Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Contribution

Contribution

Entre l’Amérique et la France : une “guerre à mort” en Afrique

©D. R.

L’Amérique et la France se livrent une guerre à mort en Afrique. Cette lutte sans merci que livrent les USA à la France a pour objectif de la détrôner de son ancien empire colonial, que ce soit au Maghreb, en Afrique de l’Ouest, au Sahel ou dans la Corne de l’Afrique au moyen et/ou sous la bannière du “terrorisme islamiste”. Cette lutte sournoise et souterraine a commencé après la chute de l’Union soviétique et a eu l’Algérie pour premier terrain d’expérimentation. Ce plan machiavélique a été élaboré et mis en place, avec l’aide idéologique de l’Arabie Saoudite, par les officines du complexe militaro-industriel. Le choix de l’Algérie comme théâtre d’opération était des plus judicieux, car il réunissait toutes les conditions requises pour sa réussite et sa propagation dans le futur afin de servir de fer de lance pour déstabiliser, à moyen terme, l’ancien colonisateur : géographie idéale (relief et situation), population rebelle, situation sociale favorable et enfin une armée et des services de sécurité structurés, capables de tenir le choc de cette déstabilisation programmée.

Une lutte ancienne sur le terrain européen
La rivalité entre l’empire anglo-américain et l’empire français ne date pas d’hier. Les Anglo-Saxons (WASP) n’aiment ni la France ni les Français. Il ne faut donc pas se leurrer sur la fiction d’un “Occident” solidaire, anticommuniste, blanc et chrétien créé de toutes pièces par les USA au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’UE a été créée à l’initiative des USA pour la manipuler. Cette réalité a été admise depuis la dé-classification d’un mémorandum, daté du 26/7/1950 signé par le directeur de l’OSS (1), ancêtre de la CIA, donnant des instructions pour promouvoir un Parlement européen (2). C’est ce qui explique le fait qu’ils aient poussé la Grande-Bretagne à s’y intégrer pour jouer le rôle de la 5e colonne. Robert Schuman, affublé du titre de “Père de l’Europe”, a été recruté par la CIA par le biais du Secrétaire d’état US, Don Acheson. La “Déclaration Schuman” du 09/5/1950, rédigée dans les officines de la CIA (3), est remise à Robert Schuman qui s’en appropria la paternité. Même l’idée d’une union monétaire européenne a été soufflée aux dirigeants de l’UE en application d’une note du Département d’état datée du 11/6/65 (4). Le précédent président de l’UE, José Manuel Barroso, a été recruté, alors qu’il était “militant maoïste”, président du MRPP (5) surgi au lendemain de la “révolution des œillets”, manipulée de toutes pièces, et alors que Frank Carlucci, agent de premier plan de la CIA, était ambassadeur US au Portugal… Ce poulain de Carlucci va faire une ascension fulgurante en devenant secrétaire d’état à l’âge de 29 ans en 1985 et ministre des Affaires étrangères à 36 ans. Cette mainmise des USA sur l’Union européenne n’a jamais été dénoncée dans les médias. Les nombreux relais sionistes, qui creusent patiemment la tombe de la France, tiennent d’une main de fer les médias et l’état français, en mettant à l’écart tout esprit s’écartant de la ligne tracée. Le général de Gaulle avait bien compris l’influence des USA dans le domaine des médias : “… Cette presse infâme et avachie, aux pieds et à la botte des Américains, des Israéliens et de tous les autres, mais qui ne soutient pas la France…” (6). Plutôt que de dénoncer cette chape de plomb imposée par le lobby américano-sioniste sur la vie politique française, la quasi-totalité de la classe politique, relayée par l’intelligentsia pro-sioniste, sonne la mobilisation contre le “danger” musulman qui finira, selon elle, par conduire au “suicide français”.

BHL, Finkielkraut, Zemmour et Cie
Dès après la Deuxième Guerre mondiale, les services américains se chargèrent de tisser patiemment une toile dans tous les secteurs de la vie politique, syndicale et médiatique française. Au début de l’année 1968, la conjoncture fut jugée favorable pour mettre en branle tous leurs agents en leur assignant la mission de déstabiliser l’Etat français. Ainsi, le feu fut allumé au sein des universités par certains étudiants, catalogués comme étant “maoïste”, mais en réalité relais de la CIA et du Mossad. Il s’agissait de punir le général de Gaulle d’avoir sorti la France de l’Otan et pour ses critiques vis-à-vis d’Israël. Ces mêmes relais seront réactivés lors des manifestations grandioses contre le CPE(7), pour punir le Premier ministre de Villepin d’avoir tenu un discours gaulliste à l’ONU, contre la guerre en Irak. La mobilisation contre le nouvel ennemi fabriqué et désigné qu’est devenu l’Islam depuis le 11/9, a eu pour objectif d’exacerber les tensions contre la jeunesse d’origine maghrébine, laissée pour compte et marginalisée dans la vente du cannabis “importé” du Maroc, sous le silence complice des plus hautes autorités de l’État français. L’audience médiatique accordée aux Finkielkraut et Zemmour, dont les critiques contre l’islam, ont eu pour seul objectif, de creuser un fossé entre les Français et ceux d’origine maghrébine. Le but caché de cette campagne étant d’alimenter les bataillons “djihadistes” en Syrie, à partir des banlieues en complément des actions subversives de déstabilisation menées contre l’État Syrien à partir du Liban par le Service action de la DGSE. Les médias français ont beau jeu de dénoncer le jeu trouble du Qatar et de l’Arabie comme si ces petits pions étaient en mesure d’agir, sans un mandat express de leur puissant commanditaire et protecteur US, dans les actions liées à la déstabilisation des Etats ciblés.

La déstabilisation en Afrique de l’Ouest et au Sahel
La France a connu, depuis une décennie, des opérations de déstabilisation aussi bien au Rwanda, en Côte d’Ivoire, en République Centrafricaine, au Niger, au Tchad et dernièrement
au Burkina Faso. Le 9 novembre 2004, des manifestations en soutien à Laurent Gbagbo, menacé de destitution, pour avoir permis l’ouverture du marché ivoirien, réservé jusque-là à la France, furent provoquées. Face à ces manifestants, des troupes françaises furent positionnées, en protection, devant l’hôtel Ivoire où se trouvaient des ressortissants étrangers. Des tirs, attribués à un officier israélien du Mossad(8), de nationalité française, logé dans l’hôtel et enregistré comme ingénieur agronome, prennent pour cible la foule et font plusieurs morts. Cela suffit à provoquer la colère des Ivoiriens qui, manipulés par des agents israéliens en poste à Abidjan, incendièrent des écoles françaises(9). Cette provocation qui s’est soldée par de nombreux morts, ne manquera pas d’être ravivée le moment venu. Des jours sombres sont à prévoir, à moyen terme, pour l’ancienne puissance coloniale dans toute la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, où le bouclier militaire mis en place pour la protection de certains chefs d’État permet à la France de s’arroger un accès stratégique aux matières premières de ces pays. Les 10 000 soldats français implantés au Mali, Tchad, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Niger, RCA, Sénégal, Burkina Faso, Togo, Cameroun et Gabon(10) sont pris en tenaille au Sud par Boko Haram et au Nord par Aqmi et consorts. Ils ne pourront contenir la vague de fond qui déferlera au moment choisi par “l’Empire” pour dégager l’ancien colonisateur de sa zone d’influence.
Dans la corne de l’Afrique, la France entreprit une action pour libérer l’un de ses agents prisonnier des shebab. Le Service Action de la DGSE, épaulé par des commandos du COS (11)  au moyen de 6 hélicos et du navire BPC (12) “Mistral”. Le Mistral fut placé en mode “Incon Rouge” (13). La cinquantaine d’hommes du Service Action et du COS fut déposée par hélicos à environ 5 kms du lieu d’intervention, pour assurer l’effet de surprise total. Arrivés sur les lieux, en pleine nuit, le commando, qui y voyait comme en plein jour, grâce à son équipement nocturne, fut accueilli sous le feu nourri des mitrailleuses Douchka de shebeb en guenilles. L’échec fut total. Le COS, qui perdit 3 hommes, fut contraint d’abandonner un des siens sur le terrain, malgré sa puissance de tir et le feu nourri des 2 hélicos d’attaque Tigre (14). Pour comprendre le pourquoi du comment de cet échec, il faut compléter le tableau par l’implication d’un avion de type AC-130 Gunship de l’armée US, chargé d’assurer les liaisons radio entre le navire de commandement “Mistral” et le commando héliporté. Un secret n’est plus un secret dès lors qu’on est deux à le partager! (élémentaire).

Au Maghreb
En Tunisie, confiante dans la solidité de ses liens avec le président tunisien Ben Ali, la France s’est faite piégée de façon élémentaire. Ni la DGSE ni les politiques français n’ont vu venir le coup de la prétendue révolution “des Jasmins”,  baptisée ainsi dans les officines de la CIA, comme celle “des Œillets” ou “Orange” (Ukraine). L’agent de la DGSE en poste à l’aéroport de Tunis Carthage a rapporté qu’une dizaine de mercenaires sud-africains (Blancs) portant des valises longues (fusil à lunette) et des caissettes (munitions) ont été accueillis par des 4x4 blindés de l’armée (15). Ceci explique les morts par balles, touchés au front et au cou, par des tirs précis en provenance de terrasses d’immeubles, qui furent mis sur le compte des partisans de Ben Ali. On connaît la suite de cette “Révolution”, manipulée de toutes pièces, et donnée en exemple au monde arabe par les relais sionistes en France…  La France a également été piégée en Libye, où les Anglo-Saxons ont poussé le président Sarkozy, à se “rattraper” en faisant chuter le régime libyen. Cette mission a été si bien menée par ce vassal des USA, qu’elle a abouti à assurer la fourniture de matériels en tous genres, aux “djihadistes” du Sahel et à ceux de Boko Haram pour combattre la France. L’arroseur s’en est trouvé arrosé.
Pour ce qui est du Maroc, Mohammed VI a fait l’erreur fatale, sur les conseils de la France et avec son total soutien, de lier le sort du Sahara occidental à la royauté. La France est très bien implantée au Maroc avec plus de 900 PME/PMI et près de 40 000 résidents. Ce soutien inconditionnel a mis la France dans une position ridicule : d’un côté elle fait la morale à certains pays pour la violation des droits de l’homme et de l’autre, elle met cette question entre parenthèses dès que cela touche l’un de ses protégés. Cette contradiction, flagrante, avait poussé Gérard Araud, ambassadeur de France près l’ONU à confier à Javier Bardem en 2011, que “le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux, mais qu'on doit défendre”.  L’annexion du Sahara occidental, constitue un levier que ne manqueront pas d’exploiter le tandem américano-sioniste pour déstabiliser ce pays malgré les liens très étroits existants entre Israël et le Royaume. Le camouflet infligé à M6 par l’envoyé spécial de l’ONU, Christopher Ross, donne un aperçu des visées de “l’Empire” sur l’avenir réservé à la France dans ce pays, à moyen terme.
Les hommes politiques qui président aux destinées de nombreux pays développés ou du tiers-monde ont appris ou apprennent à leurs dépens qu’il n’est pas recommandé de se mettre en travers de la puissance colossale de “l’Empire” qui a mis à genoux l’Allemagne nazie et le Japon pour briser ensuite la colonne vertébrale de l’ours soviétique. Cela est aussi valable en Algérie où la guerre entre les USA et la France se manifeste au travers les luttes de clans pour le contrôle des leviers de l’état. Il est donc évident que le pronostic pour désigner le futur vainqueur de cette lutte de clans est joué d’avance. Il suffit seulement de savoir quel est le clan qui a le privilège d’avoir l’Empire derrière lui. L’Empire et sa mère, la Grande-Bretagne, savent être patients et subtils pour faire échec et mat à leurs ennemis intimes, dans le grand échiquier que constitue la planète.

K. M.
Avocat

Notes :

  1. Office of Strategic Services
  2. Ambrose Evans Pitchard Daily Telegraph du 19/9/2000
  3. De Pétain à la CIA. La face cachée de Robert Schuman, François Asselineau
  4. François Asselineau cf supra
  5. Mouvement révolutionnaire du prolétariat portugais
  6. Entretiens avec Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, Jacques Foccart.
  7. CPE : Contrat de pleine embauche, Avril 2006 initié par De Villepin.
  8. http://recherches sur le terrorisme.com
  9. cf supra (8)
  10. Samuel Foutoyet, Nicolas Sarkozy ou la France Afrique décomplexée
  11. Commandement des opérations spéciales
  12. Bâtiment de projection et de commandement
  13. “Incon Rouge” communications coupées
  14. “Forces spéciales”, Renseignement du 09/3/2013
  15. La lettre de Tunisie du 19/01/11, les blogs du Diplo.

Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER