Scroll To Top
FLASH
  • Près d'une centaine d'enfants enlevés au Soudan du Sud (Unicef)
  • Le Venezuela adoptera des mesures restrictives contre les Etats-Unis (Nicolas Maduro)

A la une / Culture

Culture

Du baume au cœur des “collines oubliées”

Dans le cadre du 20e anniversaire de l’association culturelle Asafu (le flambeau), les jeunes du village de Taourirt El-Hadjadj ont décidé de rallumer la flamme pour sortir de la léthargie qui a frappé toutes les activités pendant au moins quatre ans.
Le coup d’envoi des soirées artistiques a été donné mercredi à 22h, en présence du monde artistique, associatif et culturel. “Le village de Taourirt El-Hadjadj est réputé pour son hospitalité et le sens de l’organisation, ainsi je réitère ma volonté de rester à l’écoute des jeunes, et c’est un plaisir d’assister à l’éveil des associations, commençant par Agouni Ahmed pour continuer dans d’autres villages”, a déclaré le président de l'APC de Béni Yenni.
Quant au président de l’association Asafu, il a indiqué que “pour l’instant, hormis quelques promesses, nous n’avons pas eu de subventions, et tout ce que nous sommes en train de faire est réalisé grâce à notre seule volonté”. Des dizaines de familles sont venues de partout pour vivre de grands moments de convivialité propres à ces collines oubliées.
C’est dans la joie que la troupe traditionnelle Thizemmarine a interprété un répertoire de chansons et d’airs du terroir, à faire vibrer les nostalgiques. Une belle prestation qui sort du commun. Un jeune poète, Aït Abderrahmane Yacine, a déclamé quelques poèmes, avant de céder la scène au groupe moderne Kazar, nom qui aurait été donné à une embarcation pirate berbère de l’époque antique.
Pour arriver à tenir le cap jusqu’à une heure tardive du s’hour, un monologue comme interstice fut présenté par Louanchi, un régal qui touche à tous les volets de la société en mutation, face à la mondialisation. Les jeunes de Béni Yenni découvrent aussi une nouvelle star issue de l’émission musicale “Alhan oua chabab”, version 2012, Youcef Lazali, et un groupe de musiciens (Troupe M.) et plein d’autres animations. “Nous attendions avec beaucoup d’impatience ces nuits qui nous ont manqué depuis trois ou quatre ans. ça nous permet de nous rencontrer et de respirer après des jours de labeur”, a confié une septuagénaire qui déborde d'énergie et de vivacité. D’autres découvertes artistiques rempliront les nuits du village jusqu'au 27 juillet.


L B.