Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

L’exposition se poursuivra jusqu’au 25 Aout à la galerie Racim

Le plasticien Akacha Talbi expose 50 ans de carrière artistique

Une exposition réunissant la quasi-intégralité des œuvres du peintre Akacha Talbi, des œuvres célébrant en aquarelle la femme et la culture algérienne, a été inaugurée samedi à Alger.
Organisée à la galerie d’art Mohamed-Racim par l’établissement Arts et culture de la wilayas d’Alger, cette exposition propose aux visiteurs une rétrospective sur une carrière artistique de près de 50 ans. Plusieurs œuvres des plus récentes de l’artiste portent un intérêt particulier à la femme algérienne avec une série de portraits empreints d’impressionnisme et d’une utilisation très fréquente des symboles.
“Les porteuses de couscous”, “Femmes”, “Entourée” ou encore “Un matin en famille” sont autant d’œuvres qui renvoient parfois à l’univers de M’hamed Issiakhem qui avait beaucoup influencé l’artiste.
Dans une autre série de tableaux, Akacha Talbi expose quelques paysages de la côte, ainsi que des reproductions de paysages urbains et de l’intérieur de mosquées dans un style rappelant aussi l’orientalisme, autre halte importante dans la carrière du peintre, sans pour autant y adhérer complètement.
Le plasticien propose, également, des œuvres proches de la calligraphie usant des symboles comme matière première, ainsi que quelques portraits dédiés à la femme targuie, à l’imzad et au costume traditionnel targui.
Si cette exposition renseigne sur une carrière prolifique et évolutive, les œuvres de l'artiste peintre n'ont, cependant, pas bénéficié de la mise en valeur nécessaire à une exposition, le travail d’Akacha Talbi a été dans sa majorité exposé de manière brute en collant directement le papier sur des panneaux en verre.
Né en 1947 à Alger, Akacha Talbi a d'abord suivi une formation de tourneur ajusteur avant de rencontrer l'artiste peintre Ali Kortebi qui va l'initier à la peinture. Il réalise alors plusieurs paysages de Biskra et de Bousâada qu'il propose pour adhérer à l'Union nationale des arts plastiques où il a rencontré M’hamed Issiakhem.
En 1969, Akacha Talbi expose à l'occasion du premier Festival panafricain et entame une formation de peinture pour, plus tard, enseigner le dessin.
L'exposition se poursuivra à la galerie Racim jusqu'au 25 août.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER