Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Cinquième édition du festival de l’abeille et du miel au village d’Ahrik

Promotion des produits du terroir

Les exposants lors de cette 5e édition du Festival de l’abeille et du miel. © N. K. Oukaci / Liberté

Cette fête annuelle, vouée entièrement au miel et ses dérivés, a réuni près de 80 exposants venus de plusieurs wilayas du pays pour présenter et vendre leurs produits.

La 5e édition du Festival de l’abeille et du miel, qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui au village d’Ahrik, a été inaugurée, avant-hier mardi, dans la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou. Organisée par le comité du village et le mouvement associatif, cette fête annuelle vouée entièrement à ce produit du terroir a réuni près de 80 exposants venus de plusieurs wilayas du pays pour présenter et vendre leurs produits. La cérémonie d’ouverture a été donnée en présence de nombreux invités venus de tous les villages de Kabylie, des autorités locales, du président de l’APW, des représentants de la Direction du tourisme et de l’artisanat et de la Direction de la culture. C’est désormais une tradition dans ce village qui, depuis cinq ans, se transforme en pôle d’attraction pour le grand public amoureux de découvrir le monde mystérieux des abeilles et du miel.
Par ailleurs, avec la forte production enregistrée cette année, sans toutefois influer sur les prix qui sont restés stables autour de 4000 DA le kg, cette 5e édition a enregistré une forte participation des festivaliers. Face à une affluence record, la chorale des jeunes filles du village, gaiement habillées de robes et foulards aux couleurs chatoyantes, a égayé le public par ses beaux chants puisés du terroir.
En sus, une animatrice a mis en exergue l’histoire du village d’Ahrik qui a été la première bourgade à donner la chance à ses filles d’intégrer les bancs de l’école, c’était en 1948, avec l’ouverture du premier groupe scolaire inauguré par le maître d’école, cheikh Salah. Aussi, les hôtes ont visité, à l’occasion, le centre de tri des déchets lancé par le comité du village, une louable initiative qui permet d’amorcer une ère nouvelle pour la réhabilitation d’un environnement sain, d’autant plus que les responsables du village ont demandé aux élus locaux de l’assistance et de l’accompagnement pour mener à bien ce projet qui va de pair avec la vie de l’abeille qui doit jouir d’un environnement propre.  
Depuis le lancement de la 1re édition, les organisateurs ne cessent d’apporter de nouvelles touches à leur fête pour lui donner un cachet régional, voire même national, afin de mettre en valeur ce produit, d’où le projet de création d’une coopérative apicole régionale dès septembre prochain, a-t-on appris des organisateurs.
Ce projet, nous a indiqué le commissaire du festival, Hadj Mourad Sadou, a pour objectif de regrouper tous les apiculteurs de Bouzeguène et de nombreuses localités de Kabylie pour promouvoir la filière apicole. Le village d’Ahrik, qui aspire à devenir un véritable pôle de développement du miel, compte lui insuffler une nouvelle dynamique à travers un nouveau slogan “Une maison, une ruche”. Cette démarche vise à doter chaque foyer du village d’une ou plusieurs ruches pour impliquer l’ensemble des villageois dans l’activité apicole afin d’améliorer cette richesse ancestrale qui constitue un atout majeur pour le développement économique de la région.  L’initiative, si elle vise l’amélioration de la production de miel et de ses dérivés, entre autres la gelée royale, a également le large souci du développement durable à travers la préservation de la biodiversité, par la sensibilisation du public à la protection de la nature, et ce, grâce à la limitation de l’utilisation des produits phytosanitaires qui causent d’énormes dégâts à la nature et à la vie de l’abeille.


KAMEL NATH OUKACI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER