Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Jeudi, 19 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Le monologue du ventre

Par : Mustapha Hammouche

Dès samedi, nos journaux inaugureront des pages “spécial Ramadhan”. Il y sera question de la profondeur spirituelle de l’abstinence et de sa dimension didactique. À côté, une page de recettes de cuisine pour repas de rupture du jeûne.
Il suffit d’observer la nature du débat que suscite déjà l’imminence du mois de Ramadhan pour deviner de l’audience relative de l’une et de l’autre rubrique. Nous sommes collectivement pris d’une angoisse de l’enchérissement des produits alimentaires et interpellons l’État sur la recherche des moyens pour une maîtrise des approvisionnements et des prix et pour contrecarrer l’opportunisme des commerçants spéculateurs.
En face, des spéculateurs fourbissent leurs plans d’attaque pour le saint mois des affaires alimentaires. Des commerçants, en fait, car en condition de marché libre, il n’y a pas de différence entre les deux catégories, la loi de l’offre et de la demande jouant de la même manière pour tous.
Le Ramadhan s’annonce ; place donc aux voix qui comptent. Pas aux voix de la pieuse sagesse, mais à celle des porte-parole de l’administration du commerce et de ceux de la corporation des marchands de nourriture. Le ministère du Commerce, lui a un… plan pour le contrôle et la répression des “pratiques frauduleuses” ; il a installé des “comités de suivi” et doublé le nombre de contrôleurs ! Les services du commerce avaient peut-être un problème d’effectif mais pas au point de ne pouvoir, par exemple,  contraindre les commerçants à afficher les prix !
Les “pratiques illicites”, la tromperie sur la marchandise notamment, en termes de qualité, d’hygiène, de calibre et de variété, sont devenues un sport national et sont loin d’être l’apanage du seul commerce informel. Ceux qui vous fourguent la pêche pourrie et les légumes flétris dissimulés derrière un étalage de beaux échantillons ont aussi des registres du commerce en règle. Si l’administration ou le syndicat des commerçants avaient vraiment le respect du consommateur et la volonté d’un minimum de moralisation du marché de détail, ils auraient commencé par le plus simple et le plus urgent, en cette époque d’arnaque systématique : rétablir le service public des poids et mesures !
Il est vrai que le client se rend au marché en victime consentante, conscient qu’il est qu’en l’état de l’organisation du commerce et de la culture de consommation qui rend tant de produits incontournables, le rapport de force est en faveur du vendeur. Surtout en période de Ramadhan où le contenu du panier est dicté par le mimétisme qui nous impose la composition de notre menu quotidien jusqu’à la dernière de ses futilités. Alors, ce client qui se livre, impuissant, à son saigneur, se retourne vers l’État qui le rassure : des mesures ont été prises pour importer, congeler, contrôler, etc. !  Et l’Union des commerçants vient à la rescousse : les commerçants sont instruits de ne pas vendre cher ; ceux qui vendent cher, c’est… les autres.
Mais, ulach smah ulach… Le débat continue : comment un État qui nous a assuré l’immuabilité du prix du sucre et de l’huile, après celui du pain et du lait ne peut-il pas imposer la disponibilité et un prix fixe de la viande, de la courgette et de la tomate ? Etc.
Sacré mois voué à l’élévation des esprits, mais que la réalité socioculturelle rabaisse à une opportunité de débat sur la question du commerce alimentaire de… détail.


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Commentaires 

 
#11 peticalcul 21-07-2012 17:35
depuis une cinquantaine d'année j’attends qu'une étude soit lancée pour connaitre exactement l'impact chiffré sur le développement du pays de ce mois sacré. Personne n'a osé le faire pourquoi ? Résultat désastreux ? Honte de le publier ?
 
 
#10 Khoroto 21-07-2012 16:42
Chaque année, Ramadan revient pour nous prouver qu’on est de faux musulmans, des musulmans superficiels. En théorie, c’est le mois où la consommation, et donc, les prix devraient baisser. Mais non, on fait le sacrifice le jour pour se goinfrer et gaspiller le soir. C’est vraiment là une preuve et pas seulement pour un observateur averti. Allah Yehdina.
 
 
#9 Barigou 21-07-2012 13:39
En Europe et dans le monde occidental en général et même dans d'autres pays en réelle voie de développement, c'est dans les périodes de grand ruch que sont organisés les soldes. Ainsi, au début de l'été, les commerçants soldent leurs collections d'été, à la rentrée sont organisées les soldes de la rentrée, et au début de la saison d'hiver, se sont les vêtements chauds qui sont soldés.

Du point de vue du commerçant algérien, un tel comportement serait l'oeuvre de demeurés, car au lieu de profiter de la ruée sur les étals pour faire le plus de profit possible, on préfère brader les produits à 30, 40, 50 ou même 70% de leurs prix initiaux. Est-ce une question de mentalité, ou le fait de sociétés modernes et organisées respectueuses des lois de la République qui régissent leurs comportement?. Il est vrai qy'en l'absense de la loi, c'est le bazar qui remplace le marché organisé, et dans le bazar la loi se résume en une petite phrase "TAG ALA MEN TAG"
 
 
#8 loubiahèjèla 20-07-2012 17:03
merci monsieur le ministre du commerce.De la compétence vous en avez à revendre.Les services de contrôle chargés de protéger les consommateurs sont partout et font du bon boulot. 2 jours avant le mois sacré,le prix de la carotte était à 50 da.Aujourd'hui,elle coute 130 da. La betterave à 60 da ,aujourd'hui 90 da,le poulet à 280 da ,aujoud'hui à 340 da et encore et encore....SVP ,la prochaine fois encaissez votre gras salaire et laisser nous tranquille. On est déja habitués à ce phénomène.
 
 
#7 Zawali 19-07-2012 22:01
Bien vu, le bas ventre va se taire, il sera moins vigoureux !
 
 
#6 athawaghit 19-07-2012 21:20
comme est de coutume ,la" fièvre acheteuse" va s'emparer de l'écrasante majoritaire des ménages,des comportements négatifs inherent au moisacré ressurgiront de nouveau,le tout couronné par une torpeur dans tout les secteurs d'activité étatique biensur,tsawagh ith
 
 
#5 Nouro 19-07-2012 21:07
Au moins s'ils ne tracassent pas ceux qui veulent ne pas jeûner ce serait au moins ça! Ils ne subiront pas la dictature des commerçants après celle de l'état.
 
 
#4 Omrane 19-07-2012 20:18
Vous dite ABSTINENCE,moi je m'abstiens de faire le jeûne...!si c'est pour faire l'expérience d'un pauvre comme le dit le coran et le soir me goinfrer cela ne sert à rien...!et d'ailleur moi de tempérament calme,je n'ai pas envie de devenir un sanguin...!si en me levant le matin,je rate ce cafè et cette cigarette pour perdre ma journée dans l'énervement ou la dispute à cause d'un "Kalb el louse" non, merci ....!alors mangè la nuit tombèe pour faire chier le monde la journée pour faire comme tout le monde,je m'abstiens de toute abstnence pour être en accord avec ma sagesse.Déja je ne mange pas à ma faim alors pourquoi me privè de peu pour faire plaisir à quelqsu'un que je connais pas.Par contre bon ramadhan à ceux qui le font...!et ne vous goinfrez pas trop car c'est un péchè.
 
 
#3 yacine17 19-07-2012 15:35
rien ne peut nous offuquer dans ce pays ou meme les athletes sportives de haut niveau comme nos volleyeuses qui sont toutes tres bien remunerees ont ete prises la main dans le sac Mr Hammouche alors que vous voulez accabler ce vendeur de courgettes de vol c est tout le systeme qu il faut remettre en cause
 
 
#2 albatros 19-07-2012 14:23
Superbe papier!
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos