Scroll To Top

chronique / ACTUALITÉS

Prêches, chats, gobelets de café et femmes

Amine Zaoui

Entre un prêche et un autre il y a un autre ! Prononcés dans des mosquées en exercice, dans d’autres finies, dans d’autres en reconstruction, dans d’autres en construction,  dans d’autres en  projet ! Plus de trente mille mosquées dans le pays d’Apulée et de Sidi Abderrahmane Athaâlibi ! Des plus grandes, des grandes, des moyennes et des petites. Des mosquées soumises, d’autres rebelles à l’image de leurs imams dociles ou durs. Des mosquées clandestines et d’autres légales. Des maisons-mosquées pour des sectes !  
Et entre un sac poubelle éventré sur le trottoir et un autre il y a un autre sur l’autre trottoir. Les sacs noirs, les bleus, les gris, les jaunes et mêmes les blancs ! Et  devant chaque sac-poubelle, il y a un chat errant ou deux, chétifs ou boiteux!
Et entre un chat errant et un autre, il y a un autre, et entre chaque chat et un autre errant, il y a un jeune homme debout comme un poteau, entre deux autres jeunes debout entre des chats, les sacs poubelle et les prêches, les écouteurs enfoncées dans les oreilles, adossés au mur, gobelet de café à la main.
Et entre chaque jeune au gobelet de café jetable et un autre jeune au gobelet de café jetable, il y a un autre au gobelet de café jetable ! Comme les sacs-poubelles, les chats errants et les prêches. Et dans la tête de chaque jeune au gobelet de café noir, il y a un cimetière de rêves.  Et entre un cimetière de rêves et un autre, il y a un autre cimetière plus vaste encore !
Entre une école et une autre il y a une autre : primaire, collège ou lycée. En somme, nous avons autour de trente milles institutions pédagogiques, un peu plus ou un peu moins qu’importe. Des écoles publiques mais pas républicaines ou pas assez, d’autres écoles privées, je ne suis pas non plus sûr ! Et chaque  année plus de six cent mille élèves quittent l’école pour rejoindre le gobelet de café, le mur de la rue, les sacs-poubelles, les prêches des mosquées et quelques joints!
Et il y a aussi nos institutions d’enseignement professionnel qui fabriquent des électriciens, des mécaniciens, des boulangers, des pâtissiers, des fellahs, des maçons, des apiculteurs, des plombiers… et on n’a pas de bon pain, trouver un plombier pour réparer un robinet est une fête nationale, trouver un bon électricien est une découverte algérienne, tomber sur un bon pâtissier est un miracle.
On a même des écoles de tourisme ! Présumées pour fabriquer des hôteliers et des agents d’accueil qui savent comment dessiner un sourire, qui savent comment nouer une cravate, comment parler au téléphone à un invité dans sa suite VIP !!!  
Et dans chaque ville, il y a une université ou deux, voire trois qui fabriquent elles aussi, ou sont censées fabriquer,  des ingénieurs, des médecins, des grammairiens, des coureurs de jupons, des géographes, des archéologues, des historiens, des pilotes (je ne suis pas sûr) !
Et on a des écoles normales et des écoles anormales ! Mais ces prêches prononcés, les vendredis ou les mercredis qu’importe, dans les trente mille mosquées, soumises ou insoumises kifkif, mettent toute la responsabilité de la poubelle éventrée dans la rue sur le dos de la femme qui porte une jupe ou un pantalon. Les chats errants en chaleur dans la rue sont la cause des femmes qui mâchent du chewing-gum dans la rue. Les  gobelets de café jetables des jeunes hitistes avec des cimetières de rêves dans la tête sont la cause de la femme qui lèche son cornet de glace dans la rue. Et la source de la violence dans ces écoles et ces lycées c’est à cause de la mixité, c’est à cause de ce bout de jambe des petites filles qui adorent le manga.  

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
3 réactions
ASSIL le 24/03/2017 à 18h15

Je n'arrive a comprendre toute cette hostilité à l'égard de l'islam. Tout comme la presse occidentale qui écrit sans limite sur l'Islam d'une façon extrêmement négative .Stigmatisé et avec un amalgame de mauvaise intention,nous cessons de lire un discours stéréotypé .Il s'agit d'un message.Nous devons parler de ce qu'est l'Islam et non de ce qui n'est pas islamique.Pourquoi réduire le sens de l'Islam à des événements et aspects de la société tout en essayant de dicter une .......... à SUIVRE...

ASSIL le 24/03/2017 à 18h16

...une imputation à cette religion toute notre misère.L'islam est une histoire,une spiritualité et des fondements et c'est ce que nous devons véhiculer .Nous ne pouvons écrire et faire connaitre une religion ,"'ce qui engendre intellectuellement un jugement"; par des écrits uniquement sur les exactions des extrémistes ou le manque de civisme et immoralité des incultes.Parler de l'attitude de certains musulmans ne doit pas pas nous empêcher d'aborder les principes ....

ASSIL le 24/03/2017 à 18h17

Se contenter de critiquer par un esprit de rejet et de mépris contribue dans l'amalgame de la presse occidentale.

Commentaires
3 réactions