Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Contribution

PRÉLÈVEMENTS D’ORGANES SUR PERSONNES DÉCÉDÉES

Ce qui bloque

©D. R.

Les prélèvements d’organes sur personnes décédées, cette formidable victoire de la médecine du XXe siècle, tardent à se développer chez nous en Algérie.


Ces dons d’une partie de soi après sa mort, gratuits et anonymes pour sauver son prochain, demeurent encore “tabous” dans notre société. Depuis plus d’un demi-siècle, près de cent pays dans le monde transplantent des organes prélevés sur des personnes déclarées décédées. Notre pays doit également permettre à ses citoyens d’accéder à cette médecine et de bénéficier, eux aussi, d’organes de remplacement.
Il est vrai qu’un travail colossal doit être fait en Algérie, au regard de l’opinion publique générale qui reste encore “frileuse” pour ne pas dire “hostile”, mais pas seulement, car même une partie de la communauté médicale et paramédicale demeure toujours réticente, force est de le reconnaître et de l’ admettre.

Où se situe la difficulté ?
Puisque ni notre religion, l’islam, ni nos lois, ni nos autorités politiques ne s’opposent aux prélèvements sur personnes décédées. Où est le problème alors ?
Qui mettra fin aux souffrances des centaines de dialysés chroniques, des dizaines d’insuffisants hépatiques, vivant en sursis en Algérie, qui attendent et espèrent, qui une greffe rénale, qui une greffe hépatique ? Que leur dire ?
Mieux, des greffes rénales et hépatiques se font régulièrement à partir de donneurs vivants apparentés (DVA), alors même que ce sont les greffes les plus difficiles à réaliser, car en plus de l’obligation de moyens, il y a l’obligation de résultats. Aucun échec n’est toléré ici, en tout cas n’est pas très facilement pardonné.
Le nombre de greffes réalisées annuellement à partir de DVA reste très insuffisant. La demande est dix fois supérieure à l’offre actuelle.
Au moins trois CHU se sont dotés d’une organisation humaine, matérielle et administrative pour des prélèvements d’organes sur personnes décédées : le CHU Ben Badis à Constantine, le CHU Frantz-Fanon à Blida et le CHU Mustapha à Alger. Cette organisation interne a été mise en place au sein des trois CHU, elle est dénommée “coordination hospitalière”. C’est la clé de voûte du système, elle est indispensable et incontournable pour la réussite d’un programme pérenne.
Ces trois CHU ont entamé, à plusieurs reprises depuis 2002, des procédures de prélèvements d’organes sur personnes décédées, conformément à la loi algérienne, dans le strict respect des familles et avec tous les moyens prévus par la réglementation en vigueur.
Pour les équipes de ces trois CHU, le constat est le même : le taux de refus des familles reste élevé, malgré tout. Les familles éprouvées hésitent encore beaucoup, quand elles ne s’opposent pas catégoriquement au prélèvement, et c’est le cas de figure le plus fréquent.

Quel est le problème pour nos concitoyens ?
La mort précède le don et donc le prélèvement d’organes. Le respect de ce principe reste fondamental : le décès déclaré du donneur potentiel doit absolument précéder le prélèvement des organes. De fait, le problème réside dans la certitude absolue du décès de la personne pour toute sa famille angoissée : est-il réel, irréversible ?
La plupart des familles ignorent tout du don d’organes, elles écoutent médusées nos explications sur la mort certaine de leur proche, l’incompréhension est “palpable” lorsque les mots sont prononcés : “Une opération chirurgicale pour prélever les reins et le foie, le corps vous sera rendu juste après pour l’inhumer, quelques heures seulement nous suffisent, des patients sont en attente d’une greffe, les organes prélevés seront greffés à d’autres.”
Cette personne, leur proche, est déclarée décédée alors que son cœur bat encore, un mort dont le “cœur est toujours battant”, l’entourage familial choqué, ne comprend pas et refuse de l’admettre. Pour ses parents, il est toujours vivant !
Pourtant, les équipes médicales et paramédicales sont respectueuses de nos principes religieux et des lois de notre pays, la personne est en mort encéphalique (mort cérébrale), les examens l’ont établie, leur parent est bel et bien décédé. Certes, le cœur bat encore sous l’effet des drogues et des appareils de ventilation artificielle, mais il s’arrêtera de fonctionner très vite, malgré toutes les mesures médicales en cours.
Beaucoup reste à faire dans le fond et dans la forme. Dans le fond, les familles découvrent brutalement dans des moments pénibles, “dans l’horreur de la mort”, ce principe de solidarité qu’est le don de soi après la mort, le don d’organes pour autrui. On leur demande, alors que rien ne les a préparées, de donner leur accord pour réaliser des prélèvements sur un être cher. Dans la forme, la définition de la mort encéphalique reste très mal comprise par les proches, car dans l’imaginaire collectif, le décès c’est avant tout l’arrêt cardiaque et respiratoire.
La Sacralisation du Corps dans nos coutumes, conjuguée à nos rites mortuaires, commandent et expliquent l’attitude très réservée, souvent négative, de nos concitoyens face à la démarche et à la demande de prélèvement d’organes faites par les équipes soignantes.
L’inhumation du corps doit se faire sans délais, c’est la tradition musulmane. La question pour les très rares familles consentantes est comment l’accommoder avec les exigences du prélèvement ?
Les questions se bousculent alors au sein de la famille : nous ne connaissons pas la volonté du défunt, ce que vous nous demandez est-il vraiment légal ? la direction du CHU est-elle au courant ? Comment sera son corps après les prélèvements, pourquoi deux reins, un rein suffit ? À qui vous donnerez ses organes ? Notre religion, l’Islam, permet-elle les lois qui vous autorisent à le faire ? Qui décide dans la famille ? Les Imams sont-ils d’accord ?
 
Un débat de société
Les familles algériennes ne s’opposent pas définitivement au don, elles ne comprennent pas, elles n’y sont pas préparées, disent ne pas être informées. Le refus initial est une réaction angoissée devant l’inconnu. Plusieurs membres de ces familles nous le rapportent : c’est trop brutal, nous expliquent-ils, comme pour les excuser, ils n’ont jamais entendu parler de prélèvements sur personnes décédées, ni au quartier, ni à l’ école, ni à la mosquée, c’est tout nouveau pour eux.
L’autre question lancinante est celle du donneur décédé mais dont le cœur reste battant, elle soulève l’émoi et cristallise toutes les incompréhensions de la société civile algérienne, et pas seulement, même celles de nombreux soignants. Dans l’imaginaire collectif, la mort n’est certaine que lorsque l’activité cardiaque s’arrête définitivement. Nous devons en tenir compte et respecter cette notion de “mort cardiaque” obligatoire.
De nombreux pays ont été confrontés, par le passé, à cette problématique de la définition communément admise par leur société, du décès réel et constant qui est lié avant tout à un arrêt cardiaque. En 1995, les pays qui pratiquaient des prélèvements d’organes sur personnes en arrêt cardiaque se sont réunis à Maastricht, aux Pays-Bas, pour expliquer leurs choix, exposer leurs résultats, décrire l’attitude de la société civile et enfin pour y élaborer une première classification des donneurs décédés après arrêt cardiaque, ce sera celle de 1995 qui a été révisée en 2013, avec toujours les quatre classes ou catégories de donneurs à cœur arrêté, internationalement admises.
Le regard de notre société sur le devenir du corps après la mort, et donc sur le rite mortuaire, reste central. Il impose une attention toute particulière de la part des équipes soignantes. La vie est sacrée, car Don d’ Allah, et le corps qui en est le dépositaire doit être traité avec toute la dignité et tout le respect qu’il mérite aux yeux de la famille. Les prélèvements d’organes ne sont pas interdits par notre religion, l’Islam, ils n’attentent pas à sa sacralité, seulement tout doit être fait pour respecter son apparence physique et ne pas altérer son image auprès de ses proches.

Le donneur décédé après arrêt cardiaque
Les premiers prélèvements d’organes, réalisés dans le monde pour des fins de transplantation, ont été faits sur des donneurs décédés après arrêt cardiaque (DDAC), faut-il le rappeler, c’était entre 1950 et 1980. La reconnaissance internationale de la mort encéphalique, à partir de 1970, a beaucoup changé les choses. Peu à peu, de nombreux pays ont choisi de ne réaliser des prélèvements que sur des donneurs décédés en état de mort encéphalique (DDEME), situation particulière où le donneur décédé l’est à cœur battant.
Plusieurs pays, dont les USA, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, ont poursuivi à ce jour les prélèvements sur DDAC, très largement admis par leurs concitoyens, car correspondants plus à leur sensibilité et à leur conscience.
Ces prélèvements sur DDAC seront peut-être mieux admis par la société algérienne et par une partie des soignants dès lors qu’ils feront l’objet d’un consensus national et seront inscrits dans nos lois.
Depuis 2007, clairement, la pratique des prélèvements sur DDAC s’est étendue à des pays leaders en transplantation. Certains ont adopté toutes les classes (au nombre de quatre), c’est-à-dire les 4 catégories de DDAC de Maastricht, d’autres ont en adopté seulement deux ou trois catégories.
Les Classes II et IV de Maastricht (respectivement arrêt cardiaque malgré une réanimation intensive et arrêt cardiaque chez un sujet en mort encéphalique) semblent à nos yeux les deux catégories à privilégier dans notre contexte cultuel et culturel, en Algérie.

Par : Dr Farid HADDOUM
Professeur à la faculté de médecine d’Alger, chef de service de néphrologie-transplantation au CHU Mustapha, Alger.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER