Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Mercredi, 25 Septembre 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

La “tripartite” de campagne

Par : Mustapha Hammouche

Avant-hier, à Médéa, le Premier ministre a fait part d’une étrange conception du pouvoir politique : “Un État se gère comme le fait un père de famille”, a-t-il proclamé. Cette vision paternaliste correspond à l’exact contraire de la conviction démocratique : la famille ne choisit pas son père ; l’autorité du chef de famille est originellement “naturelle”.
Sellal nous suggère de nous en tenir à apprécier la bienveillance du providentiel “père de famille”. Et que fait le père de famille pour nous ? Eh bien… “Monsieur le président de la République a donné des orientations au gouvernement dans le sens d’une diversification de notre économie. Un État doit être construit par l’économie. Il nous faut absolument relancer notre industrie et notre agriculture. Il nous faut aller vers une autre étape, celle de l’exportation de nos produits car il nous faut absolument sortir de la dépendance des hydrocarbures.
Ce sont là des orientations du président de la République en personne”.
Voici donc révélé le thème de la campagne pour le quatrième mandat. Disons, le premier, parce qu’il risque d’y en avoir d’autres. Ce sera la “relance de l’économie”, celle de “l’industrie et de l’agriculture”. Le thème de “la relance de la croissance”, galvaudé par le discours de campagne pour le troisième mandat, devait être remplacé. Et l’on n’a pas trouvé mieux que de “relancer l’économie”, cette fois-ci. Conformément aux “orientations du Président”, comme n’a cessé de le marteler, avant-hier, le Premier ministre.
En écho au leitmotiv du gouvernement, le secrétaire général de l’UGTA répondait le même jour et sur le même air : “Aujourd’hui, il est urgent de redonner à notre production nationale la place qui est la sienne… Il est nécessaire de promouvoir la production nationale pour pouvoir réduire la dépendance de l’économie des hydrocarbures et, par conséquent, mettre en place une offre abondante qui va se substituer à l’importation. Nous devons saisir cette occasion. C’est une chance qui risque de ne plus revenir.” Comme obligé de passer par l’étape socioéconomique, Sidi-Saïd revient vite à l’essentiel : “Le président Bouteflika a bénéficié, bénéficie et bénéficiera de toute la sollicitude, la solidarité et l'engagement de l'UGTA, car nous ne sommes pas de ceux qui renient leurs engagements”, martèle-t-il. Voilà qui est clair.
Et comme le président du Forum des chefs d’entreprise, toujours très accueillant envers les nouveaux arrivants de l’Exécutif, n’a pas été en reste au sujet de ce projet économique de “relance-production-diversification-substitution à l’importation”, aussi velléitaire qu’imprécis soit-il, les conditions sont réunies pour que, le 10 octobre, la “tripartite” marque le lancement de la campagne présidentielle à la faveur d’un “contrat social” pour la relance de l’économie non pétrolière.
La rengaine de l’après-pétrole a ceci d’utile : elle est inusable. Et pour cela, il suffit de la déclamer à chaque échéance électorale, tout en se gardant de la mettre en œuvre. Comme pour la “paix et la réconciliation”, l’économie productive est en phase de confirmer cette étrange réalité : le régime donne l’illusion d’avoir des projets qu’il n’a pas et, ainsi, n’en finit pas de se régénérer… de ce qu’il ne fait pas !

M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Commentaires 

 
#6 Khoroto 26-09-2013 03:11
Cette petite phrase de M. Sellal prouve une des deux choses : ou bien il est nul en politique, ou bien il est expert en langue de bois.
 
 
#5 Mahfoud 26-09-2013 00:53
@ LA BOURDE,
Et pour avoir des enfants, il faut au moins... une épouse pour les concevoir ! C'est du moins dans l'ordre naturel des choses.
Mais chez nous, certains «heureux élus» sont de toute évidence capables de disposer de cette capacité d'être père sans le concours d'une femme, voire même sans... enfants !
Et c'est justement ce que veut nous expliquer M. Sellal el-pédagogue, la voix de son maitre, à nous autres les ignares qui ne comprennent rien aux miracles du... Père tout puissant !
 
 
#4 Alilou 25-09-2013 18:36
L'objectif est toujours de plus en plus loin.
L'objectif de tout cela est la distribution de la rente à jamais renouvelée car dans notre pays, il y a des ressources à ne plus quoi savoir en faire.
oui oui oui Et cela le système le dit bien et presque tous les jours : découverte par ci, découverte par là. Rassurer, rassurer, rassurer de nombreuses clientèles et une partie de la population. Contentez-vous de "consommer"
(voitures, voyages et devises, ...) et laissez-nous gouverner. il y en a pour beaucoup. Consomme et tais-toi !
 
 
#3 boulet 25-09-2013 18:16
si on mesure l intelligence d un peuple a la quantite d incertitude qu il est capable de supporter,l ALgerien est le plus intelligent au monde.
 
 
#2 LA BOURDE 25-09-2013 14:17
IL A RAISON MONSIEUR SELLAL ....."" L'ETAT SE GERE COMME LE FAIT UN PERE DE FAMILLE"" .........MAIS POUR ETRE PERE , IL FAUT AVOIR DES ENFANTS JE CROIS ?
 
 
#1 ifrene 25-09-2013 11:09
encor du blabla
c'est du déjà entendu mr le premier ministre
le pere de famille a echoué,d'une maniére éclatante,et dans tout les domaines
que du temps perdu,que des milliards(en dollars) gaspillés et volés,que des chances gachés et un avenir hypotéqué pour la nation.
vous étes incapables d'apporter quoique ce soit de positif à ce pays et à son peuple,sauf continuer à parler et à dilapider et accéssoisrement satisfaire votre clientéle.
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos