Le taux national de participation à l'élection présidentielle est de 51,70% (T.Belaiz, ministre de l'intérieur et des collectivités locales)Les résultats de l'élection présidentielle seront annoncés vendredi par le ministre de l'intérieur et des collectivités localesPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Mercredi, 04 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Excuses : vraie demande ou slogan ?

Par : Mustapha Hammouche

Samedi dernier, des chefs de parti islamiste de l’Alliance verte reprochaient au pouvoir de n’avoir “pas exercé suffisamment de pressions sur la France pour arracher des excuses officielles sur son passé colonial en Algérie”. La revendication est tentante et, régulièrement, des personnalités essayent d’y amarrer leurs ambitions ou d’y cacher leurs pannes de position.
Il faut rappeler que quelque cent vingt députés du parti majoritaire ont fait semblant d’initier une proposition de loi criminalisant le colonialisme.
Ce projet est allé s’échouer silencieusement dans un placard du gouvernement. Bien que le sigle FLN, détourné dès la fin de la guerre, tienne lieu de raison sociale de leur appareil, l’Exécutif fit comprendre à nos intrépides députés que cette demande n’est, pour être brandie, pas pour être formalisée.  L’aventure de cette esquisse de proposition de loi est significative du fait que le vrai pouvoir ne veut pas que les questions du repentir ou de la criminalisation de la colonisation constituent un enjeu des relations algéro-françaises.
Car en matière de relations internationales, c’est donnant-donnant. On ne peut pas formuler des requêtes, si on ne peut pas, dans le même temps, mettre dans la balance du rapport de forces, sa propre mise. Sans préjuger du point de vue de la partie française, la question se pose de savoir jusqu’où l’Algérie peut-elle aller pour contraindre l’ex-métropole à s’excuser des crimes de l’armée et de l’administration coloniales ?
La question se pose en particulier parce que dans notre système, l’initiative et la position politique ne suivent pas le processus de décision démocratique qui donne à la parole d’État son caractère d’irrévocabilité. La décision cruciale a, en général, tout l’air d’émaner de conclaves improvisés de décideurs obscurs qu’on devine plus qu’on ne connaît. Et on devine rarement l’exacte composante du cercle décidant et la part de décision de chacun dans une telle sentence particulière.
La question se pose aussi, et surtout, parce qu’il n’est pas certain que la classe politique en activité soit en position de poser les conditions qui doivent être posées pour un assainissement définitif du contentieux algéro-français.
“Hizb frança” est toujours dénoncé comme un réseau de défense des intérêts de la France, forcément proliférant à l’extérieur du système, voire dans l’opposition, mais dans l’opposition qui ne s’est pas adaptée au système des quotas. Car, l’autre, l’opposition normalisée, a mérité l’attribut du nationalisme qu’on n’acquiert apparemment qu’en entrant dans le système en place. Mais puisque le nationalisme est au pouvoir, pourquoi la demande de repentir reste-t-elle sans cesse brandie sans jamais s’imposer comme ordre du jour à épuiser entre les deux pays ?
C’est que pour s’engager dans un tel bras de fer, il faut y être préparé. D’abord par un minimum d’indépendance économique et non par une économie du type “pétrole contre nourriture”. Ensuite par une indépendance de nos élites en termes d’intérêts personnels et de mode de vie. Il est difficile d’aller au bout d’un éventuel défi sur des questions de fond quand bien même des éléments de notre nomenklatura ont élu résidence secondaire dans les beaux quartiers de Paris, inscrit leurs enfants dans ses prestigieuses écoles et bénéficient de la priorité dans les prises en charge pour des soins dans les hôpitaux parisiens.
À ce train, on va finir par banaliser une revendication légitime qui prendra la forme d’une répétitive mais simple demande de forme.


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 18 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

video

CONTRECHAMP
Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos