Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Coup de cœur

Jean-Paul Ernano et Philipe Doyer à Liberté

“Accompagner l’industrie automobile est au cœur de Gefco Algérie”

© D.R.

Dans cet entretien, Jean-Paul Ernano, directeur de la zone Maghreb, et Philipe Doyer, vice-président Exécutive WRP, reviennent sur la stratégie tracée par Gefco en Algérie, les activités à développer et les partenariats, mais aussi les perspectives du leader européen en logistique industrielle.

Liberté : Que représente le marché algérien pour le groupe Gefco ?
Jean-Paul Ernano : Le marché algérien représente beaucoup de choses pour nous. Sinon, on ne serait pas là aujourd’hui. On travaille en Algérie depuis quelques années déjà. Je suis venu déjà en Algérie, c’était durant les années 1980. Par le passé, on travaillait avec un agent et là on s’est installé depuis 2014 en propre. C’est un pays en devenir. On est dans le secteur d’activité de l’Overseas et d’autres créneaux aussi importants pour Gefco et ses clients, comme la logistique automobile. Tout ce qu’on fait en Algérie, on le fait aussi dans d’autres pays.

Mais quels sont les secteurs-clés sur lesquels vous basez essentiellement vos activités ?
On fait l’Overseas notamment. Mais, l’Algérie est à la fois un pays importateur et exportateur. En tout cas, l’Algérie se développe et Gefco est là pour apporter de la valeur ajoutée à ses clients.

Et là ne comptez-vous pas diversifier vos activités, sachant que la crise est là et elle est déjà ressentie dans le secteur de l’automobile ? Par exemple dans les énergies ?
Philipe Doyer: Ailleurs, on fait dans l’énergie, notamment le transport des panneaux solaires. Gefco raisonne par activités, c’est-à-dire par l’expertise sectorielle. One ne transporte pas de la matière brute, certes, mais on est dans tout ce qui est lié à l’activité du matérielle, comme la fourniture des matériaux des raffineries. Pour la diversification des activités, Gefco reste un leader des solutions en logistique.

Vous basez vos activités dans le Nord, mais pas dans le Grand-Sud et les Hauts-Plateaux. Qu’en est-il ? C’est dans votre feuille de route ?
Jean-Paul Ernano : Au fait, le Grand-Sud c’est beaucoup plus l’activité liée à l’énergie. Il y a deux régions phares, à savoir In amenas et Hassi Messaoud. Nous avons des clients qui nous demandent de transporter des pièces et d’approvisionner des centres. Il faut dire que ce sont des régions qui intéressent Gefco ! On va y aller en tout cas, mais après avoir finalisé nos sites de Mostaganem et de Jenjen (Jijel). Mais, on le fera petit à petit.

Quelles solutions comptez-vous apporter pour les concessionnaires qui investissent dans l’industrie automobile ?
Jean-Paul Ernano : On le fait déjà et ça marche à merveille. On est en contact avec Renault Algérie dans la région d’Oran et avec Renault dans d’autres pays. Il y a Peugeot qui s’installe aussi ! Peugeot fait partie du capital de Gefco (Gefco créé en 1949 par Peugeot, ndlr) et on est en contact continu avec cette marque pour développer d’autres partenariats, notamment sur le Maghreb.

Philipe Doyer : On ne va pas rentrer dans le détail pour des raisons de secret professionnel. En revanche, on va proposer des solutions logistiques d’un point de vue générique qu’on a déjà avec eux (Peugeot, ndlr) dans d’autres pays, avec l’adaptation locale, notamment pour faire face aux contraintes. Tant que les discussions n’ont pas abouti, on n’est pas autorisé à commenter davantage.

Gefco a réalisé un milliard de dinars en Algérie. Quelle est l’activité qui tire vers le haut cette performance ?
Jean-Paul Ernano : L’activité principale, comme vous le voyez, c’est l’Overseas. Sinon, c’est la voiture. C’est-à-dire le transport des véhicules, la préparation atelier de PPO (Post Production Operation) de véhicules utilitaires pour répondre aux besoins en aménagement. Après, il y a la douane, l’entreposage et la distribution de pièces de rechange (20 000 références/mois, ndlr). En 2017 et 2018, on développera nos activités sur les secteurs qu’on maîtrise. Mais l’industrie automobile demeure au cœur du groupe Gefco.

Et en termes de parts de marché de Gefco en Algérie ?
Jean-Paul Ernano : Sur la filiale algérienne, 50% des parts de marché proviennent de l’automobile, 30% de l’Overseas, maritime ou aérienne, et cette année il y aura la douane qui va s’ajouter au panel.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER