Scroll To Top
FLASH
  • Éliminatoires de la CHAN 2018: L'Algérie éliminée après son nul au match retour face à la Libye (1-1)
  • Au match aller, les Verts avaient été battus à Constantine par deux buts à un.
  • Le but algérien inscrit au match retour (disputé à Sfax, tunisie) a été l'oeuvre de Bendebka à la 20'. Les libyens ont égalisé par El Lafi (45'+2)

chronique / ACTUALITÉS

Il n’y a pas de Daech sans Al-Azhar !

Amine Zaoui

Depuis le Xe siècle, Al-Azhar en tant qu’institution religieuse, a la mainmise sur le pouvoir de la religion musulmane sunnite. Depuis plus de dix siècles, elle est l’usine qui fabrique des imams, des prêcheurs et des universitaires destinés pour les facultés de la charia, dans plus de 170 pays. En Asie, en Afrique, en Europe et en Amérique.  
Elle est l’institution qui a enfanté, bercé et sauvegardé le parti des Frères musulmans.   
Il n’y a pas de Daech sans Al-Azhar.
Tout ce que les chrétiens, les juifs et les croyants d’autres religions ou les non-croyants sont en train d’encaisser en la matière du terrorisme perpétré par les organisations djihadistes  est enfanté, défendu et pris en charge par les enseignements d’Al-Azhar.
Les programmes d’enseignement d’Al-Azhar sont la feuille de route religieuse pour Daech. Tout ce que le monde subit en massacres commis par Daech et ses variations Nosra, Taliban, Qaïda et les Frères musulmans est justifié  dans les contenus des programmes d’Al-Azhar.
Il n’y a pas de Daech sans el Azhar.
Si les djihadistes de Daech considèrent que les femmes appartenant à d’autres religions comme butin de guerre, c’est parce que les imams d’Al-Azhar blanchissent cet acte par des textes religieux.
La haine sans paire contre l’Occident chrétien, athée ou laïc, les attentats perpétrés dans les villes européennes ou américaines n’ont jamais été condamnés religieusement par Al-Azhar. Aucune fatwa n’a été émise par Al-Azhar condamnant ces crimes contre l’Autre, contre les autres religions.   
Il n’y a pas de Daech sans Al-Azhar.
Si les musulmans tournent le dos à la science et adhèrent au charlatanisme, hibernent dans le lit du sous-développement c’est parce que jusqu’au jour d’aujourd’hui Al-Azhar, soutenue par le wahhabisme, affirment à ses disciples que “la Terre n’est pas ronde”, que l’urine de la chamelle blanche est le meilleur remède pour guérir le cancer.
Si la nouvelle génération des musulmans d’Europe comme ceux des USA sont mobilisés derrière Daech et ses dérivées, si les villes et les êtres humains sont menacés, c’est parce que les Azhariens wahhabistes commandent les mosquées et les lieux de culte.
Même si l’Histoire a enregistré, de temps à autre, la présence de quelques Azhariens éclairés, vite, ces derniers vont se trouver chassés  ou anathématisés par l’institution d’Al-Azhar.  
Il n’y a pas de Daech sans Al-Azhar.
Cette institution qui a produit Youssef Qaradawi et d’autres n’a jamais condamné, à travers une fatwa religieuse, les pratiques sauvages de Daech et ses rejetons en Syrie, en Libye, en Irak ou ailleurs.
Les programmes d’Al-Azhar continuent à célébrer jusqu’au jour d’aujourd’hui, la promotion de la culture de la haine envers les autres religions, envers l’Occident, envers la femme, envers la science, envers la liberté de pensée et même envers les musulmans qui ne partagent pas leur idéologie sauvage et bédouine.
Donc, il n’y a pas de Daech sans Al-Azhar.  

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
10 réactions
Mohamed0880 le 29/04/2017 à 20h32

Vous prenez appui sur la sicence pour diatriber une institution qui a tenu dix sciècles mais, hélas ! votre écrit n'a rien du caractère scientifique qui exige des preuves en appui et des références. Nul n'est parfait. Même s'il y a des écarts par-ci par là qu'il faut mettre clairement en exergue, il faut les jauger en rapport à l'ensemble de l'apport de cette institution et voir quelle proportion ils représentent avant de trancher de la sorte. C'est cela la méthode scientifique.

ASSIL le 30/04/2017 à 10h11

je pense que c'est faire preuve d'un manque d'objectivité et "lucidité politique".Au début de l'année 2014 , à l'entrée de DAECH sur la scène Irako-Syrienne, Bashar El assed qui menait déjà une répression farouche sans répit contre ses opposants espérait avec ce nouveau facteur s'alliait aux Etats unis et voyait que la présence de ce mouvement extrémiste jouait en sa faveur et lui permettait de renforcer son poids dans le conflit Syro-Syrien.Il est de même pour l'Iran..A suivre

ASSIL le 30/04/2017 à 10h12

.qui voyait dans les évenements Syriens une opportunité pour se replacer tout comme elle a fait en Irak.Paradoxalement, l'installation du mouvement extrémiste DAECH dans la région devenait une bonne raison et justifiait plus que jamais la réinstallation des puissances étrangères .Ceux qui ont étudié l'histoire de la politique des États unis en Asie et en Amérique latine savent bien que le cynisme américain n'est pas nouveau.La page de l'Afganistan,desTALIBANS,le soutient de la C.I.A..à suivre

ASSIL le 30/04/2017 à 10h14

La débâcle Russe , l'histoire se répète et chacun lit,analyse et manipule les nouvelles à son profit.L'Iran engagea ses militaires aux côtés de Bashar tout comme l'aviation russe , les Américains au double jeu, l'Egypte avec une reprise en main extrêmement ferme des militaires,la Libye devenu juste une terre à conquérir.... dans ce contexte, nous ne pouvons pointer du doigt l'institution d' EL AZHAR qui a cautionné le coup d'état de SISSI et dont la tolérance n'a rien à envier..à suivre

ASSIL le 30/04/2017 à 10h16

à l'esprit multiculturel libanais. Cette institution a toujours fait bon ménage avec les régimes qui se sont succédé du pro Russe au pro Américain Sissi pro tout le monde..Parler de DAESH comme s'il s'agissait juste d'un résultat de cours théologique d'EL AZHAR c'est ignorer tout l'enjeu et la portée de la politique des puissance et des conflits pour un repositionnement dans la région.Le phénomène DAESH est décortiqué différement selon l'appartenance idéologique,culturel ou meme ...à suivre

ASSIL le 30/04/2017 à 10h17

spirituelle des analystes . Comme la plante du cannabis, il y a ceux qui réclament sa tolérance revendiquant son usage modéré dans le cadre d'une liberté de l'individu,d'autres justifient son utilisation à des fins strictement médicales d'autre le considère comme plante maudite. Quand le président Bush parla de croisade à la veille de l'invasion de l'Irak , personne n'avait accusé l'église et encore moins le Vatican.. Par contre, il a suffi qu'un groupe marginal, extrémiste ...à suivre

ASSIL le 30/04/2017 à 10h28

DAESH use de la terreur à grande échelle,le monde entier désapprouve ses actions et le rejette sauf que "le comment et pourquoi " sur la naissance de cette nébuleuse divise ce même monde.....Accuser Une institution Islamique à qui a l'envergure et poids d'EL AZHAR ,c'est trop simpliste , trop détournée meme comme analyse....l'horreur prend naissance dans l'anavoué , le secret et les coulisses pas les institutions ouvertes...

fouad le 06/05/2017 à 23h10

Docteur encore un mouvais d'agnostique , j'ai était a el azhar et j'ai fait plus que prier j'ai parler avec leur oulama et j'ai vu que les femmes pouvait discuter voir contredire les oulama dans l'enceinte mémé de la mosquée , votre article manque de rigueur scientifique vous risqué de faire des dommages sans aucun intérêt , mes respects

Argaz le 23/05/2017 à 18h18

La narration de Mr Amine Zaoui se base sur des faits réels et il n'invente absolument rien qui puisse lui faire s'atteler les foudres de guerre. Il faut juste regarder la réalité en face. Accepter de parler de nos tares sans tabous ni interdits nous ferait gagner beaucoup de temps pour avancer. Cela s'appelle de l'humilité et celle-ci ne peut qu'être une forme de foi en Dieu. La critique â l'endroit du croyant est indispensable dans l'Islam authentique. Cordialement.

salima1976 le 27/05/2017 à 18h17

Monsieur amine ,votre texte est riche en matière de langue française mais ce qu'il y a dedans je pense qu'il est loin de la réalité ,tu sais bien qu'il y a un grand problème entre les Wahhabites et les frères musulmans , un problème de de foi (3akida) ,d’ailleurs les wahhabites appelle les frères musulmans les kharidjites les ils les calassent avec les Kofars, alors ..il faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier......Sinon Saha ftourek

Commentaires
10 réactions