Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Jeudi, 05 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

La commémoration sans mémoire

Par : Mustapha Hammouche

On s’était trop inquiétés et interrogés pour savoir si les autorités nationales avaient programmé des actions de célébration du cinquantième anniversaire autres qu’une comédie musicale et un concert de John Lee Hooker Jr offert par les États-Unis.
Il suffisait d’attendre. Il fallait bien que l’État se manifeste. Il a loué un supplément publicitaire de seize pages dans le plus prestigieux quotidien français pour y éditer une interview du président et de quelques ministres faisant l’apologie du bilan du régime. Il fallait manquer d’arguments parlants pour qu’une communication d’État dût recourir à un supplément publicitaire de presse écrite pour s’autoglorifier, en une occasion aussi solennelle qu’un cinquantenaire d’Indépendance. Pas besoin de poser la question du choix d’un support étranger pour y louer les réalisations du pouvoir. On sait, à travers quelques mémorables quolibets, l’estime dans laquelle nous tiennent nos autorités.  
Le “manque de professionnalisme”, incurable péché originel de la presse algérienne que ses détracteurs lui rappellent à l’envi, n’explique pas tout. Car, pour cette fois-ci, Le Monde a fait “mieux” que le moins “professionnel” de nos canards locaux en tentant grossièrement de maquiller un produit publicitaire en travail journalistique. C’est la société des Rédacteurs du monde qui estime que le supplément “publicitaire” entretient “la confusion avec une information journalistique indépendante, tant sur le fond que sur la forme”. Par ce procédé d’étiquetage d’articles de supermarché qui joue sur la visibilité de l’information, il aura surpassé Le Monde du temps de nos années de plomb où “l’ami Paul Balta” était en poste à Alger comme correspondant à la Présidence algérienne.
Mais ce n’est pas tant cette impression de connivence entourant une opération médiatique qui pose problème. C’est la disproportion entre l’évènement que celle-ci est supposée marquer et le moyen adopté pour ce faire. En matière de commémoration, à peine fait de quelques concerts improvisés et d’un spectacle pyrotechnique. À cette indigence de programme de festivités, s’ajoute cette fuite éperdue devant le devoir d’inventaire. Si un demi-siècle après la libération, l’Algérie en est encore à la parole unilatérale autoglorifiante, c’est déjà un bilan en soi.
On peut ainsi lire dans Le Monde, le président proclamer que “l’Algérie est bien partie pour relever les défis à venir, nous permettant d’aborder l’ère de l’après-pétrole avec des alternatives viables à même de garantir la poursuite d’un développement global et durable”, alors que la veille, la Banque centrale, le ministre des Finances et le ministre de l’Énergie nous avisaient que si le pétrole devait baisser à moins de…112 dollars, le pays aurait des difficultés à soutenir son train budgétaire ! Il n’y a aucun élément de stratégie politique ou économique qui nous permet, aujourd’hui, de parler d’“après-pétrole”, de développement “global et durable”, voire de développement tout court ?
Cette approche approximative, confuse, du Cinquantenaire découle de l’équation que le pouvoir a voulu résoudre : comment organiser un anniversaire en faisant soi-même son bilan et sans créer l’opportunité de se voir rappeler le temps perdu.
La commémoration, oui ; la mémoire, non ! Au fait, y a-t-il eu commémoration ?


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Commentaires 

 
#9 Bounif 08-07-2012 11:27
Citation en provenance du commentaire précédent de Adelil1:
Ce que je retiens de ces 50 dernières années, c'est une succession de ratages, politiques, économiques et sociaux, et une grande désillusion. Durant des millénaires, en cohabitant avec des étrangers et différentes religions, les algériens n'ont pas déchaîner autant de violence que lorsqu'ils se sont retrouvés entre eux. Je crois qu'il y a un manque de repères en particulier pour la jeunesse. Et la parade du nabot nous confirme que nous nous sommes trompés.
Je reste persuadé que si nous avions été dignes et sérieux, la France aurait déjà présenté ses excuses sans que nous le lui demandions.

C également ma conviction concernant les excuses mais je remplacerai le "nous" par "ils"=les dirigeants autoproclamés de notre pays, depuis 1962.
 
 
#8 Adelil1 08-07-2012 07:17
Ce que je retiens de ces 50 dernières années, c'est une succession de ratages, politiques, économiques et sociaux, et une grande désillusion. Durant des millénaires, en cohabitant avec des étrangers et différentes religions, les algériens n'ont pas déchaîner autant de violence que lorsqu'ils se sont retrouvés entre eux. Je crois qu'il y a un manque de repères en particulier pour la jeunesse. Et la parade du nabot nous confirme que nous nous sommes trompés.
Je reste persuadé que si nous avions été dignes et sérieux, la France aurait déjà présenté ses excuses sans que nous le lui demandions.
 
 
#7 Nouro 07-07-2012 13:12
Pendant le colonialisme certains algériens qui ont su relever leurs manches ont réussi. On a eu des écrivains, des artistes, des médecins, des pharmaciens, des enseignants, des fonctionnaires et même des industriels. Mais d'autres comme ...., ils sont des milliers à travers le pays, se sont introduits des les interstices de la révolution la plupart sans avoir tiré aucune balle contre l'ennemi et profitent de l'agent mal gagné puisque aucun effort ne leur est exigé alors que si la France était resté aujourd'hui ils seraient ou bien démunis ou bien entrain de passer le balai
 
 
#6 khelfane@yahoo.com 05-07-2012 15:12
fatigués d'avoir attendus,des heures durant pendant 50 ans,ou presque,le passage du cortège

présidentiel rue Didouche, en échange d'un bras d'honneur.

et pour cause le site était bloqué et dégagé,les citoyens se sont mis à piétiner...sur place....puis en mouvement.

mais pourquoi tant de yous yous ,"de vive un tel" "gloire à un tel",hurlé à la cantonade par des milliers de

Naifs? tout simplement anesthésiés par l'immortelle méthode de la carotte et du bâton.

ventre affamé n'a pas d'oreilles... et la vue courte.

le retour en salle de récupération fut long et pénible....aux gémissements succéda enfin le bras d'honneur

en retour..
depuis les romains,les perses,les chinois et les russes....l'histoire et la prise de conscienc ont fini par

franchir nos frontieres sans visa.

l,Algérie devra désormais non pas des voitures mais des balais.

lyes k
 
 
#5 Développement ??? 05-07-2012 15:00
Bientôt, la nouvelle génération de jeunes qui n’a aucune idée sur la France coloniale, va nous blâmer pour ne pas être restés « Français ». Comme Medelci vient de la faire « maladroitement » devant les députés français.
 
 
#4 athawaghit 05-07-2012 11:55
''vos énnemis de demain seront pires que ceux d'hier'' c'etait une prémonition de l'illustre écrivain mouloud feraoun.et on mésure 50 ans après les dramatiques méfaits de ''nos énnemis''.mais le plus beau dans tout ça,c'est qu'ils ont de beaux jours devant eux pour abrutir,délapid er,anéantir,pau périser,et surtout amasser pour installer confortablement leurs progéniture dans les plus belles allées européennes.
 
 
#3 mouloud madoun 05-07-2012 11:06
on n`est pas a un ecoeurement pres !!! toute la presse algerienne arabophone et francophone et autre presse aphone comme l`unique n`ont eu droit qu`a ce MEPRIS pathologique d`un empereur plus que jamais anti national, haineux, MEGALO frappe d`une maladie sui generis sur laquelle aucun specialiste ne s`est encore penche. Et c`est au moment de l`ANNIVERSAIRE de L`INDEPENDANCE qu`il OSE faire cela !!!Quand au bilan, je lui souhaite a lui et sa COUR de vivre encore suffisant pour voir les RESULTATS du developpement durable !!! Boumediene n`est pas reste pour admirer l`homme nouveau qu`il avez promis. Que bouteflica puisse admirer son resultat qui se profile deja au mali et dans toutes les regions d`algerie. Mais n`est ce pas trop demande. mouloud
 
 
#2 yacine17 05-07-2012 10:45
c est le 50 ieme anniversaire de l independance confisquee , nous sommes toujours en attente de commemorer enfin ce jour du 5 juillet de la vraie independance des usurpateurs qui representent aujourd hui 6,5 % de l electorat , quand est ce qu ils comprendront qu avec leur 6,5 % ils n auraient jamais pu gagner le referendum du 05/07/62
 
 
#1 Ben. 05-07-2012 10:31
Mustapha, ces gens là n'ont aucun sens de l'histoire, qui n'est pas la leur, ils n'obéissent pas aux mêmes valeurs que vous et moi car ils viennent d'ailleurs et lorsque la zerda sera terminée, ils y retourneront, comme ils l'ont fait en 1979.
Le cinquantenaire de l' indépendance de notre pays, n'est donc qu'une occasion en or, une autre, pour les prédateurs du clan présidentiel pour remplir, pour la dernière fois peut être, leurs comptes et ceux de leurs amis, comme ils l'ont fait avec l'autoroute Est-Ouest, Sonatrach, GNL 16, la PANAF, Alger, capitale de la culture arabe, Tlemcen, capitale de la culture islamique et de la drogue marocaine et d'autres projets bâclés ou inachevés. Biens mal acquis ne profitent jamais. Qui vivra verra.
 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos