Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Parution de l’ouvrage collectif “L’Algérie en héritage”

Entre mythe et mémoire

© D.R

Cet ouvrage publié aux éditions Bleu Autour est dirigé par les auteures Leila Sebbar et Martine Mathieu-Job, rassemble une quarantaine de contributeurs “qui ont le sentiment d’appartenir au moins un peu à chacune des deux rives de la Méditerranée”.

Édité au mois de juin 2020 par Bleu Autour, L’Algérie en héritage est un recueil de textes écrits par une quarantaine de personnalités du monde des arts, de la littérature, du cinéma, des médias… plus ou moins célèbres comme Fadéla Amara, Brigitte Benkemoun, Mehdi Lallaoui, Arnaud Montebourg, Cedric Villani, Catherine Lalanne et d’autres intellectuels français. Ce recueil, dirigé par Leila Sebbar et Martine Mathieu-Job, va être le dernier de la série consacrée à l’Algérie (après Une enfance algérienne, 

À l’école en Algérie, Une enfance dans la guerre, Une enfance juive en Méditerranée musulmane…). “Les textes sont écrits par des gens qui ont le sentiment d’appartenir au moins un peu à chacune des deux rives de la Méditerranée”, écrit Denise Brahimi dans sa présentation de l’ouvrage, en précisant que “la plupart des auteurs des textes recueillis sont nés en France après 1962. La mémoire à laquelle il est fait appel doit se comprendre au sens large : mémoire rêvée, reconstituée, imagée, elle donne sa diversité à ce recueil de textes”. 

On passe donc d’une Algérie réelle, passée, évoquée avec douleur, nostalgie et rébellion par ceux qui y ont habité jusqu’en 1962, à “une Algérie forcément mythique, absente, fantomatique, celle d’une génération de personnes de la génération d’après l’indépendance”. 

Mais alors, comment des personnes sans lien direct avec l’Algérie peuvent-elles non seulement en parler, mais la revendiquer comme héritage ? “Le récit naît de l’observation de leurs parents ou grands-parents exilés, contraints de construire une nouvelle vie, de la consultation de toutes les traces possibles de ce passé : photographies, cartes postales, correspondance”, explique Jean-Pierre Castellani dans une chronique sur l’ouvrage collectif, avant d’ajouter : “C’est la trace de ce pays, consciente ou inconsciente, proclamée ou niée, que ces témoignages vont chercher, un peu obligés dans un premier temps, pour finir par reconnaître une filiation émouvante, au-delà des péripéties de leur histoire personnelle et de l’Histoire collective”.

D’ailleurs, affirme Denise Brahimi, la lecture des textes montre que “le temps des dénonciations, des pleurs et des gémissements serait maintenant dépassé, et l’enjeu serait de vivre et de dire les choses autrement. Un des plaisirs que donne la lecture de l’Algérie en héritage est qu’on n’y sent pas d’agressivité et très peu de relents d’idéologie”. Ce recueil traduit une réalité indiscutable : l’évolution des mentalités chez ceux dont les parents ou grands-parents sont nés et ont vécu en Algérie, qu’ils ont dû quitter précipitamment et dans la douleur après l’indépendance. 

Le temps a fait son œuvre et les nouvelles générations sont capables de parler de cette histoire sans passion et encore moins d’agressivité. Nombreux sont celles et ceux qui incorporent leur “filiation” historique avec l’Algérie comme une richesse culturelle et humaine, bien revendiquée au demeurant. La production littéraire et artistique des descendants des “pieds-noirs” fait la part belle aux deux rives de la Méditerranée. 

Loin de l’agitation de certains milieux politiciens qui en font un fonds de commerce, l’avenir commun des nouvelles générations qui peuplent le bassin méditerranéen se confond avec leur désir d’assumer leurs diversités et de vivre sereinement les aspects mémoriels qu’ils partagent. S’inscrivant dans cette logique, L’Algérie en héritage est un livre dont le succès en librairie est attendu en raison du vif intérêt que suscitent des questions actuelles fortement imprégnées du poids du passé.

 

 


ALI BEDRICI 

L’Algérie en héritage, ouvrage collectif, éditions Bleu Autour, 256 pages, juin 2020.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER