Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Courrier des lecteurs Samedi, 10 Septembre 2011 10:48 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

À Messieurs les responsables du ministère de la Santé

Par :

Messieurs,

Dans ce cinquième envoi, j’assaye de vous mettre au courant des tristes tournures que prend ma pénible situation devant la négligence et la totale inattention que porte le service d’orthopédie de l’hôpital Salim-Zemirli, à sa tête le professeur Nedjahi.
Les faits : comme expliqué auparavant, les recours et les comptes rendus que je dépose au niveau du secrétariat de monsieur le professeur ne semblent pas attirer la moindre attention de ce dernier au point que je n’ai même pas le droit d’avoir un rendez-vous avec lui, suite à mon dernier recours (15-10-2009) déposé avec accusé réception au niveau du secrétariat, le professeur ne voulait pas me recevoir. Il me l’a dit textuellement en me croisant dans le couloir de son service. Sollicitant un assistant dans son service, celui-ci me demande de repasser le dimanche suivant pour un éventuel entretien concernant la situation. Le dimanche qui suit, je me pointe à la première heure espérant être reçu mais cela reste loin d’arriver attendant mon tour qui n’arrive jamais. Il a fallu recroiser monsieur le professeur dans le couloir du service vers 14h. C’était ma première chance de pouvoir lui parler. Alors, j’ai assayé de lui expliquer ma situation en quelques phrases pour ne pas gaspiller son temps. “Monsieur le professeur, j’ai eu une paralysie du plexus brachial accompagné des lésions tendineuses et nerveuses suite à une réduction faite dans le services des urgences et depuis quatre mois aucun médecin n’a voulu me prendre en charge ( dr Messaoud et sa remplaçante, Dr Tolba et son remplaçant), je n’ai reçu aucun soin depuis et j’ai déposé un recours détaillé de la situation auprès de votre secrétariat.” Il se tourne vers moi et me dis : “Si les médecins ne veulent pas te voir, alors que ce soit ainsi et que ton bras est paralysé ou pas ça c’est pas mon problème.” Je voulais ajouter autre chose mais j’étais ému, effondré alors les mots m’échappaient et il continue : “Je ne veux plus te voir dans mon service.” L’impact de telles paroles épuise et effondre toutes mes forces que j’essaye de focaliser sur mon état physique pour guérir. Je ne demanderai à personne de se mettre à ma place. Je ne peux étouffer mon désespoir pour longtemps.
s’il vous plaÎt, aidez-moi.

M. I. L.
Alger-Algérie.

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 23 AOUT 2014
Galerie Agrandir
Bannière
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos