Scroll To Top

chronique / ACTUALITÉS

En toute innocence diabolique !

Petit, j’adorais grignoter les fèves grillées salées tout en écoutant les contes coraniques ! Mon père avait un gros livre cher à lui, écrit dans un arabe littéraire intitulé Qissas El-Qoraâne (les contes coraniques).

À l’accoutumée, ces histoires nous étaient lues à voix haute pendant les jours froids et surtout durant le mois de ramadhan. Mon père avait une voix mielleuse et captivante. Ses contes mystérieux tantôt me faisaient peur, tantôt me rendaient curieux.
“Le bélier d'Ismaël”, “la chamelle de Sâlih, “La baleine qui a avalé Jonas”, “Moïse qui demande de l'eau pour désaltérer son peuple, c'est alors qu’Une voix l’ordonna : Frappe le rocher avec ton bâton. Et tout d'un coup, douze sources en jaillirent”, “Noé et le déluge”, “Loth et la ville de Sodome”, “Joseph au fond d’un puits”…  Des histoires sur des Hommes qui ont le pouvoir magique de changer le monde autour d’eux et en eux. Des hommes qui parlent à leur Dieu. Que des hommes, prophètes ou apôtres. Il n’y avait point de femmes prophétesses !  Mais, par une séance nocturne de conte ramadhanesque, une femme a pu accéder dans la cour des histoires des hommes-prophètes : elle s’appelle Maryame. J’étais bouleversé. Mes sœurs étaient contentes et comblées.
Enfin une femme bercée dans une attention divine rentre dans les contes coraniques masculins ! Elle apporte son conte qui ne ressemble pas aux autres. Une femme qui voit son ventre gonfler !! L’accusation des hommes lui tombe sur la tête. L’honneur tribal entaché !
Une femme donne un enfant sans rapport sexuel, nous explique mon père en toute confiance ! J’étais fasciné par la personnalité magique de cette femme Maryame plus que par son bébé nommé Aïssa. “Un enfant est né sans la présence d’un père dans son lit”, ceci a fait éclater mes sœurs de rire, ma mère aussi, mais discrètement !  
Je suis le frère de sept sœurs !
Chez nous, on désigne le garçon par le nom de son père : fils de son père. Et voici mon père, l’unique lettré du hameau porteur du Livre intégral d’Allah dans son cœur, désigne un enfant par le nom de sa mère : Aïssa Ibn Maryame ! La honte ! Durant les jours hivernaux, j’adorais grignoter les fèves grillées salées tout en écoutant les histoires des prophètes !
Pourquoi dès que l’enfant est appelé par le nom de sa mère cela signifie qu’il est : bâtard, saint ou maudit ?   Enfant que j’étais, je portais en moi une grande fascination envers ce bébé désigné par le nom de sa mère, une femme qui a osé déranger l’ordre établi !
Je tendais l’oreille à mon père afin de discerner les détails de cette histoire ambiguë relative à  la naissance magique du bébé Aïssa : miraculeusement, un enfant né d’un miracle, le souffle divin ?
En écoutant les détails de l’histoire de cet enfant qui débarque dans ce bas monde sans père aucun, ni légal ni illégal, ni licité ni illicite,  je m’imaginais, moi aussi, le fruit d’un souffle divin projeté dans le ventre de ma mère Benbraham Rabha !
Petit, j’adorais grignoter les fèves grillées salées tout en  écoutant les contes coraniques !  
Enfant, je n’aimais pas les fêtes de mariage. Le sang de la virginité célébré dans ces soirées folles m’angoissait. Les images des femmes corpulentes dansaient en brandissant une serviette blanche souillée du sang de la virginité de la mariée, me faisait monter le cœur !
Où est-il le sang de la virginité de Maryame mère de Aïssa ?
Dieu n’a pas de truc ! Mais Il féconde sa partenaire sans faire écouler du sang ! Ainsi j’ai adoré Dieu qui ne fait pas mal aux jeunes femmes nubiles. Et j’ai vénéré Maryame !
Après avoir écouté, pour la première fois, l’histoire magique sur la naissance mystérieuse de Jésus Aïssa, j’ai demandé à mon père : “Et moi comment-suis venu dans ce bas monde ?” Perplexe, surpris, il a regardé ma mère sans rien dire.
Petit, j’adorais grignoter les fèves grillées salées tout en écoutant les contes coraniques !  
De son côté, un peu tard, mon père m’a expliqué que Sidna Aïssa est le fils unique d’Allah ! Allah a des enfants, et Il n’a pas de sexe ? me demandais-je.  
Entre une poignée de fèves grillées salées que j’adorais et les contes racontés par mon père, j’ai grandi en toute innocence diabolique.
Les livres d’où mon père puisait ses contes extraordinaires, étaient traités avec grande considération par ma mère illettrée, folle amoureuse  de son mari.
Chaque jour, entre la prière de l’après-midi, el-açr, et celle du maghrib, au coucher du soleil, elle les dépoussiérait, et puis, religieusement, un par un, elle les remettait à leur place sur une vieille étagère en bois !


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
4 réactions
ladjenef le 03/12/2016 à 19h52

Non, la place du Coran n’est pas sur étagère en bois car ce n’est pas un extrais de la bible dont l’origine a été égarée (!). Il est et sera toujours d’actualité. En fait, l’hostilité des philosophes envers les prophètes vient du fait qu’ils n’admettent pas comment des bergers parfois illettrés, comme Mohammed (QPSSL) puissent être choisis pour porter la parole d’Allah aux hommes. C’est l’absence de cette jalousie chez les prophètes, entre autres raisons, qui a fait porter le choix divin sur eux

zouaoui le 07/12/2016 à 11h01

YARHAM BABAK, je n'arrive pas à comprendre comment quelqu’un comme votre père Allah Yarhmou, et qui de surcroît était "porteur du Livre intégral d’Allah dans son cœur", puisse croire ou même dire que "Sidna Aïssa est le fils unique d’Allah"

ladjenef le 11/12/2016 à 8h07

Pour la provocation, ce chroniqueur ,n'a pas limite ! Ou alors c'est la modernité (Al-Hadatha) en arabe littéraire que ce chroniqueur aime l'appelait ?

Argaz le 04/01/2017 à 1h14

ladjenef je partage entièrement votre opinion sur le sujet et mon ultime conviction est de croire qu'un jour l'on pourrait apprendre â dialoguer sans apriori ni passion dans un débat d'idées où chacun quelque soit sa position puisse apporter son éclairage dans le respect de la dignité de la personne et c'est ainsi que les bonnes idées se répandront au détriment du charlatanisme obscure. Cordialement.

Commentaires
4 réactions