Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Deux collectionneurs passionnés tirent la sonnette d’alarme

Le patrimoine artisanal de Kabylie : une richesse en voie de disparition

Profitant de la présence de représentants des autorités, notamment de la directrice de la culture de Tizi Ouzou, le professeur Dahmani a longuement plaidé pour la création de musées locaux ou un musée régional. “Si rien ne viendrait à être entrepris pour récupérer, sauvegarder, protéger et mettre en valeur le peu de pièces encore éparpillées dans la nature ou chez des habitants de quelques rares localités, on risque, dans un avenir très proche, de voir disparaître à jamais le patrimoine artisanal authentique de Kabylie”, a alerté le professeur Dahmani qui a animé, mardi, une conférence-débat dans le cadre des journées culturelles d’Irdjen.
Lors de cette conférence animée conjointement avec le docteur Belkacem Haouchine, le professeur Dahmani, un collectionneur passionné du patrimoine artisanal kabyle au point de transformer sa demeure en un véritable musée de l’artisanat, a expliqué qu’ “avec la disparition de ce patrimoine, ce sont de multiples savoir-faire ancestraux, des valeurs immatérielles et surtout des éléments de notre identité et de notre existence millénaire, et donc des pans entiers de notre histoire qui risquent d’être balayés de la mémoire collective.” Ainsi, profitant de la présence de représentants des autorités, notamment de la directrice de la culture de Tizi Ouzou, le professeur Dahmani a longuement plaidé pour la création de musées locaux et, pourquoi pas aussi, un musée régional, qui se consacreront à la collecte et la sauvegarde de ce qui peut encore l’être. “La création de ces musées et la mobilisation de moyens humains et financiers nécessaires n’aidera pas seulement à la sauvegarde du riche patrimoine ancestral mais à constituer un véritable levier de tourisme dans cette région où jusque-là il n y a pas encore grand-chose à visiter”, a-t-il argumenté lors de son intervention au cours de laquelle il faisait inlassablement défiler des images de sa propre collection, acquise au prix d’un incalculable sacrifice et qui révélait une immense richesse culturelle et esthétique ainsi que des savoir-faire qui auraient pu, en effet, contribuer à la sauvegarde de notre culture et notre identité, tout au moins au développement touristique faute d’avoir pu donner lieu, et ce pour des raisons historiques et sociologiques, à une véritable industrie, et donc une économie locale. En ce sens, le Pr Dahmani n’a pas manqué de citer au moins deux facteurs qui ont fortement contribué à la disparition effrénée du patrimoine kabyle, à savoir le principe de l’indivision et les politiques publiques d’habitat qui encouragent les habitants à raser les vieilles habitations avec tous ce qu’elles recèlent comme patrimoine ancestral. Un patrimoine dont, d’ailleurs, le Dr Belkacem Haouchine, un autre collectionneur passionné en a, grâce à ses recherches, révélé une incroyable richesse. À ce titre, le conférencier s’est longuement étalé, entre autres, sur l’histoire des forges et de l’armurerie d’Iflissen, ainsi que le rôle de certains musées étrangers, notamment britanniques, français et américains dans la sauvegarde de nombreux objets d’arts et artisanaux kabyles. Les deux conférenciers ont, par la même occasion, déploré que ce patrimoine ancestral kabyle profite à présent aux Chinois, aux Turques, aux Tunisiens et Marocains, qui ne cessent de récupérer les modèles ancestraux pour les reproduire en quantité industrielles et les écouler à même le marché algérien.

Samir LESLOUS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER