Ghaza: 1.113 Palestiniens tués au 21e jour de l'agression israélienneAgression israélienne contre la population de Gaza: Ban Ki-moon lance un nouvel appel au cessez-le-feuCrash du vol AH5017: l'enquête se déroule en coordination et collaboration entre l'Algérie, le Mali et la France (Sellal)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Culture Samedi, 28 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI

Ce que le jour doit à la nuit

Par : Abdelhakim Meziani

Yasmina Khadra a été l’auteur particulièrement inspiré de deux tacles d’anthologie. Avec l’art et la manière cathodiques, convient-il de souligner,  et sur un plateau de télévision, invité qu’il était et en direct, tenez-vous bien, par France 24. Une chaîne qui a tenu à commémorer, à sa manière, la célébration du Cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale. S’il ne se voulait pas éminemment politique, le signifié de l'émission était centré sur la représentation de la Révolution nationale du 1er Novembre 1954 par le cinéma. Pour autant, l’objectif ciblé était loin d’être sibyllin, apolitique. Il visait bien au contraire la nature du système en place depuis le recouvrement de la souveraineté nationale à travers la pratique de la censure. Comme si cette bête immonde, castratrice à bien des égards, était un mal endémique, propre à l’Algérie. Les commanditaires d’une telle approche semblent avoir oublié que la censure a toujours existé, plus particulièrement du côté de l’Hexagone où des films comme “Octobre à Paris” de Jacques Panigel et “La Bataille d’Alger” de Gillo Pontecorvo ont été interdits de diffusion des décennies durant.  C’est justement cette référence à la censure qui sera à l’origine des deux tacles commis sur les personnes de Khalida Toumi et Mohamed Abbas, ministres respectivement  de la Culture et des Moudjahidine. Il est reproché à la locataire du Palais de la Culture le fait qu’elle ne daigne pas lui faire l’honneur d’être son invité aux nombreuses manifestations qu’elle organise et de présenter dans son pays l’adaptation à l’écran par Alexandre Arcady de “Ce que le jour doit à la nuit”. Alors que l’objurgation visant le représentant  de la famille révolutionnaire est liée au fait qu’il constitue un passage obligé pour toute production cinématographique en relation étroite avec l’écriture de l’histoire. Yasmina Khadra comme Amar Laskri et Lamine Merbah (interviewés pour les besoins du reportage illustrant l’émission) semblent avoir oublié que la production cinématographique est une mécanique perverse. Les fonds alloués aux films sont loin d’être sans arrière-pensées. Le remodelage du passé à l’image du présent est chose courante. “Alexandre Nevski” de Sergueï Eisenstein et “Salah Eddine El Ayyoubi” de Youssef Chahine à la gloire  respectivement de Joseph Staline et de Gamal Abdel Nasser en sont de parfaites illustrations. L’héroïsme dans sa conception individuelle fracassante et sa finalité souvent gratuite et romantique n’a pas manqué d’envahir le cinéma algérien. Cette veine, soutenait Mostefa Lacheraf, a contribué à perpétuer un nationalisme anachronique qui détourne les gens des réalités nouvelles et du combat nécessaire en vue de transformer la société sur des bases concrètes, en dehors des mythes inhibiteurs et des épopées sans lendemains. Coincé entre la fiction et la réalité, le film algérien n’a pratiquement jamais pu, ou su, c’est selon, faire œuvre historique. Ce qui n’a nullement empêché la représentation de la guerre de Libération nationale par l’image de donner à l’Algérie des films de qualité.


A. M.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 27 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos