Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

La journée d’étude aura lieu à Tizi Ouzou

Pour la vulgarisation de l’œuvre d’Assia Djebar

© D. R.

L’Emev (entreprise d'organisation des événements, culturels, économiques et scientifiques) organise le 22 juin une journée d’étude sur l’œuvre d’Assia Djebar. Intitulé “Entre transcription et transmission”, cet évènement a pour objectif de “vulgariser en dehors des amphis de l’université l’œuvre de l’académicienne”, est-il indiqué par Malek Amirouche (co-organisateur de la journée d’étude). Et de renchérir : “Et permettre aux citoyens des zones montagneuses, notamment de Larbâa Nath Irathen et ses environs, d’en savoir un peu plus sur la production littéraire, intellectuelle et cinématographique de la grande dame, qui a porté la voix de l’Algérie à l’international.”

Après les journées dédiées à Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Si Amar U Saïd Boulifa, les organisateurs se penchent sur l’œuvre de Djebar, car elle est la 4e écrivaine “à emprunter la voie sinueuse de l’écriture littéraire, et la première Maghrébine à mettre en scène la parole féminine et à mettre en voix les grands discours de sa société”. Son œuvre colossale, comprenant 12 romans, 2 recueils de nouvelles, 2 essais, 2 films, 1 recueil de poésie, 1 pièce de théâtre et plusieurs articles, est “un héritage pour la nouvelle génération d’écrivains et de chercheurs ainsi qu’un engagement intellectuel qu’il conviendrait de mettre en valeur et soumettre à une lecture critique productive, ouverte et multidisciplinaire”.

Ainsi dans l’argumentaire, Malek Amirouche et Aziz Naamane précisent : “Comment rendre compte d’une œuvre si diverse et singulière ? Nous entendons par cette rencontre rendre hommage à cette icône de la littérature algérienne francographe, comme elle aimait à se qualifier – "Comme tous les écrivains – disait-elle –, j’utilise ma culture et je rassemble plusieurs imaginaires" (Le Figaro, le 16 juin 2005) –, et porter un regard critique sur sa graphie et sa phonie à la lumière des approches multidisciplinaires.” À noter que les axes de la rencontre seront portés sur “l’histoire, la mémoire”, “la voix féminine, l’oralité”, “le corps féminin, l’espace et le mouvement”, “l’identité, la pluralité et l’altérité”…

Concernant le déroulement de cette journée à la bibliothèque communale de Larbâa Nath Irathen, elle sera animée par de nombreux universitaires et auteurs. Hacène Helouane reviendra sur “Assia Djebbar et les langues, et sa position vis-à-vis de la langue amazighe”, Aziz Naamane communiquera sur “Assia Djebar, une mémoire, une écriture pour exister”, Ahmed Bedjaoui évoquera “Assia Djebar et le cinéma” ou encore Kamel Bouchama interviendra sur “Lecture... Assia Djebar dans mon souvenir...” et Djoher Amhis-Ouksel parlera d’“Assia Djebar, une figure de l’aube”.
 

H. M.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER