Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

chronique / ACTUALITÉS

Le féminisme islamique, ce gros mensonge !


Les droits des femmes ne  sont  pas  des  détails ! Dans  le combat  pour  la   liberté  des  femmes  tout  est  prioritaire !  Les  militantes  pour  les  droits  des femmes n’appartiennent  pas  à  la  culture  du  “rajla”, comme  le  cherche  à  présenter,  en  écœurante  ironie,  l’idéologie  machiste.  Ce mouvement féministe réclame un droit humain,  un  droit  complet  à  la citoyenneté.

Les droits  des  femmes est  une  priorité. Il  n’y a  pas  de  guerre  contre  la   pauvreté,  contre  les  maladies,  contre  l’alphabétisation,  contre  le  sous-développement en l’absence des droits des femmes. Depuis quinze siècles, les musulmans n’ont pas cessé de parler des droits de la femme musulmane en exhibant, à chaque fois, quelques noms de femmes qui ont exercé dans le commerce, dans la politique ou dans la poésie ! Et cette leçon qui longtemps a ronronné dans les écoles et dans les médias n’a pas changé la réalité, ou très peu !

Depuis un siècle ou presque, les mouvements  de  libération  arabes et nord-africains  ont  enfanté  des  indépendances  nationales,  avec  des  drapeaux   hissés,  des  hymnes  nationaux  scandés  et  une monnaie nationale frappée, avec des régimes royalistes, socialistes ou libéraux, mais avec une présence timide de la femme, ou décorative.

Depuis les indépendances, et à chaque fête nationale ou même religieuse, les  régimes  nous  font  sortir,  d’une  manière  folklorique, les  noms  des maquisardes,  ces  braves  femmes  qui  ont   participé  à   la  guerre  de Libération, mais la réalité féminine est amère !  Les  choses  n’ont  pas changé, ou  peu !

Les  systèmes   politiques  ont  mis  les  femmes  dans  des sortes de musées afin  qu’elles  symbolisent  leur  présence  par  le  passé  ou pour l’ornement !  Les guerres  contre  les  droits  des  femmes  sont  déclarées  tantôt  au  nom de l’hégémonie  économique,  tantôt  au  nom  de  la  religion  qui  considère la  femme comme un être humain incomplet. Dans l’imaginaire musulman, “les  femmes  sont  déficientes dans leur raison et dans leur religion”.

Le  féminisme  islamique  moderne  est   un  phénomène  politique  né principalement   en  Europe, dans  des  villes  où  la  présence  des communautés musulmanes est forte, en Allemagne, Belgique, France, Italie, Espagne, Portugal, Pays-Bas, Angleterre… Dans les années cinquante, le mouvement féministe implanté dans le monde arabe et en Afrique du Nord militait pour accéder aux mêmes droits déjà acquis par la femme européenne.

Aujourd’hui, par  peur  et  par  l’influence  idéologique  islamiste  des  Frères musulmans  en  particulier,    le  mouvement  féministe  islamiste  appelle  la femme musulmane installée en Europe au retour à la culture du moyen-âge ! Quel paradoxe !  Le mouvement féministe islamiste en Europe n’est qu’un autre bras idéologique des Frères musulmans.

Depuis  les  années  quatre-vingt,  les  Frères musulmans  ont occupé  les centres  culturels,  les   mosquées,  les  salles  de prière.  Ils  ont  la  mainmise  sur les associations dites caritatives. La gauche classique française a largement aidé les Frères musulmans à prendre la direction de ces lieux religieux. Pour cette gauche, ils constituent un important fonds de  voix  électorales. Par  la  suite, cette gauche s’est trouvée piégée par un tel comportement politicard.

Par cette démarche, la gauche française, en particulier, a signé son acte de décès. Elle, morte musulmane, ou presque ! Si, dans les années cinquante, le mouvement féministe arabe et nord-africain cherchait à imiter le mouvement féministe européen, aujourd’hui le mouvement féministe islamiste cherche à faire face à ce mouvement. À le contredire !  Tous les débats féministes islamistes en Europe sont orientés par les Frères musulmans.

Depuis  l’affaire  du  hidjab  dans  les  années  quatre-vingt-dix  et  jusqu’au phénomène du burkini et les actes terroristes  islamistes  qui  ont  endeuillé toute l’Europe et continuent à le faire, les Frères musulmans  sont  les  guides activistes de tous les mouvements féministes islamistes européens. Le mouvement féministe islamiste considère que le port du voile est un choix qui relève de la liberté individuelle, que les femmes voilées sont libres dans leur mode vestimentaire . 

Lorsqu’une  femme  se  voile,  les  chefs  Frères  musulmans  font  la  fête, considérant cet acte comme une expansion  de  l’Islam dans  le  pays des kouffar. Mais dès qu’une femme voilée réintègre son vestimentaire normal, se libérant du voile, sa vie est mise  en danger. Elle  se  voit  menacée, harcelée, frappée d’anathème, chassée par sa famille, éjectée de son quartier… et tout cela se passe en Europe ! 

Le  féminisme  islamiste  en  Europe  d’aujourd’hui  essaie  d’opérer  la soumission  féminine d’abord par l’apparence, afin de mettre, par la suite, la main sur la raison féminine. Et ainsi faire admettre à  la  femme l’idée suivante : parce que la femme est déficiente dans la raison, son corps est une propriété commune, partagée par le mari, le frère, le père, l’oncle, le chauffeur de taxi, l’épicier et l’imam… Son corps restera gardé et contrôlé par la tribu du bled, même si elle vit dans l’avenue des Champs-Elysées !   
 

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER