Ghaza: 1.113 Palestiniens tués au 21e jour de l'agression israélienneAgression israélienne contre la population de Gaza: Ban Ki-moon lance un nouvel appel au cessez-le-feuCrash du vol AH5017: l'enquête se déroule en coordination et collaboration entre l'Algérie, le Mali et la France (Sellal)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Dimanche, 23 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Banque d’Algérie : “Je n’y suis pour rien !”

Par : Mustapha Hammouche

Mais qui a demandé à la Banque centrale de faire le gendarme ? Si personne ne peut lui imposer ce rôle, l’institution est, de son côté, en devoir de s’abstenir de faire œuvre de mystification, comme elle vient de le faire, mardi passé, par la voix de son conseiller, Benbelkacem.
“Pour contourner la réglementation, des opérateurs économiques passent par le marché parallèle,  et ce, afin d’acheter des actifs à l’étranger. Cette fuite des capitaux est à l’origine de l’augmentation de l’écart de prix entre marché officiel et marché parallèle”, a déclaré le conseiller.
Ces affirmations supposent que le rôle de la Banque d’Algérie devrait se limiter à fixer un “taux officiel”, déterminé par la formule de son cru, et ce que Benbelkacem appelle “les autorités publiques” devrait s’arranger pour que toute transaction se plie à cette règle. Les choses seraient tellement simples s’il suffisait de décréter un prix pour que celui-ci régente tout échange. Comme la plupart des institutions nationales, c’est la Banque centrale qui a une vie parallèle à la vie réelle et s’étonne que la réalité ne veuille pas s’adapter à sa vie rêvée.
Un prix qui n’est pas établi par un marché ou qui, tout au moins, ne tient pas compte du rapport entre l’offre et la demande d’un article — ici, les monnaies — n’est pas un prix, en ce sens qu’il n’a pas de signification économique. C’est, tout au plus, un tarif.
Et pour simplifier, le porte-parole de la Banque désigne les “opérateurs économiques” comme auteurs d’un mouvement de fuite de capitaux, limitant ainsi le soupçon de transferts de capitaux aux seuls entrepreneurs et commerçants, sans nous dire pour autant si l’institution réglementant le contrôle des changes dispose de données incriminant les seuls “opérateurs” dans ce type d’infractions. Il resterait alors à connaître des modalités de transfert de l’argent de la corruption, des détournements, des trafics et du
racket terroriste. Ce serait
sûrement moins inquiétant s’il n’y avait que les “opérateurs” pour animer le mouvement de fuite de capitaux : ils ont commencé par le gagner.
Voilà donc une institution chargée de protéger le pays contre l’évasion des capitaux, de défendre notre pouvoir d’achat en limitant l’inflation, d’assurer la traçabilité des flux financiers et qui, devant la montée menaçante de ces fléaux, vient s’en laver les mains en proclamant que “le change parallèle ce n’est pas moi, l’inflation ce n’est pas moi, l’abolition du chèque ce n’est moi, l’évasion fiscale ce n’est moi”.
À moins que le message ne soit de dire que la Banque d’Algérie n’est, au vu de ses prérogatives réelles, pas une banque centrale, et que la politique monétaire et le contrôle des changes se font ailleurs.
Cela placerait la Banque d’Algérie dans la situation de cette institution caricaturant l’Agence française de normalisation imaginée par Boris Vian dans son roman Vercoquin et le Plancton : sa raison d’être est de rédiger des espèces de “notes”
sans se soucier de leur usage. La Banque d’Algérie rédige des “règlements”. À part cela, et le fait d’être un alibi de gestion monétaire indépendante, elle ne serait responsable de rien.


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 27 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos