Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Mardi, 18 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Exécutif et législatif : les présentations

Par : Mustapha Hammouche

À la veille de l’officialisation de sa nomination à la “coordination” du gouvernement, Sellal se faisait connaître à travers ses interventions opportunément improvisées. L’image qu’il semblait vouloir nous communiquer était celle d’un responsable affable, ouvert et entreprenant. Pour la première qualité, la réputation avait précédé le “show”. En voulant la confirmer, il a forcé sur la dose de termes puisés dans les débats de café du commerce. Déjà en campagne, le Premier ministre semblait vouloir faire passer l’intempérance verbale pour une preuve d’ouverture d’esprit.
Une ouverture théâtrale donc. Et qu’en est-il de “l’entreprise” ? La composition du gouvernement, faite de quatre-vingt pour cent de ministres reconduits, de dix pour cent de ministres rappelés et de dix autres pour cent de ministres nouveaux, suffirait à désespérer les plus optimistes d’une volonté de faire évoluer l’action gouvernementale.
Par ce “changement”, l’on a remplacé le discours dépouillé et suffisant, à l’occasion marqué d’avanies sarcastiques, par le propos improvisé où le badinage tient lieu de signe de modernité et de message de proximité. À l’approche de l’échéance 2014, le Président a installé un gouvernement de campagne.
Hier, c’était au tour des présentations publiques du nouveau président de l’Assemblée nationale.
Il ne nous a pas fait regretter les performances de ses plus illustres prédécesseurs en matière de langue de bois. Le coup des “cercles” de “l’outre-mer” (qui) n’ont pas le droit de se proclamer professeurs jaloux de la démocratie et des droits de l’Homme dans notre pays, parce que leur passé ne les habilite pas à le faire, Ziari nous l’a déjà fait quand il justifiait le troisième mandat par le fait que la limitation des mandats était une invention coloniale imposée à l’Afrique !
La journée parlementaire qui devait pompeusement nous éclairer sur le rapport entre “la démocratie et le Printemps arabe” s’est transformée, dans le discours du président de l’APN, et dans le plus pur style Belkhadem, en procès de “la main de l’étranger”. Et c’est dans les élections du 10 mai et dans l’Assemblée qui en est issue, “fruits des réformes politiques initiées par le président de la République”, que Larbi Ould Khelifa puise l’expression de la démocratie algérienne aux origines séculaires  qui nous viennent des tadjmaât ou azzaba ! Nous le fûmes, donc nous le sommes.
Pour ne rien perdre des bénéfices du populisme verbal, le président de l’APN trouve dans  “les derniers évènements dans la région”, “la démonstration de la maturité du peuple algérien ainsi que de sa capacité à distinguer entre le métal précieux, qu’il a choisi en toute liberté et qui est le nationalisme algérien renouvelé, et le métal brillant mais sans intérêt”. Après cet effort de préciosité minéralogique où il est question de métal précieux dont est fait notre système et de “printemps arabe de toc”, Ould Khelifa ne s’est pas arrêté en si bon chemin : “Le printemps s’est transformé en tempête” et il craint que la situation “ne soit pas meilleure que celle qui l’a précédée. Si ce n’est pire”.
Entre un discours qui, ici, devait nous fait sourire et, là, nous émouvoir, il en manquait un troisième pour nous faire pleurer. Mais, maintenant que la parole n’est plus qu’un simple ustensile, qui l’écouterait ?


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Commentaires 

 
#4 Zawali 18-09-2012 20:41
ET LE JUDICIAIRE ?
ET L'INFORMATION ?
ET LE TPI ?
 
 
#3 OULID FATIMA 18-09-2012 15:47
CELA VEUT DIRE QU'ILS VEULENT PAS DE CHANGEMENT, PUISQUE LES CHANGEMENTS ONT REMENES TEMPETE.
ON EST BIEN COMME ON EST, MAIS CEUX QUI ONT FAIT LE CHANGEMENT SAVENT CE QU'ILS FONT,PEUT ËTRE LES TEMPETES VONT S'ARRETER ET APRES LA PLUIE LE BEAU TEMPS.
 
 
#2 el hadi2 18-09-2012 11:03
Je pense ( mon éloignement du pays m'a permis de ne pas "normaliser l'anormal" et de rêver encore) que le vrai changement signifie la disparition de la scène politique des "mediocres, des opportunistes, des trabendistes de la révolution, des démagogues dont l'aspect physique même dévoile leur obscurantisme et leur haine. Le vrai changement c'est faire retrouver à l'indvidu ce qu'est la citoyenneté et l'ivresse du devoir accompli, le minimum d'altruisme et de respect de l'autre, l'amour du travail et la fierté de gagner sa "croûte"honnêtement , la lutte contre le banditisme à ciel ouvert et en plein jour exercé actuellement dans l'impunité totale, le banissement de l'intégrisme, le " toilettage" des grandes métropoles et surtout Alger la belle dont les bidonvilles, le beton et l'architecture de mauvais goût ont enlaidi . Pour faire tout ça, il faut donner l'exemple et être au dessus de tout soupçon .
 
 
#1 el hadi1 18-09-2012 10:34
Merci pour la pertinance de l'analyse.

Le pays a accumulé pendant plusieurs decennies des aberrations du système, des frustrations, des gabegies, d' exploitation du combat héroique de tout un peuple pour sa liberté par des opportunistes dont certains sont d'origine étrangère ( au fait en cas de vacances de pouvoir, n'est ce pas le président du senat qui assure la transition.... ? ) . Toute bonne initiative, allant dans le sens du redressement est la bienvenue mais peut on faire du neuf avec du vieux? Admettant que monsieur le 1er ministre est au dessus de tout reproche ( malgré tous les postes qu'il a occupé depuis des decennies) que dire de ses ministres provenants de " familles " politiques diverses dont "les principes" sont diamétralement opposés( allant des opportunistes du FLN post 62, aux intègristes du hamas et aux recyclés recyclbles de tout bord. )
 
DIlem
DILEM DU 30 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos