Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Mercredi, 11 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

De la résistance à la rente

Par : Mustapha Hammouche

Les “gardes communaux” mènent un difficile combat pour la promotion de leur situation sociale. Le décret qui, en août 1996, crée ce corps et organise sa mission, lui confie des tâches d’ordre public et de sécurité. La naissance des unités de garde communale et l’avènement des “patriotes” et autres “groupes de légitime défense” qui les ont précédés furent l’expression de l’impuissance d’un État à se défendre, à défendre la population et le patrimoine national contre la déferlante islamo-terroriste des années 1990.
En ce temps-là, la question des salaires et indemnités n’était pas à l’ordre du jour dans un pays écrasé par la crise… du marché pétrolier, et contraint à la fermeture des entreprises publiques et au rééchelonnement de sa dette extérieure. Sur le plan socioéconomique, deux défis occupaient la nation : éviter la banqueroute de l’État et limiter les effets sociaux et définir   une attitude ; sur le plan politique, un double défi s’imposait au pouvoir et à la société : se définir par rapport à l’enjeu démocratique et prendre position face à l’offensive politique et militaire de l’islamisme.
En ce temps-là, l’engagement contre le terrorisme ne pouvait, en aucun cas, relever d’une considération salariale ou économique. Même si, par la suite, de petits “chefs de guerre” locaux ont exploité leurs positions dans des entreprises affairistes, voire mafieuses. La couverture politique que leur accordait un parti qui avait, alors, le vent en poupe fit de ces “chefs” des barons jouissant du pouvoir, comme représentants de l’autorité et de la mission de défense de l’État. Les détenteurs de cette prérogative de violence “légitime”, qui avaient aussi accès aux facilités administratives, ont parfois été tentés de s’enrichir dans la confusion d’un État et d’une société terrifiés et désorganisés.
Il fut même question d’une “économie de la nuit” où n’accédait alors que celui qui était armé, d’un côté ou de l’autre. Cette “marchandisation” progressive d’une situation sécuritaire qui engageait pourtant l’avenir politique, sinon le destin historique, constituait le prélude à la doctrine de “la réconciliation”. La revalorisation boursière des hydrocarbures, à partir de l’année 2000, allait faciliter l’évolution des “termes de l’échange”. Ce qui, à l’origine, n’était que rapport de forces physique et politique finit par se transformer en strict rapport à la rente.
La Charte pour la paix et la réconciliation nationale, votée en 2005, a commencé par se passer de la paix : aujourd’hui, que “la paix est revenue”, le terrorisme s’attaque aux casernes et commissariats… et au moment où les “gardes communaux” marchaient sur Alger pour des raisons salariales, un des leurs était enlevé à Khenchela. Elle a ensuite institué l’impunité des crimes terroristes, mais plus encore, elle a dispensé les terroristes de rendre des comptes sur l’argent du racket et du rançonnage. Outre cela, sa mise en œuvre se résume à une campagne de prise en charge sociale des terroristes. L’argent n’influe plus sur la politique ; il l’a remplacée.
Signe des temps : des citoyens dont l’engagement fut motivé par la défense des institutions, ou par leur autodéfense contre le terrorisme, en sont réduits à affronter les services d’ordre pour revendiquer une mise à niveau salariale !


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Commentaires 

 
#4 Noor El Houda 12-07-2012 08:47
J'avais déjà subodoré qu'en Algérie, pour avoir gain de cause ou même accéder à un droit, on avait deux choix, ou bien avoir du piston, ou bien recourir à la pression,ou à la force , et mes supputations se confirment chaque jour, un peu plus!!!!!!!!!!! !!!! Finalement, il ne faut pas être sorti de Saint Cyr pour atteindre son but en Algérie ! Qui dit mieux?,
On se sert de ces pauvres malheureux comme bouclier humain, au moment ou personne ne savait , en sortant de chez lui le matin, s'il allait revoir sa famille, puis on s'en débarrasse comme des lépreux, quand le danger a presque été écarté, sans même daigner leur offrir un statut social digne d'un citoyen respectable....................!!!
 
 
#3 athawaghit 11-07-2012 20:26
c'est un révisionisme qui ne dit pas son nom,d'un coté on a offert le pardon a des gens qui ne l'ont jamais demandé,de l'autre on tabasse des gens qui ont lutté contre ces fous de dieu et cela pour avoir demander une revolarisation de leurs salaire.la culture de l'oubli est parfaitement assimilée.
 
 
#2 mouloud madoun 11-07-2012 11:28
en effet, il ne s`agit plus que de rapport d`argent, de rapport a la rente et de rapport d`allegeance: Une seule regle interesse Bouteflica: Plus on lui prete allegeance, on le glorifie, mieux il nous considere et inonde d`hydrocarbures en sonnantes-trebuchantes !!! le reste n`a aucune signification: Les islamistes l`ont bien compris qui lui deroulent le tapis pour mieux detruire le pays et ses forces vives: La "longue marche" des freres egyptiens a bien montre le chemin. Rien ne sert de courir comme en 90, l`essentiel est d`arriver a ses fins. Ce qui est d`autant plus vrai et proche que la FIN de bouteflica n`a jamais ete aussi PROCHE. Mouloud
 
 
#1 Adelil1 11-07-2012 10:32
Pauvres de nous! C'est tout de même un comble que des terroristes, des voleurs et des corrupteurs soient blanchis et réinsérés dans la société comme si de rien n'était. Alors que des volontaires qui participent à la sécurité du pays sont ignorés par le pouvoir. Si c'est pas de l'injustice, je ne sais pas comment appeler ça.
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos