Air Algérie: incident sans gravité entre deux avions à l'aéroport d'AlgerVols de câbles téléphoniques à Relizane : plus de 7 millions de DA de pertesLa Palestine dénonce la décision d'Israël de s'approprier 400 hectares de terres en CisjordanieHausse de 18% du chiffre d'affaires des entreprises publiques industrielles en 2013Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Contrechamp Jeudi, 20 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Mad Max

Par : Mustapha Hammouche

L’été caniculaire de cette année a révélé l’imprévoyance nationale en matière de besoins énergétiques. Si la défaillance de l’offre d’électricité a été spectaculairement constatée, le déficit, tout aussi avéré, en production de carburants, a été couvert par une recrudescence précipitée des importations. La récolte nationale devait nous dispenser d’importer du blé pour le restant de l’année 2012, mais erreur de projection, l’État a dû se raviser, prendre son porte-monnaie et repartir faire son marché à l’étranger.
Comme dans l’urgence, le gouvernement a commandé des centrales, à mazout pour certaines, il devrait importer encore plus de gasoil qu’il n’en achetait jusqu’ici. Avec de l’argent, on peut acheter du mazout et du blé. Mais pas de l’électricité. Pas même du logement. Il nous faut donc plus d’argent pour installer des centrales, pour les approvisionner en carburants quand elles ne sont pas à gaz, en attendant de construire des raffineries. Et il faut plus d’argent encore parce que l’agriculture ne couvre pas nos besoins en blé comme elle le prétend certaines saisons.
Le gouvernement ne semble pas avoir anticipé cette soudaine aggravation de l’écart entre les besoins de consommation et les quantités programmées à la production et à l’importation. Mais, curieusement, il donne l’impression d’avoir devancé ses propres besoins en trésorerie. Cela fait un temps qu’il s’alarme des fluctuations éventuelles du marché pétrolier et qu’il planche sur une loi qui encourage l’exploration de nouvelles aires et de “carburants non conventionnels”. Il est même allé vite puisqu’il est rare qu’un projet de loi de cette importance soit ainsi bouclé en quelques mois.
Pendant que le pouvoir concevait l’instrument qui permettrait d’élargir les concessions d’exploration minière des Hauts-Plateaux, au Nord et au littoral, les discours de l’après-pétrole, des énergies renouvelables et du développement durable fonctionnaient en berceuses pour endormir les férus de notions altermondialistes. Même le gaz de schiste est à vendre alors qu’on ne sait même pas si l’on en a et que les hydrocarbures conventionnelles ne sont pas  exploitées à leur optimum.
Mais qu’à cela ne tienne ! Il faut dévorer tout ce qui peut se bouffer sur ce sol et en dessous. Des parts du stock de terres agricoles, déjà passablement érodées et grignotées par les constructions illicites, les zones industrielles et les nouvelles “villes” vont être cédées à la construction de cités. Tous les deux ans, le gouvernement réitère une décision de suspension de l’article qui, dans la loi sur l’eau, interdit l’exploitation de carrières de sable d’oued et de plage. Le lobby de l’économie de la nuit peut ainsi prospérer au détriment des biotopes les plus sensibles du pays. Pendant que les oueds se dessèchent et que la plage disparaît, la forêt brûle de plus en plus souvent et dans ses parties les plus précieuses, parcs nationaux compris.
Enfin, tout se passe comme si l’Algérie ne devrait pas exister après nous. Dans ce rapport patrimonial que nous avons avec notre pays, nous nous comportons comme si nous devions consommer un butin qui n’appartient qu’à notre génération. Et il serait normal qu’il disparaisse en même temps que nous ! Car, au train où vont les choses, c’est un terrain perforé, asséché, déboisé, pollué de partout que nous léguerons aux suivants. Un désert sans même la beauté d’un désert naturel. C’est Mad Max.


M. H.
musthammouche@yahoo.fr

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 01 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos