Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Il se tiendra du 17 au 19 aout à Essaouira (Maroc)

Hasna El-Becharia et Souad Asla à l’affiche du 5e Festival de hadra et musique de transe

© D.R.

Sous l’égide de l’association “Haddarates Souiriates”, la ville marocaine d’Essaouira abritera, demain et jusqu’au 19 août, la 5e édition du Festival international de hadra féminine et de la musique transe, auquel prendront part  deux chanteuses algériennes, en l’occurrence la diva de la musique diwan, Hasna Bécharia, et Souad Asla, rapporte l’APS. Les deux artistes se produiront en clôture du festival, qui aura réuni plusieurs formations marocaines, dont Lemchaheb et Jil Jilala, des groupes de musique hadra et soufie féminins tels que Bnatte Al Nakhoua Al Aisaouia et Bnat Hadarat, en plus des troupes Al Maoulaouiya Al Masriya (Égypte), Anandita Baso (Inde), ou encore Africa Begue (Sénégal). Par ailleurs, les organisateurs indiquent, dans leur communiqué publié sur la page Facebook du festival, que cette manifestation a pour objectif “de mettre la musique de transe en lumière et de sensibiliser un nouveau public aux croyances et coutumes soufies”. Et d’indiquer que la “hadra” (désignant la phase de transe des confréries religieuses), est mise en exergue  lors de ce festival, afin de “valoriser le rôle de la femme dans la musique religieuse, et mettre en avant son importance dans le dynamisme et le rayonnement culturel de la ville d’Essaouira”. Fondé en 2013 par l'association Haddarates Souiyriettes, le Festival international de la hadra féminine et musiques de transe vise à promouvoir les musiques spirituelles féminines. Dans le sillage du succès remporté d’année en année par le Festival gnawa d`Essaouira, il s'impose lui aussi comme un rendez-vous dédié à la valorisation des rites et coutumes soufies, souvent méconnues du grand public.


APS/Yasmine Azzouz


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER