Nigeria: violents combats entre le groupe armé Boko Haram et l'armée à BamaUkraine : 15 soldats ukrainiens tués en 24 heures dans l'EstLe député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicileOuverture de la session d'automne de l'APNPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Courrier des lecteurs Jeudi, 28 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Le secteur de la Santé en crise 

C’est la faute aux malades ?

Par :

Depuis plusieurs années maintenant, notre secteur de la santé traverse une crise qui le fait littéralement vaciller sur ses bases. Grèves, sanctions, négociations avortées : à cause de ce perpétuel climat de tension, nos concitoyens qui tombent malades appréhendent toujours le passage dans nos structures de santé. Parce que l'obtention d'un rendez-vous pour une consultation peut nécessiter de multiples interventions pour certains ou  longues semaines d'attente pour d’autres, parce la disponibilité de certains médicaments n'est pas toujours assurée. Si certaines de ces craintes sont plus ou moins fondées, il faut toutefois appréhender la situation avec un tant soit peu de recul. Sans délivrer un chèque en blanc au ministère de la Santé, il faut reconnaître que tout ne va pas aussi mal que le prétendent certaines sources syndicales. Une récente visite à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) nous a d'ailleurs permis de constater par nous-mêmes que quasiment aucune molécule thérapeutique ne manquait à l'appel. Nous sommes donc relativement loin des pénuries chroniques évoquées par certains syndicats activant dans le domaine de la santé. Il est surtout clair que les informations qui tournent autour d'une soi-disant liste de 150 médicaments indisponibles au niveau des hôpitaux sont totalement infondées. Une petite enquête sur le terrain nous a par ailleurs permis d’apprendre que depuis que certaines entraves bureaucratiques ont été levées, la PCH garantit la disponibilité de toutes les molécules.

Évitons de prendre les malades en otages !
Sans chercher à prendre parti pour un camp (celui de la tutelle ou des syndicats), la Commission nationale des droits du malade et le réseau des associations pensent qu’il ne sert à rien de se taper les uns sur les autres et appellent à plus de sérénité. Nous pensons qu'il vaut mieux éviter de prendre en otage la cause des patients. Les problèmes sont suffisamment nombreux pour se laisser aller à en créer d'autres qui n'existent pas. Grâce à notre expérience sur le terrain, nous pouvons en effet aider les professionnels de la santé à mieux distinguer les véritables maux qui rongent de l'intérieur nos structures de santé et entravent l'émergence d'une médecine de qualité. Plus d'une fois, nous avons cité dans nos différents rapports la mainmise de certains chefs de service sur nos grands espaces de santé. Nous avons en effet remarqué que de nombreuses “sommités médicales” dictent leur propre loi et font régner un véritable climat de terreur dans les hôpitaux du pays. Patients tenus à leur merci, mépris des autorités administratives de l’hôpital, refus de favoriser l’émergence de nouvelles compétences médicales. Pour montrer à quel point ces Professeurs pèsent lourdement sur notre système de santé, on pourrait évoquer les cas des Professeurs arrivés à l’âge de la retraite et qui  s’accrochent encore avec autant de vigueur à leur poste. Se contentant de vivre simplement de leur notoriété et du prestige lié à leur grade, beaucoup de ces professeurs ont en effet réduit les notions de recherche et de formation médicale à leur plus simple expression. Même les publications médicales n’existent plus. Il s’agit de faire remarquer que les vrais périls qui guettent le bien-être des patients ne sont pas forcément ceux présentés à l’opinion publique par certains syndicats qui tentent de défendre avec un intérêt nouveau les droits des malades. L’une des mesures les plus urgentes et les plus évidentes serait d’étaler leur journée de travail à 8 heures au lieu de la sacrosainte demi-journée qui ne peut contenir tout cet afflux de nos concitoyens vers les hôpitaux.

Abdelmadjid Si Bachir, président de la Commission nationale
de la santé et des droits du malade.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 02 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos