

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
5 réactions
no passaran le 04/03/2017 à 10h31

la langue arabe regorge de mots par dizaines de milliers. si on utilise in challah, ça veut dire primo l'inculture du locuteur et ça traduit sa soumission à demander la permission ou l'espoir qu'un autre résout le problème à votre place. le cerveau, la culture, l'intelligence à la poubelle, pourquoi faire un effort quand il suffit d'une supplication pour atteindre son but. après ça on se demande pourquoi il y a de la misère et pourquoi il y a des dominateurs etc...

ASSIL le 05/03/2017 à 8h19

Par contre les expressions "bye,ok,sans problème,ça va,. et toute une panoplie dont j'en passe n'expriment pas une couleur occidentale chez vous.Les Algériens tout comme le reste des Musulmans font référenc au verset 23 de Sourat EL KAHF "Et ne dis jamais, à propos d’une chose: «Je la ferai demain»,. sans ajouter: «Si Allah le veut»..Vous concluez par une reconnaissance que l'expression INCHAA ALLAH était utilisée depuis l'époque de votre grand père.!S'était-il lui aussi égyptiannisé..!!!???

Fraternity le 06/03/2017 à 15h36

ça explique aussi la prédominance du fait religieux sur les comportements de la société, d'une part, et le manque sincérité , d'exactitude, et de certitude, quant à la réalisation de quelque chose, d'autre part. Ce terme est synonyme aussi de méfiance: la société, qui se revendique comme musulmane, est ignorante car elle suppose l'existence d'une autre force, pour réaliser un travail: caractéristique des pays sous-développés !

ASSIL le 07/03/2017 à 14h58

Cette expression n'exprime ni le doute ni l'incertitude comme vous voulez l’interpréter mais une affirmation qu'au dessus de la volonté de l'homme il y a la divinité ...son emploi ne se substitue pas et ne dispense pas le musulman de l'engagement et l'action...

quidamo le 10/04/2017 à 15h26

Ce propos de Mr Zaouï m’a rappelé, un fait que j’ai vécu un jour, avec un collègue du genre. On lui demandé à préparer un dossier sur les débouchés professionnels des jeunes, et vu l’importance de la chose, on lui a demandé de veiller au petit grain afin que le document ne porte pas d’erreurs. La surprise et grande quand on découvert qu’aucun chiffres ne correspond à l’autre. Que répond le monsieur : Il n’y a que le bon dieu qui ne fait pas d’erreurs ! Alors qu’il pouvait prendre tout son temps et vérifier. Ce jour là , je me suis dit qu’il faut mieux être athée et parfaire son travail que d’être un mi-croyant et tout jeter sur la religion . Peut être un dessillement devin.. ou une simple emprise du diable , soit maudit !

Commentaires
5 réactions