Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Culture Samedi, 28 Janvier 2012 10:00 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

CHÉRIF KHEDDAM A ÉTÉ ENTERRÉ HIER DANS SON VILLAGE NATAL

L’adieu à l’artiste

Par : Mohamed Haouchine

Ils sont venus, ils étaient tous là ! Des artistes de tous bords, des politiques mais aussi des admirateurs de toutes les régions d’Algérie et surtout de toutes les générations depuis celle de la première émigration des années 40 à laquelle s’identifiait  parfaitement le regretté Chérif Kheddam mais aussi des jeunes d’aujourd’hui qui ont pris le relais des anciens et qui tenaient en l’artiste un véritable repère et un modèle de perfection et de sagesse.

Il y avait bien évidemment des milliers de citoyens anonymes qui, en passant par AÏt-El-Hammam, Iferhounène ou Imsouhal, ont emprunté les chemins sinueux qui mènent vers Bou-Messaoud, le village natal du défunt et rendre un vibrant hommage au grand “Maestro” qui aura réussi hier sa dernière symphonie, non pas celle des héros mais plutôt celle des gens humbles et des hommes libres qui ont tant donné pour leur pays et leur culture. Habitué à la grande foule et au public des grands jours, celui qu’on appelait familièrement, respectueusement  et fièrement “Dda Chérif” avait choisi une belle journée ensoleillée en ce mois de janvier pas comme les autres, pour installer un décor de rêve face à son majestueux Djurdjura joliment habillé de blanc maculé et de soie pure pour réussir sa dernière partition. Solennellement habillé en la circonstance de cet emblème national qui lui était cher, Chérif Kheddam a eu bien du mal à se frayer un bout de chemin au milieu d’une véritable marée humaine.
Il est vrai qu’ils étaient des milliers de bras à soulever le cercueil qui fut exposé depuis la veille et durant toute la matinée d’hier dans le grand local appartenant à l’association culturelle Chérif-Kheddam du village de Bou-Messaoud qui porte fièrement le nom de l’artiste depuis quelques années déjà. Une véritable procession humaine s’était formée depuis les premières heures de la matinée et grâce à une organisation impeccablement réussie par les jeunes bénévoles de la région, des milliers de citoyens et d’admirateurs ont pu s’incliner une dernière fois devant la haute sature de ce grand monument de la chanson kabyle et de la culture algérienne.
Et ce fut bien sous les acclamations et les applaudissements de la foule et les youyous répétés des femmes du terroir que le “Cheikh” a traversé une dernière fois la place du village. “Imazighen ! Imazighen !” aura alors scandé frénétiquement la foule comme elle l’avait fait maintes fois du temps où  l’artiste l’avait fait tant vibrer à la Coupole  d’Alger ou à l’Olympia de Paris.
Signe des temps nouveaux, des centaines de caméras et de téléphones portables ont été actionnés à distance pour immortaliser cette page d’histoire que “Dda Chérif” venait de signer de sa sagesse et de sa forte personnalité. Comme dans un véritable music-hall des milliers d’admirateurs se mirent à applaudir à tout rompre pour s’incliner à la mémoire du chantre de la chanson kabyle.
Et si de grands monstres de la chanson kabyle comme Slimane Azem et Cheikh El-Hasnaoui ont été contraints à l’exil même après la mort, le brave Chérif Kheddam a eu la chance de reposer parmi les siens, majestueusement adossé à son Djurdjura natal qu’il a su peindre et chanter avec un art incomparable. Son dernier  tomber de rideau fut tout simplement exceptionnel ! Adieu l’artiste !


M H

 

Commentaires

 
#19 Koukilast 30-01-2012 08:37
Ne vous entretuez pas à coup de mots si vou voulez respecter la mémoire de ces humbles chantres , plutot mettez la main dans la main et construisez cette Algérie qui attend beaucoup de vous .
 
 
#18 anis 29-01-2012 22:05
da chérif akirham rabi tu a inscrit ton nom en or dans le patrimoine de ta kabylie et de ton algérie ,les femmes ,les hommes les artistes de ton algerie etaient à boumessaoud pour qu ils te disent merci et tu demeureras dans le coeur de chaqu un de nous ,tu était un homme dunité de paix et non de division ,merci a celui qui est venu à ton anterrement sans distinction sans condamne clui qui n est pas venu ta letrre cest lamour ,la vie,la beauté de ta kbylie et ton algérie le probleme de personne ça te concerne pas repose en paix maitre ta kabylie et ton algerie te disent merci et revoir.
 
 
#17 mohand 29-01-2012 09:24
La Télévsion algérienne a passé son temps à l'ignorer t maintenant qu'il est mort, elle tente d'en faire un symbole. On voit bien que c'est la dynamique du MAK que l'on tente de torpiller. Mais ca sera en vain !
 
 
#16 UNIVERS 29-01-2012 08:22
Encore une grande figure de notre culture et de notre identité qui tire sa révérence.Da chrif a su comment rallier les vieux et les jeunes à sa musique et les duos avec Nouara ont subjugué les mélomanes et les foules.Je repassais le jour de sa mort certaines de ses chansons en duo avec cette sublime Nouara et aussi le grandissime matoub et je pleurais tout mon soul.Se peut-il que ces 2 monuments qui se confondent avec la kabylie qui les a vu naitre disparaissent.Oh non restez encore,car si vous partez la kabylie sera de nouveau orpheline.Orpheline de vous,de votre combat pour l'dentité,de votre art à dire vos semblables que la lutte continue et simplement de votre aura.Le message que vous nous avez laissé n'est pas vain.Le peuple kabyle vaincra!
 
 
#15 Algerie 29-01-2012 04:34
ina lilahi wa ina ilayhi radjioune
 
 
#14 Artist 29-01-2012 01:55
svp laissez nous tranquille avec ses histoires . ait menguellet n'est pas la tout comme moi je ne suis pas a cause d une situation qui ne l a pas permi. arettons d' accuser des gens sans savoir tout les faits merci.
 
 
#13 razane 29-01-2012 00:14
mauvaise langue cest tout ceque vous avez trouver comme commentaire ,ait menguellet n'apas besoin de Bouteflika pour etre grand , il est grand par sa musique ses paroles , sa voix et sa modestie . il abeaucoup d'estime pour matoub et je suis sure qu'il admirait beoucoup le grand maitre de la musique cherif khaddam allah ya rahmou
 
 
#12 hope 28-01-2012 21:44
Allah irahmou le grand maitre de la chanson kabyle Cherif Keddam et longue vie a Monsieur Ait Menguellet.Ces deux grand messieurs ont offert enormement a la culture et chanson kabyle.
 
 
#11 Djaf77 28-01-2012 19:03
Je voulais répondre à tous ces mecs herants qui parlent d ait menguellet il était ici en France il rendez hommage comme tout le kabyles d ici normalement vous mérite pas que en vous répond
 
 
#10 yam 28-01-2012 18:47
Sumisha,Lounis AIT MENGUELLET,n'a pas raté l'occasion comme tu le prétends.Lounis était bien présent parmi les siens bien avant .selon certains gens du village,Lounis est venu à heures du matin. Par contre ce que tu devais nous dire pourquoi des gens à l'image de sidi said était là et n'avait aucune raison d'etre là meme s'il sont de la meme région puisque beaucoup de chose les séparées.Dont Acte.
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos