Égypte: un général tué dans un attentat au Caire (police)Le bilan du naufrage d'un ferry en Corée du Sud s'élève à 150 morts (officiel)Venezuela: nouvelle rencontre entre gouvernement et opposition prévue jeudiLigue 1 de football : Un match à huis clos pour la JS Kabylie, Hannachi fait appelPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Chroniques Jeudi, 31 Mai 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Les pas avancés dans le développement

LA CHINE (3)

Par : Ahmed BENBITOUR

Nous poursuivons, aujourd’hui, la suite de notre présentation de l’expérience de développement en Chine.
Dans les deux précédentes contributions, nous avons commencé l’énumération des instruments de réalisation de ce fort taux de croissance durable sur le long terme. Voici les autres instruments de cette réussite.

LA PRÉSENCE CHINOISE À L’ÉTRANGER
Je prends comme référence les interventions de la Chine en Afrique. L’objectif est de s’assurer une offre fiable de ressources naturelles en phase avec les taux de croissance économiques projetés (voisins de 2 chiffres).
Pour cela, les Chinois se sont engagés fortement dans le commerce, les investissements, la coopération technique, les différentes formes d’aide ; selon les principes du partenariat mutuel et la coopération sud-sud basée sur :
a- la sincérité, la fraternité, l’égalité ;
b- le bénéfice mutuel, la réciprocité, la prospérité partagée ;
c- le support mutuel et la coordination étroite ;
d- apprendre l’un de l’autre et le développement commun.
Avec une coopération basée sur trois formes d’aide :
- des dons du ministère du Commerce ;
- des crédits à zéro intérêt ;
- des crédits semi-conditionnels.
Par exemple, un projet a été proposé à la République Démocratique du Congo (RDC), pour la réalisation de :
- 2 000 km d’autoroute ;
- 2 400 km de rail ;
- 2 universités avec Centre hospitalier universitaire (CHU) et plusieurs centres de santé de proximité.
Tout ceci réalisé par des entreprises chinoises et financé à partir des résultats d’une société mixte d’exploitation minière entre la Chine et la RDC.
Aujourd’hui, les critiques faites à ce modèle chinois de développement se situent autour de :
- la politique sociale. Les chinois semblent vouloir régler ce problème par la forte croissance économique : le revenu par habitant passant de $ 890 en 2001 à $ 13 000 et 2020 ; se multipliant par 15 en deux décennies ;
- le poids des nouveaux riches dans le processus des réformes. La solution est recherchée dans la stabilité politique et l’innovation en matière de paradigme de développement ;
- la place du secteur étatique. La solution est recherchée dans le partenariat public-privé. Voici un exemple innovant de ce partenariat. Avec des taux de croissance aussi élevés, il était à craindre une pénurie d‘électricité. Qu’a fait le gouvernement chinois pour faire face à cette situation. Il a diagnostiqué que la compagnie nationale d’électricité était incapable de répondre à une augmentation forte de la demande. Il savait que ce qui coûte cher, c’est la distribution. Il a ordonné à l’entreprise nationale d’investir dans la distribution avec obligation d’acheter toute quantité d’électricité produite par le secteur privé. Il a encouragé le secteur privé à investir dans la production d’électricité. 2 000 entreprises de production d’électricité ont été créées en deux ans. Avec ce type de comportement, le gouvernement est doublement gagnant : il évite la pénurie et il contrôle la distribution.
En conclusion, nous pouvons retenir quatre leçons de l’expérience chinoise de développement :
- le sens poussé du pragmatisme qui a permis d’innover en matière de nouveaux paradigmes de développement ; (voir l’exemple des TVE et de l’électricité) ;
- l’absence de complexe vis-à-vis de l’imitation des technologies occidentales qui a permis un progrès technologique prodigieux ; (voir exemple de formation de diplômés MBA) ;
- l’augmentation de l’autorité des responsables locaux et des gestionnaires d’entreprises industrielles, autrement dit, une forme spécifique de décentralisation qui a permis la libération des énergies créatrices ;
- la séparation entre le régime politique et le système économique qui a donné la stabilité nécessaire pour le succès des réformes.
À jeudi prochain pour la suite de notre analyse. Entre-temps débattons sur les meilleurs moyens d’avancer vers un avenir de progrès et de prospérité pour tous les Algériens. À la tentation du pessimisme, opposons la nécessité de l’optimisme !

 

A. B.

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 23 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos