Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

L’association nationale des praticiens de l’Art est née

Cap sur le statut de l’artiste

Ça y est ! L’Association nationale des artistes et des praticiens de l’art est née à l’issue d’un scrutin, où ont été élus au suffrage et à bulletins secrets par-devant l’huissier, 11 membres sur une liste de 22 candidats, sur lesquels reposent désormais, les aspirations de leurs collègues, ces comédiens des 4e et 7e arts, les musiciens, les chanteurs ainsi que les artistes-peintres et tous les intermittents de spectacles.
Donc, ce qui n’était hier qu’un rêve s’est concrétisé dans les faits à l’issue d’une journée marathon menée tambour battant autour de la lecture-débat de ses statuts et de son règlement intérieur. Est-ce à dire que les mauvais jours s’éloignent peu à peu du quotidien précaire de nos artistes ?
Apparemment oui ! Eu égard à l’adhésion en cette journée du 27 août, où les artistes d’ici et de l’Algérie profonde se sont unis pour se coaliser contre la précarité sociale qui colle à la corporation. Et pour la symbolique : ils se sont donné rendez-vous au centre culturel Azzedine-Medjoubi (1945-1995), sis sur le chemin Mohamed-Zekkal, soit au chevet même du portrait du défunt, où l’on a l’impression d’assister à un remake de la pièce Hafila Tassir plein comme un œuf des sociétaires venus de Aïn Témouchent, Saïda, Sidi Bel-Abbès et Tiaret.
Et, à prêter l’oreille, on croit entendre murmurer le refrain de Charles Aznavour qui chante : “Viens voir les comédiens. Voir les musiciens. Voir les magiciens… de l’image !” affluer de Tindouf, d’Adrar, de Béchar, de Biskra et de Ouargla. Le but ? S’allier pour défendre au mieux leurs droits moraux et matériels. D’où l’importance de l’enjeu auquel ont adhéré également les sociétaires des “planches”, dont l’artiste-peintre et comédien Zohir Atrous venus de sa lointaine Taghaste aux côtés d’autres collègues de Constantine, Batna, Guelma, Oum El-Bouaghi, Annaba et Jijel. “Il est grand temps que l’artiste puisse enfin vivre de son art et qu’il soit doté d’une identification fiscale qui lui consent le droit de satisfaire à ses obligations contractuelles envers des opérateurs économiques, sans qu’il soit obligé d’emprunter un numéro fiscal, moyennant finance”, a déclaré l’artiste-peintre Mustapha-Nadjai. De même qu’“il est inadmissible qu’il soit exigé de l’artiste de rapatrier ses œuvres, au retour d’une exposition à l’étranger, où le négoce de ses toiles lui est interdit !”, a ajouté sa consœur Kenza Bourenane.
Donc, pari tenu pour la commission de préparation de l’assemblée constituée d’Ahmed Rezak, Mustapha Nedjai, Abdenour Chellouche, Abdelâali Mezghiche, Boubekeur Hamouche, Youcef Sehaïri et Larbi Lekhal qui ont réalisé l’assemblée générale constitutive et élective. “Notre association se veut une tribune d’expression et de dialogue pour canaliser le trop-plein d’énergie créatrice de nos artistes et une passerelle pour porter la voix de la création auprès de l’autorité dans le strict respect des lois de la République”, a déclaré l’acteur Abdenour Chellouche. Evidemment que la chose n’a pas fait que des heureux, à l’exemple d’une grappe d’intrus qui s’est fait rabrouer par l’urne, croit-on savoir dans les travées : “Certes, qu’il s’en trouve toujours des rabat-joie pour minimiser à dessein l’événement ou de le vouer aux pires hégémonies, mais ce qui est sûr, c’est un grand pas pour l’artiste et vers son statut ! Pourquoi pas ? Pour peu que l’on dépasse nos querelles et nos différences”, a-t-on su du cinéaste Saïd Mahdaoui.
Alors, est-ce le bout du tunnel ? Attendons pour voir de quel programme se chauffe son président, le comédien Mustapha Laribi qui a déclaré à l’assistance : “Aidez-moi !”

Louhal Nourreddine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER